Rénovation : attention aux arnaques !

Rénover, attention aux arnaques

Après le photovoltaïque, l’éolien domestique, les pompes à chaleur, c’est à la rénovation énergétique d’être la cible d’escrocs qui profitent de l’effet d’aubaine ouvert par la COP 21 et les aides financières liées à la loi de transition énergétique. L’Ademe met en garde contre des commerciaux présentant de fausses photos thermiques pour pousser aux travaux, vendant un diagnostique présenté (à tort) comme obligatoire sous peine de taxes, présentant des devis surévalués, antidatés pour supprimer le délai de rétractation, voire livrant des matériaux sans devis signé ! La signature du bon de réception vaut acceptation du chantier.

Certains de ces escrocs affichent le label RGE sans qu’il leur ait été délivré. Un annuaire national des entreprises RGE consultable en ligne a été créé pour les démasquer. Cette minorité porte préjudice à la majorité d’entrepreneurs sérieux. En cas de doute, rendez-vous auprès de votre Espace info énergie qui vous orientera vers des artisans qualifiés.


Les futurs architectes touchent enfin à l’écoconstruction

Pour les futurs architectes, atelier écoconstruction à l'Ecole nationale d'architecture de Bretagne, à Rennes.

Des apprentis architectes de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne (Ensab), à Rennes, participent à un atelier pratique d’écoconstruction. Sur les 80 étudiants de quatrième année à qui ce module innovant a été proposé, 25 ont voulu participer, pour 18 places.

« L’écoconstruction n’est pas enseignée dans les écoles d’architecture. Pourtant, elle ouvre des horizons plus larges. Le béton armé, les étudiants savent faire. Les matériaux biosourcés impliquent un peu plus de complexité et de réflexion sur les connexions entre les matériaux. » Rozenn Boucheron-Kervella, architecte, enseignante à l’Ensab, coordinatrice pédagogique du projet.

Depuis décembre 2015, les étudiants, futurs architectes, construisent dans la cour de leur école d’architecture un bâtiment de 20 m2 en ossature bois, paille, liège, enduits terre ou chaux…

Lire la suite


Soyez nos murs porteurs

murs porteurs

Éditorial du magazine La Maison écologique d’avril-mai 2016

15 ans et quelques semaines que La Maison écologique enquête, raconte, compare, teste, interroge, veille et vous informe sur son dada favori, l’habitat écologique. L’histoire commence en Normandie, un peu avant le passage à l’an 2000. Yvan Saint-Jours s’évertue alors à rénover une petite maison de pierre. Et pas question pour lui d’utiliser des matériaux polluants néfastes pour sa famille ou la nature. Mais au siècle dernier, pas facile de trouver des informations et des distributeurs. Germe alors l’idée de créer un magazine, un rendez-vous régulier avec ceux qui veulent en savoir plus sur les écomatériaux, les économies d’énergie et les énergies renouvelables.

dessinBesseLe premier numéro de La Maison écologique (LME pour les intimes) paraît début 2001. La suite de l’histoire, vous la connaissez ou la devinez ‡: le magazine n’a pas manqué un seul rendez-vous. Tous les deux mois, il est arrivé à point nommé dans les boîtes aux lettres, puis dans les kiosques à partir de 2004.

En quinze années, notre travail a évolué. L’information coule maintenant à flot, déborde même. Toutes les entreprises brandissent du « ‡durable‡ », du « ‡naturel‡ », quitte à faire de l’ombre à celles qui proposent des solutions vraiment intéressantes de circuit court, de matériaux stockant du carbone… La difficulté n’est plus de trouver l’info, mais de la décortiquer pour garder le bon grain et mettre l’ivraie de côté. Notre indépendance vis-à-vis des grands groupes de presse est une véritable richesse, c’est notre gage de qualité. Et c’est grâce à vous seuls, chers lecteurs, que depuis 15 ans LME existe. MERCI‡ !

Aujourd’hui, dans un contexte économique difficile pour la presse comme pour le bâtiment, le magazine doit impérativement évoluer pour toucher de nouveaux lecteurs et continuer à paraître encore longtemps. Vos réponses à notre enquête nous ont permis d’entrevoir quelques évolutions éditoriales à mener, un rafraîchissement graphique ne nous ferait pas de mal non plus, notre développement sur Internet est également crucial… Bref, de belles surprises au menu de 2016 et 2017. Nos idées ne manquent pas, mais nos finances sont malheureusement plus limitées. Alors LME part en quête de murs porteurs d’un nouveau genre… via une campagne de financement participatif*. Soutenez votre magazine du 22 mars au 5 mai sur www.kisskissbankbank.com et partagez l’information autour de vous. Parce que nos murs porteurs, c’est VOUS‡ !

L’équipe de La Maison écologique

* Il s’agit d’un appel au don hébergé par une plateforme Internet conçue à cet effet. Nous vous avons concocté une vingtaine de contreparties pour vous remercier de vos dons… Accès direct sur www.kisskissbankbank.com/soutenez-la-maison-ecologique


Entropie, un FabLab pour les objets libres

Entropie, un FabLab à Grenoble

Portes grandes ouvertes sur une artère passante de Grenoble, Christophe et Thomas s’affairent à démonter une étagère de chambre d’enfant, unique au monde, qu’ils viennent de fabriquer. Unique au monde… seulement pour l’instant, puisque son design est libre et que la notice explicative pour la fabriquer sera bientôt sur Internet. Elle pourra être reproduite n’importe où dans le monde. C’était l’idée de Christophe quand il a créé l’association Entropie à Grenoble, un FabLab (contraction anglaise pour laboratoire de fabrication) qui défend le design libre de droits. « Je me suis dit que, si j’ai une bonne idée, c’est bête de la garder pour moi », affirme-t-il comme une évidence. Il a soigneusement édité les notices des meubles qu’il a conçus et, à cette collection, se sont ajoutées toutes les idées des passionnés qui gravitent autour de l’association. Lire la suite