Éditorial n°101 : de l’intérêt du réemploi

Réemploi et récupération dans le bâtiment

La Maison écologique n°101, octobre-novembre 2017

Éditorial de Julie BarbeillonÉditorial Julie Barbeillon La Maison écologique

Rédactrice en chef du magazine La Maison écologique

 

227,5 millions de tonnes de déchets ont été produites en France par le secteur du BTP* en 2014.

Pour se donner une petite idée du cadeau, ce poids équivaut à 5,3 millions d’Airbus A320 ou encore à 175 millions de voitures (modèle moyen français), soit plus de cinq fois le nombre de voitures en circulation en France en 2017 !
Résultat : une gigantesque montagne démesurée de déchets. Heureusement, une large partie est inerte (80 %). Néanmoins, il reste problématique de s’en débarrasser discrètement ! Demandez donc à la Société du Grand Paris… Avec ses 200 km de tunnel à creuser d’ici 2030, elle prévoit l’excavation de 60 millions de tonnes de déblais.

Qu’en faire ? Où les stocker ? Et comment transporter cette quantité énorme de ” déchets ” ? Vu la rareté et le prix du foncier dans ce secteur, le sujet est pris très au sérieux. Des appels à projets sont d’ores et déjà lancés. Si quelques uns proposent de combler d’anciennes carrières d’Île-de-France, d’autres planchent sur des solutions vertueuses comme l’utilisation de la terre extraite pour fabriquer des briques. Briques qui seront ensuite utilisables dans les futures constructions locales.

Que faire des 40 millions de tonnes de déchets du bâtiment ?

Mais que faire des 40 millions de tonnes de ” déchets ” produites annuellement en France par le seul secteur du bâtiment (gros œuvre et second œuvre inclus) ? Combien d’architectes se désespèrent de voir des centaines de mètres carrés de cloison, de menuiserie, de radiateur, de revêtement de sol partir aux oubliettes des bennes de chantier lors de la réfection d’un bâti ? Quand ils pourraient les réutiliser sur place ou sur une autre de leurs réalisations…

Réemploi de châssis pour le siège du Conseil de l'Union Européenne à Bruxelles

Crédit photos : SAMYN and PARTNERS architects & engineers,
LEAD and DESIGN PARTNER. With Studio Valle Progettazioni architects, Buro Happold engineers.

3 750 châssis de réemploi pour le siège du Conseil de l’Union à Bruxelles

Lueur d’espoir, des solutions émergent pour mieux organiser ces flux. Le réemploi commence enfin à se frayer une petite place dans les options des porteurs de projet (lire à ce sujet notre dossier n°101). Prenez cet exemple notable : deux des façades extérieures du bâtiment où siège le Conseil de l’Union européenne à Bruxelles sont composées de 3750 châssis en bois, mais pas n’importe lesquels… Ces menuiseries restaurées proviennent de chantiers de démolition de la quasi totalité des états membres. Alors, pour diminuer notre chasse à l’extraction des matières premières, changeons de paradigme. Privilégions la matière grise à l’énergie grise**…

* Bâtiment et travaux publics, source du chiffre
** L’énergie grise est la quantité d’énergie nécessaire à l’extraction, la production, au transport, à la mise en œuvre et au recyclage d’un produit.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest