FAQ – Récupérer l’énergie aux robinets ?

récupérer l'énergie au robinet

Foire aux questions

Bonjour à tous. Mon fils Henri, qui va bientôt avoir cinq ans, m’expliquait une machine de son invention. Il imaginait une machine qui utiliserait l’eau sortant des éviers pour faire tourner une dynamo qui produirait de l’électricité. J’ai trouvé son idée très intéressante et, quand je vois qu’on cherche maintenant à récupérer la chaleur de nos eaux de douche, je me dis qu’il peut être intéressant d’utiliser les différents circuits d’eau de nos maisons pour produire un peu d’électricité. Soit par les trois bars que le réseau nous fournit, soit par des descentes de gouttières ingénieusement dynamométriques… Je lance donc cette idée pour des inventeurs intéressés qui pourront vérifier sa pertinence…. Bertrant S.

Voilà une sympathique question reçue sur la boîte mail de notre magazine et que nous avons fait suivre à un spécialiste : Pascal Lenormand, designer énergétique, formateur et rédacteur du croustillant blog www.incub.net.

Voici sa réponse :

Je dois d’abord dire mon admiration car Henri a 5 ans et il a imaginé un système impensable pour beaucoup d’adultes. Son raisonnement contient un design énergétique complet :
• une ressource primaire, l’écoulement de l’eau ;
• récupération d’une partie de cette énergie ;
• et Henri a imaginé une machine pour le faire.
Et Henri a inventé tout cela !
La “Henrigène”
Cette machine, appelons-la « Henrigène », peut-elle participer à la Transition énergétique française ? Estimons rapidement le potentiel énergétique d’une Henrigène. Prenons cette hypothèse : un robinet économe a un débit de 6 l/mn et l’eau chute d’environ 20 cm. Si on pouvait récupérer toute cette énergie potentielle, cela représenterait P = 0,2 W (on multiplie la masse écoulée en une seconde par la hauteur et par l’accélération de la gravité). C’est un dixième de ce qu’il faut pour allumer une petite ampoule LED.
Par ailleurs, aucune conversion n’a un rendement de 100 %. La puissance récupérée serait donc forcément très faible. De plus, la famille d’Henri fait attention à la consommation d’eau, le robinet coule donc très peu souvent.
Conclusion : le gisement énergétique est extrêmement faible. La Henrigène soulève aussi d’autres problèmes techniques : l’eau et l’électricité ne s’aiment pas beaucoup, il faut raccorder tout cela au réseau, etc. Techniquement compliquée, production faible : cela suffit, à mon sens, à condamner son avenir industriel.
Mais la « pertinence » d’un système ne se juge pas que sur le rendement énergétique. Ainsi, je crois très important de construire ce prototype imaginé par Henri. Un enfant de 5 ans a beaucoup plus besoin d’expérimenter que de raisonner. Allons papa ! En route pour un petit moulin couplé à une petite dynamo qui allume une ampoule et Henri « verra » l’énergie. C’est d’une extrême valeur. L’énergie sert avant tout à rendre heureux (normalement). Ce qu’a inventé Henri et qu’il va réaliser avec son papa, c’est une machine à convertir l’écoulement d’eau en sourire d’enfant. Chacun est libre, ensuite, d’en évaluer la pertinence…

Vous avez aimé la réponse de notre expert ? Retrouvez de nombreuses autres questions techniques de lecteurs et réponses d’experts dans nos pages Courrier de lecteurs des magazines “papier”, mais aussi, pour nos abonnés ayant souscrit à l’option Web+, dans la rubrique FAQ (Foire aux questions) de ce site.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest