.
La Maison écologique - Le magazine de l'écoconstruction et des énergies renouvelables

Couverture du n°81

En kiosque, le n°81 - Juin-Juillet 2014

Éditorial

J’y " croa " encore

Il était une fois une grenouille qui nageait paisiblement dans une belle et grande marmite d’eau froide. Un petit feu était allumé sous le chaudron, et l’eau s’y réchauffait tranquillement. La grenouille trouvait cela plutôt agréable de nager dans l’eau tiède. L’eau se réchauffait encore, le batracien appréciait moyennement mais ne s’inquiéta pas pour autant. La température continuait son inexorable ascension, l’animal s’affaiblissait et n’avait désormais plus la capacité de se sortir de ce bouillon fatal !
Imaginons maintenant la même grenouille plongée directement dans une eau à haute température... sûr qu’un bon coup de patte l’aurait éjectée directement de la marmite.
L’origine de cette célèbre histoire, illustrant notre immobilisme face aux changements lents, même les plus terribles, daterait d’une expérience scientifique américaine de 1882 : « Une grenouille vivante peut être bouillie sans qu’elle bouge si l’eau est chauffée assez lentement ; dans une expérience, la température a été augmentée de 0,002°C par seconde, et la grenouille fut retrouvée morte après 2 heures 30 sans avoir bougé ».
Depuis, d’autres scientifiques ont montré que, plongées dans l’eau chaude non bouillante, la plupart des grenouilles s’échappent rapidement.
Glaçant de similitude avec notre propre réaction face aux changements climatiques, non* ? D’après le GIEC** et ses récents rapports, la nage tranquille dans l’eau tiède est finie pour nous, et la phase d’engourdissement dans l’eau chaude est largement entamée !
Lueur d’espoir : la grande différence entre ce pauvre batracien de laboratoire et les humains que nous sommes est que nous avons, a priori, le cerveau suffisamment développé et les mains raisonnablement habiles pour éteindre le feu sous la marmite.
Petite suggestion dans un domaine qui nous est cher, l’habitat : privilégier des matériaux locaux et peu énergivores, comme la terre crue est une excellente solution " coup de patte " réalisable dès aujourd’hui par des autoconstructeurs mais aussi des professionnels au savoir-faire reconnu (lire notre dossier p.28).
Réagissons donc MAINTENANT avant d’être entièrement paralysés sous les alertes quotidiennes qui passent cruellement inaperçues : incendies géants, montée des eaux, tempêtes à répétition, pollutions...

Julie Barbeillon

*Al Gore a d’ailleurs utilisé cette allégorie dans son film Une vérité qui dérange.
** Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – Retrouvez les dernières conclusions de leur travail sur http://leclimatchange.fr

Au sommaire de ce numéro

Construire et rénover en terre crue

Dossier : Construire et rénover en terre crue

La terre crue serait-elle en train de faire son grand retour ? Après avoir été dénigrée et sacrifiée sur l’autel en béton armé du capitalisme industriel, elle regagne, timidement mais sûrement, du terrain en France. Enduits, briques, mortiers, panneaux… ses utilisations diverses s’adaptent au bâti ancien et aux constructions neuves. Matériau d’hier, la terre s’invite dans l’écoconstruction d’aujourd’hui, et devient le matériau de demain...

A la loupe

A la loupe

Se chauffer pour 100 € par an !

Le pouvoir isolant des murs en blocs de béton de chanvre n’est plus à démontrer. Dans cette maison près de Grenoble, la facture de chauffage par géothermie est bien inférieure à celle de l’électricité spécifique.

A vos blogs

A vos blogs

Faire rimer performance et écologie

http://maison-bois-passive-en-vosges.netai.net

Autoconstruire

Autoconstruire

Fêter ses 50 ans dans la paille et la terre

Après une première expérience de restauration en torchis, Christine et Jean-Luc Ortegat ont décidé d’autoconstruire une maison en paille et ossature bois, en laissant une large place à la terre crue.

Billet d'humeur

Billet d'humeur

Adieu la Terre, bonjour Kepler

« Sommes-nous fichus, condamnés par ce fatal dédain pour notre jardin d’Eden ? »

Carte verte

Carte verte

Les Castors autoconstruisent en Île-de-France

Conseils, accompagnement, écologie et autoconstruction

Devenir Castor, c’est faire partie d’une communauté d’autoconstructeurs, afin d’être épaulé pour construire sa maison écologique. Un adhérent a d’ailleurs réalisé sa maison passive grâce aux Castors Île-de-France, pourquoi pas vous ?

Côté extérieur

Côté extérieur

L’homme qui voulait habiter un jardin

Gilles Clément est un jardinier " planétaire ", philosophe, scientifique et poète... À la fois contemplatif, visionnaire, en perpétuel mouvement, comme " le vivant " pour lequel il mobilise toute son énergie, pour protéger la vie. 

Enquête matériau

Enquête matériau

La paille porteuse d’avenir…

Inventée il y a plus d’un siècle, la construction en botte de paille porteuse jouit d’une bonne image : conception simple, économique, performante ; elle serait idéale pour l’autoconstruction. Qu’en est-il vraiment ? Quels sont ses atouts et ses limites ?

Main à la pâte

Main à la pâte

Jonction décorative en mosaïque

Réaliser une jolie frise de séparation entre deux enduits

Outillage

Outillage

Les outils indispensables pour construire en bois

Partons à la découverte d’outils précieux pour le travail du bois, à ranger soigneusement dans votre atelier d’autoconstructeur aux côtés de la ponceuse orbitale, de la scie sauteuse et autre matériel électroportatif.

Rénover

Rénover

Grange avec vue 

Accrochée à flanc de montagne, sous la bienveillance de quelques emblématiques cheminées de fée calcaires, une grange a fait peau neuve. Le foin a cédé la place à un espace de vie tout habillé de bois.

Technique

Technique

Couper les ponts... thermiques

Source importante de déperdition de chaleur, les ponts thermiques peuvent aussi générer des dégâts au bâtiment. Si plus personne n’ignore qu’il faut les traiter, dans la pratique, il y a encore des marges de progrès.

Vivre avec

Vivre avec

Chauffe-eau solaire monobloc, mode d'emploi

Nadine Savary et Jean-Bernard Froger, agriculteurs bio en Mayenne, ont installé voici sept ans un chauffe-eau solaire monobloc pour leur maison. Ils en sont tellement satisfaits qu’ils ont décidé d’en installer un second pour leur salle de traite...