Chaud les Michauco (micro-chaufferies bois collectives)

Michauco NPDC

Non, il ne s’agit pas de chocolat. Les “michauco”, contraction de micro-chaufferies collectives, se lancent dans le Nord-Pas-de-Calais. Alimentées exclusivement de bois-énergie local, elles se présentent comme une alternative aux chauffages fossile et fissile des bâtiments publics.

La transition énergétique est prise en main dans des projets citoyens, souvent plus engagés et rapidement concrétisés que les promesses institutionnelles, longues à mettre en place sur un vaste territoire. C’est pourquoi, la Scic Energie Citoyenne, fondée par 250 citoyens, lance le projet de micro-chaufferies collectives. Depuis décembre, les communes de Quelmes, Zudausques et l’abbaye de Belval, dans le Nord-Pas-de-Calais, en sont équipées.

Installées sur des terrains communaux, elles remplacent les systèmes de chauffages par gaz propane et électrique dans les bâtiments publics. L’école, la mairie, la salle polyvalente… sont désormais alimentées exclusivement au bois-énergie, ressource 100% renouvelable. Ainsi se définit le concept “michauco”.

Et avec du bois local !

“Le bois est une ressource abondante et aujourd’hui sous-exploitée” écrit sur son site le Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale. En partenariat avec Énergie partagée, il propose le développement local d’une filière bois-énergie. Les communes, collectivités et agriculteurs, sont encouragés à préserver leur maillage bocager, propice à la sylviculture. Le bois utilisé pour les chaufferies collectives sera ainsi exclusivement issu des coupes forestières et bocagères locales, gérés durablement. Et à un prix “de la plaquette [bois déchiqueté, NDLR] compétitif par rapport aux énergies fossiles” assure le communiqué de presse.

La Scic prend en charge l’investissement, l’installation et la gestion de la “michauco” tandis que le commune achète la ressource et finance les modifications du réseau radiateur. Le tout en bénéficiant de la Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR). Un projet alors financé à 60% par les subventions régionales, 40% par un prêt bancaire et 6% par le financement participatif via Énergie partagée, soutenue en outre, par Energethic, association d’aide aux communes dans l’installation des énergies renouvelables. Prometteuses, les michauco se compteront au nombre de 25 d’ici 2019.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest