RE2020 : que reste-t-il du label E+C- ?

RE2020 et label E+C-

Nous avons choisi de publier ici l’intégralité du communiqué envoyé fin novembre par Thierry Rieser, gérant du bureau d’études Enertech, et cosigné par une soixantaine d’acteurs de terrain, inquiets de la tournure que semble prendre la nouvelle réglementation thermique et environnementale pour la construction, la RE 2020. Avec notamment une réduction des exigences par rapport à l’expérimentation E+C-. Les nombreux signataires demandent en urgence aux pouvoirs publics de reconsidérer certains axes de travail.

 

La RT2012 est née du Grenelle de l’Environnement dont les travaux s’étaient déroulés durant l’été 2007 et mise en place le 1er janvier 2013 après plus de 5 ans d’intenses discussions entre parties prenantes. Elle a constitué un saut qualitatif important en instaurant pour la première fois en France un objectif de performance énergétique exprimé en valeur absolue en énergie primaire et par unité de surface.

Devant le constat largement partagé de la nécessité de la faire évoluer face aux enjeux climatiques et énergétiques toujours plus prégnants, l’État a décidé de prendre les devants en lançant la réflexion sur ce qui est censé devenir la « RE2020 » – le « E » pour « environnementale » à la place de « thermique » marquant la volonté d’élargir à juste titre le périmètre de la règlementation à d’autres questions que la seule énergie consommée par les occupants des bâtiments.

C’est ainsi qu’était lancé fin 2016 le label Energie Carbone, ou E+C-, censé préfigurer la future Réglementation Environnementale RE2020, qui remplacera la RT2012.

A l’époque, nous avons été nombreux à saluer les avancées majeures de ce label. Il introduisait l’analyse de cycle de vie (ACV) des bâtiments par un premier indicateur : le carbone. Il concrétisait enfin la notion de « Bâtiment à énergie positive » (lancé 10 ans plus tôt par le Grenelle de l’Environnement) avec le bilan BEPOS, dans lequel étaient incluses les consommations d’électricité à usages spécifiques (électroménager, bureautique etc.).

Trois ans plus tard, après que des centaines d’opérations tests aient vu le jour partout en France et que des dizaines de réunions de concertation (groupes d’expertise et groupes de concertation) aient eu lieu avec toutes les parties prenantes, voici l’heure des arbitrages.

Alors que reste-t-il de l’ambition initiale ?

Disons-le tout net : malgré un certain nombre de points positifs qu’il convient de saluer, l’enthousiasme des débuts a cédé la place à la crainte que notre pays ne fasse machine arrière sur des points essentiels…

À cet égard, espérons que l’appel à la raison que constitue ce texte signé par un grand nombre de professionnels du bâtiment et d’acteurs de terrain engagés de longue date dans la transition énergétique et écologique pourra être entendu avant qu’il soit trop tard.

Des points positifs qui méritent d’être salués

Parmi les évolutions présentées dans le document « Evolutions de la méthode d’évaluation Energie Carbone et indicateurs testés en vue de la RE2020 » publié le 6/11 sur le site http://www.batiment-energiecarbone.fr, nous saluons les avancées suivantes :

  • Les indicateurs seront rapportés à la surface habitable (SHAB) ou la surface utile (SU), simple et connue de tous, au lieu de la SRT ;
  • L’analyse de cycle de vie sur l’indicateur carbone Eges est toujours présent, et cela reste une innovation majeure de la RE2020 (on attend tout de même de voir si les objectifs seront ambitieux ou non) ;
  • L’approche socle + points, initialement envisagée, a été abandonnée. Elle aurait nécessité un équilibrage (forcément arbitraire) de la valeur des points entre énergie et carbone. L’approche retenue comportera a priori des objectifs sur chacune des dimensions Energie et Carbone, ce qui semble plus simple et plus robuste ;
  • L’indicateur de confort d’été de la RT2012, la Tic, largement critiquée par la profession, serait remplacée par un indicateur en degré-heures (plutôt que la DIES), qui semble mieux refléter la réalité ;
  • La prise en compte des Autres usages immobiliers dans les consommations énergétiques : éclairage des parties communes et parkings, de la ventilation des parkings et les ascenseurs et escalators ;
  • L’ajout d’un indicateur Carbone biogénique stocké, évaluant la fonction « puits de carbone » de la construction biosourcée. Mais y aura-t-il un objectif ?

Et point positif général, indépendamment des arbitrages, la démarche E+C- a permis la montée en compétences et la mobilisation de la profession, en particulier autour de la problématique du bilan carbone qui est très novatrice. Globalement, cette expérimentation est une réussite pour cela et il serait dommage de ne pas valoriser pleinement le travail réalisé par tous les partenaires.

Mais ces points positifs ne suffisent pas à contrebalancer nos inquiétudes : pour nous acteurs du Bâtiment qui avons expliqué le label E+C- à nos maîtres d’ouvrages, qui l’avons parfois défendu auprès de nos confrères dubitatifs depuis le départ, qui avons investi du temps et de l’énergie pour y apporter nos contributions, la récolte est bien maigre !

Et les reculs majeurs décrits ci-dessous, s’ils se confirmaient, resteraient difficiles à accepter, tant nous avons la conviction qu’ils sont contraires aux intérêts de la Transition énergétique et environnementale.

Disparition du bilan BEPOS

Selon le document « Evolution de la méthode » cité précédemment, l’indicateur BEPOS ne sera plus évalué. Fini donc cet indicateur qui permettait de faire le bilan de l’ensemble des consommations tous usages et de leur production d’énergies renouvelables. Dans le label E+C-, c’est pourtant ce bilan BEPOS qui était au cœur de l’évaluation énergétique. Cette évaluation classe les bâtiments du niveau E1 peu exigeant jusqu’au niveau E4, correspondant à un bilan BEPOS nul ou négatif, c’est-à-dire un bâtiment produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme, conformément à la définition d’un « bâtiment à énergie positive », ou BEPOS.

Pourquoi est-ce grave ?

D’abord parce qu’avec cet abandon, s’il était confirmé, on ne pourra plus atteindre l’objectif de la loi Grenelle 1, dont l’article 4 fixait comme objectif que tous les bâtiments neufs soient à énergie positive dès 2020, transcrivant en cela la directive Européenne 2010/31 du 19 mai 2010 sur la performance énergétique des bâtiments (« Nearly zero energy Buildings »). Sans bilan BEPOS, comment compte-t-on définir un bâtiment à énergie positive ?

Aussi parce qu’en faisant totalement disparaître les Autres usages de l’énergie, ou Aue, qui sont toutes les consommations autres que les 5 usages réglementaires (le chauffage, l’eau chaude sanitaire, l’éclairage, la climatisation et les auxiliaires), soit l’électroménager, la cuisson, la bureautique etc., on néglige tout simplement le plus important poste de consommation des bâtiments neufs. Il n’apparaît plus dans aucun indicateur ! Le bosquet des 5 usages réglementaires va continuer à cacher la forêt des véritables consommations énergétiques des bâtiments (voir schéma ci-dessous).

Exemple de répartition des consommations d’énergie primaire mesurées d’un bâtiment de logements collectifs performants : si on ne considère pas les Aue, on néglige les deux tiers de la consommation ! Source : Campagne de Mesure d’Enertech.
Exemple de répartition des consommations d’énergie primaire mesurées d’un bâtiment de logements collectifs performants : si on ne considère pas les Aue (autres usages de l’énergie), on néglige les deux tiers de la consommation ! Source : Campagne de Mesure d’Enertech.

Alors certes, l’indicateur BEPOS n’était pas parfait, mais les groupes d’expertises avaient proposé de nombreuses améliorations, dont notamment l’assouplissement de la définition des bâtiments à énergie positive pour être atteignable pour les bâtiments avec plusieurs étages. Nous aurions pu ainsi concrétiser l’engagement de la France d’aller vers 100% de bâtiments neufs à énergie positive en 2020, ambition qui semblait fédératrice à l’époque dans la bouche de nombreux acteurs du bâtiment (voir par exemple ce document de 2014 du Plan bâtiment durable).

Attaques sur le coefficient 2,58

Second point, lors de la réunion de concertation du 7/11/2019, il a été annoncé que les calculs qui seront réalisés entre fin 2019 et début 2020 pour fixer les seuils de la future RE2020 seront réalisés non pas avec le coefficient 2,58 d’énergie primaire de l’électricité, mais avec un coefficient 2,3.

Pourquoi cette valeur, contraire à la réalité physique du mix électrique français actuel ?

Lors d’une précédente réunion de concertation en avril 2019, l’Administration avait évoqué la prise en compte d’un coefficient de 2,1 suscitant un tollé dans la profession. L’argument avancé était qu’on anticipe ainsi l’amélioration future du coefficient d’énergie primaire, censé correspondre au futur mix électrique de 2035 si tous les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE), issue de la Loi de transition énergétique pour une croissance verte de 2015 (LTECV), tant en matière de consommation que de production, y compris celui de 50% de nucléaire et d’augmentation de la production d’électricité renouvelable, étaient atteints. A l’appui de sa position, la DGEC avait mis en avant le graphique ci-dessous :

Graphique issu de la note de cadrage de la DGEC en Avril 2019, justifiant le coefficient 2, 1
Graphique issu de la note de cadrage de la DGEC en Avril 2019, justifiant le coefficient 2, 1

Il est intéressant de noter sur ce graphique que la réalité physique est que le coefficient d’énergie primaire de l’électricité est bien supérieur à 2,58 depuis des dizaines d’années…

Parier sur sa baisse est typiquement une prophétie auto-non-réalisatrice. Si on fait cette hypothèse, on va de fait favoriser les modes de chauffage électrique les moins performants (les radiateurs électriques, au détriment des pompes à chaleur par exemple) et ainsi augmenter la demande d’électricité. Or une production aussi élevée ne pourra pas être couverte seulement avec des énergies renouvelables, mais fera aussi appel au développement ou aux imports des centrales thermiques classiques. Or les lois de la physique indiquent qu’au faible niveau de température qui est le leur, le rendement de ces centrales est d’environ 30%, ce qui fera tendre le coefficient d’énergie primaire vers plus de 3.

Faut-il le rappeler, le coefficient d’énergie primaire de l’électricité est une réalité physique, et non une valeur négociable. Pourquoi d’ailleurs proposer 2,1, puis 2,3 ? Est-ce un marchandage ? On rappelle que la Directive Européenne 2018/844 sur la performance énergétique des bâtiments fixe la méthode de détermination de ce coefficient que doivent utiliser les Etats Membres (paragraphe 2 de l’annexe 1). Un coefficient basé sur un pari impossible à tenir est contraire aux Directives Européennes, on peut donc légitimement s’interroger sur un tel choix qui pourrait s’avérer juridiquement fragile au niveau Européen.

Cessons donc de faire mentir la physique ! En accord avec les règles Européennes, nous devrions adopter la valeur actuelle du coefficient telle que définie par la courbe ci-dessus en 2019, soit 2,74, et le réviser dans 5 ans pour suivre les évolutions réellement constatées !

Ad minima le maintien du statuquo à 2,58 pourrait être une solution raisonnable qui éviterait de rouvrir ce débat explosif.

Une autre source d’inquiétude est l’annonce lors de la même réunion d’avril 2019 que l’impact carbone du chauffage électrique pourrait être également réduit de 210 gCO2/kW.h dans le label E+C- à 80 gCO2/kW.h, valeur proche de la moyenne annuelle des émissions carbone du mix énergétique français. Or la valeur de 210gCO2/kWh provient de la base Carbone de l’ADEME en 2013, et prend en compte le fait qu’en moyenne mensuelle hivernale le mix énergétique s’appuie sur un recours important aux énergies fossiles, à cause précisément du chauffage électrique. Nous ne comprenons pas ce qui justifierait physiquement d’abaisser ce coefficient dans la RE2020. Il est donc important de maintenir cette valeur hivernale dans la future réglementation, quitte à anticiper des évolutions du mix français à l’avenir, et adapter la valeur au fil du temps aux évolutions constatées objectivement.

Si la volonté politique est de décarboner le chauffage (conformément à la Stratégie Nationale Bas Carbone notamment), en rendant plus difficile le recours aux générateurs gaz fossile les moins performants (non associés à du solaire thermique par exemple), alors les arbitrages proposés vont beaucoup trop loin ! Nul besoin de faire mentir la physique pour arriver à cet objectif.

En effet, la Pompe à chaleur performante, c’est à dire avec un coefficient de performance (COP) annuel supérieur à 3, est déjà gagnante sur tous les tableaux en prenant en compte les coefficients physiques actuels :

  • Pour l’énergie, si on ramène le COP annuel à un rendement en énergie primaire 3 / 2,74 = 109%, c’est déjà un rendement annuel en énergie primaire supérieur ou égal à toute chaudière gaz ;
  • Et sur le carbone, avec le coefficient physique de 210 gCO2/kW.h pour l’électricité pour le chauffage, la PAC émet 210 / 3 = 70 gCO2 par kW.h de chaleur produite, c’est déjà bien mieux qu’une chaudière gaz à environ 240 / 95% = 252 gCO2 par kW.h (pour une hypothèse de rendement annuel de 95%, sachant qu’une autre hypothèse ne changerait pas l’ordre de grandeur).

En clair, nul besoin ni d’un coefficient 2,3 ni d’un facteur GES de 80g, les valeurs réelles ou celles du label E+C- suffisent déjà à obtenir un effet incitatif puissant pour décarboner le chauffage, principalement avec un objectif ambitieux sur l’indicateur carbone Eges.

Voir à ces sujets du coefficient d’énergie primaire et de l’impact carbone de l’électricité, cette note de synthèse publiée en 2019.

Attaques sur les EnR électriques

Un vent de photovoltaïque-bashing souffle sur la RE2020…

Disparu le bilan BEPOS, la production d’énergie renouvelable ne pourrait être valorisée dans la RE2020 dans le Cep que pour sa part auto-consommée. N’exportez plus, cela ne sert à rien. Vos électrons n’ont pas d’intérêt, on n’en veut pas sur le réseau…

Cette approche ne valorisant que l’autoconsommation a également le défaut de favoriser les toutes petites installations, typiquement un capteur sur une maison individuelle pour optimiser l’atteinte du Cep sans avoir à penser globalement la performance. En effet, toute la production d’un seul capteur sera auto-consommée. A contrario, une installation photovoltaïque de 3 kWc ou plus sera mal valorisée car une part importante sera exportée sur le réseau et consommée par d’autres bâtiments.

De même, il est prévu que l’indicateur RER (recours aux énergies renouvelables) soit remplacé par un RCR (recours à la chaleur renouvelable). Bien sûr la chaleur renouvelable (solaire thermique, biomasse, géothermie, etc.) a toute sa place dans la performance des bâtiments et les filières ont besoin d’être soutenues. Mais pourquoi supprimer l’indicateur RER au lieu de juxtaposer les deux ?

Autre coup dur, plus technique : dans le bilan carbone la production renouvelable après période d’analyse n’est plus valorisée. La durée de vie d’un capteur photovoltaïque est supposée de 30 ans (en fait après 30 ans il continue de produire). Celle du bâtiment est supposée de 50 ans. Donc le calcul compte l’impact des capteurs à la construction, de nouveau au bout de 30 ans pour les remplacer, et on met à la benne les capteurs au bout de 50 ans sans valoriser les 10 ans (minimum) où ils vont en fait continuer à produire.

A l’inverse, soulignons que le mode de calcul de l’impact carbone des panneaux PV dans le calcul actuel est très favorable aux grandes installations. En effet, leur valeur d’impact est pondérée du taux d’autoconsommation (Tac pv) dans le calcul des indicateurs climatiques Eges et Eges pce (voir p 28 de la méthode E+C-). Tout ceci nous semble trop complexe et totalement illisible pour les maîtres d’ouvrage. Une remise à plat pour simplifier et éclaircir ces sujets semble nécessaire, avec une vigilance sur la juste évaluation de l’ensemble des impacts carbone.

Si on prend un peu de recul, tout le monde s’accorde plus ou moins pour dire qu’il faut développer les énergies renouvelables en France. Le photovoltaïque en fait partie, pourtant la France n’atteint même pas les objectifs globaux de production photovoltaïque annuels qu’elle s’est assignés. Il faut donc appuyer sur l’accélérateur, pas sur le frein ! Et si on veut développer cette filière, il faut se poser la question suivante : préfère-t-on les panneaux dans les champs ou sur le toit des bâtiments ? Quelle est donc la logique qui sous-tend ces choix contre-productifs ?

L’argument mis en avant pour justifier l’ensemble de ces mesures bridant la filière photovoltaïque est qu’il faut éviter d’avoir des passoires thermiques couvertes de capteurs photovoltaïques. Tout le monde est d’accord pour éviter cet écueil. Mais est-on également tous d’accord pour refuser les passoires thermiques chauffées au bois, afin de ne pas épuiser la ressource de bois renouvelable et locale ? Est-ce donc la bonne solution de brider les EnR électriques ? Non. La bonne solution consiste à mettre un critère de performance sur l’enveloppe, et il a déjà un nom : le Bbio ! C’est pourquoi plus que jamais il faut défendre l’acquis du Bbio, et en renforcer les objectifs, et surtout pas le supprimer comme il en a été question.

Il nous semble que ce n’est pas le rôle d’une réglementation d’arbitrer entre les filières par un choix d’objectifs au périmètre artificiellement restreint (comme le RCR). Les filières doivent être jugées sur un pied d’égalité, en se basant sur la réalité physique des impacts énergétiques et climatiques. Tout devrait nous amener, dans l’esprit de la LTECV et de la COP 21, à minimiser l’ensemble de nos consommations, quelle que soit la nature de l’énergie consommée, et à promouvoir l’ensemble des énergies renouvelables au lieu d’opposer les filières entre elles.

Un calcul carbone illisible

A ces arbitrages s’ajoutent une confusion toujours non résolue sur le résultat du calcul d’impact gaz à effet de serre (GES), dit bilan carbone. En effet, plusieurs études montrent que finalement, construire en béton ou bien construire en bois aurait le même impact du point de vue GES.
( Voir par exemple la présentation à Cities to Be en septembre dernier de Gabriel SAUTIER, Immobilière 3F, Nathalie TCHANG, Tribu Energie et Mickaël THIERY, DHUP : https://www.citiestobe.eu/wp-content/uploads/2019/09/A1_1209_Auditorium_A-PUBLIER.pdf )

Un résultat illisible pour les maîtres d’ouvrage, car contre-intuitif et tout simplement une contre-vérité ! En effet, ce résultat apparent dans le calcul s’explique par deux biais méthodologiques :

  • Le recours plus important aux données génériques dans la filière bois. En effet, les petits industriels de cette filière n’ont pas les moyens de financer les nombreuses fiches FDES nécessaires à décrire l’ensemble des composants de de la construction bois. On est donc forcé d’utiliser des données par défaut pour la construction bois, volontairement pénalisantes (pour inciter les industriels à réaliser les FDES). Sur le cas d’étude montrant un impact climatique similaire en bois et en béton, c’est en fait plus de 60% de données par défaut qui ont été utilisées, contre moins de 25% en filière béton (chiffres issus de la présentation citée en bas de page). Les nouvelles fiches collectives du FCBA sont à ce titre une bonne nouvelle qu’il convient de saluer, et qui devrait permettre de meilleurs résultats de calcul à l’avenir.
  • Autre problème : les laitiers de haut-fourneau, présentés comme « la » solution de la filière béton. Incorporer des laitiers de haut-fourneau issus de la sidérurgie dans le ciment permet en effet d’abaisser son contenu carbone. C’est le béton dit « bas carbone », une bonne nouvelle en soi ! Cependant, le laitier est considéré comme un déchet par la filière béton, donc son impact est compté comme nul. Alors que la filière acier compte le laitier de haut-fourneau comme un co-produit de l’acier, ce qui diminue le poids carbone de l’acier. Compté en négatif d’un côté, compté à 0 de l’autre, il y a là une erreur méthodologique en faveur de la filière béton armé !

Ces deux problèmes méthodologiques ont été signalés de longue date. On peut s’étonner qu’il ne semble pas prévu de les corriger avant de réaliser les calculs de calibrage de la RE2020.

Afin de compléter la base de référence sur les déclarations environnementales et sanitaires (base INIES), un AMI a été annoncé par la DHUP en novembre 2019. Ceci va bien sûr dans le bon sens, mais les résultats arriveront trop tard par rapport à la phase de calcul et de calage des objectifs qui débute cette fin d’année. En attendant, ne pourrait-on pas mettre à disposition des concepteurs des valeurs par défaut issues des bases de données d’ACV internationales et peu ou pas pénalisantes ?

Et au passage…

De façon non exhaustive et en résumé, encore d’autres déceptions :

  • Le scénario conventionnel restera toujours en décalage avec la réalité du terrain. On continuera globalement de sous-estimer structurellement les consommations de chauffage en continuant de croire que :
    • Les gens se chauffent à 19°C avec un ralenti de jour à 16°C,
    • Les logements sont inoccupés les jours de la semaine malgré la présence des retraités, des chômeurs, des travailleurs à domicile, etc.,
    • Les logements sont également inoccupés pendant les vacances de fin d’année (où sont donc passés les gens ?),
    • Personne n’ouvre ses fenêtres pour aérer,

On pourrait actualiser l’ensemble de ces indicateurs (tout en restant dans une logique conventionnelle, on est d’accord qu’en réalité il y a autant de cas particuliers que d’occupants), des propositions ont été faites en ce sens en Groupe d’Expertise.

  • A l’inverse la consommation d’eau chaude sanitaire (ECS) va continuer à être surestimée. Malgré le Guide du COSTIC de 2016 qui révèle une baisse des puisages, la quantité d’eau chaude utilisée au total ne sera pas modifiée.
  • Toujours dans le flou : y aura-t-il un objectif ambitieux sur le Bbio (voir précédemment) ?
  • Et toujours aucune exigence sur un sujet pourtant majeur de santé publique : la qualité de l’air intérieur. Ce thème n’a toujours pas été abordé. Voir à ce propos notamment l’article de Suzanne Déoux (Médiéco) dans le Manifeste d’EnerJmeeting 2017.

L’heure est au courage politique !

Nous gardons espoir cependant ! Les orientations proposées à ce stade ne sont sans doute pas définitives. Nous espérons par ce communiqué faire prendre conscience à la profession et aux décideurs de l’écart qui se creuse entre les ambitions annoncées, en conformité des lois votées par le Parlement et des engagements européens de la France, et la réalité de ce qui est proposé aujourd’hui.

Nos propositions prioritaires :

  • Adopter la valeur actuelle du facteur d’énergie primaire de 2,74 pour l’électricité, ou a minima rester sur le statuquo du 2,58 ;
  • Fixer un objectif (ambitieux !) de Bbio, au lieu des arbitrages pénalisant le photovoltaïque ;
  • Conserver le Bilan BEPOS incluant tous les Aue, en plus Cep ;
  • Calculer à la fois l’indicateur RER (toutes énergies renouvelables) et l’indicateur RCR (chaleur renouvelable),
  • Sur le volet Carbone : continuer de compléter la base INIES, pour remplacer les valeurs par défaut très (trop) pénalisantes,
  • Corriger le problème méthodologique des laitiers de haut-fourneau entre filières acier et béton.

Et à l’issue de la phase de calcul de calibration, fixer des valeurs cibles ambitieuses en énergie et en carbone !

Courage, pour information nous avons construit le nouveau siège d’Enertech à Pont de Barret (26) pour 1120 € HT/m² SHON coût travaux hors VRD, et il est… E4C2 !

Signataires : Thierry RIESER, BE Enertech ; BE AGI2D ; BE ALTO Ingénierie ; BE AMOES ; ARBORESCENCE ; Antoine ARDOUIN, BE EPCO Energies ; Association ASDER ; Cabinet ASTRE Transition ; Atelier des Vergers, Architectes ; Gilles AZZOPARDI, chef d’entreprise – design urbain ; Nicolas BEAUPIED, Directeur de projet de l’agence de conseil TRANSITIONS ; Philippe BERTRAND, Association APROMER ; Laurent BILLAUD, Directeur Bio B.E ; Jean-Paul BLUGEON ; Frédéric BŒUF, BE Surya Consultants, SEBA Experts, Cyclades ; Vincent BRESSY, Architecte, Agence WS-A ; Aurélien BROSSAUD, BE INDDIGO ; Olivier CASSAGNES, Technicien en thermique ; Clément CASTEL, BE ENERGELIO ; Christian CARDONNEL, Consultant ; BE C+POS ; CHABANNE INGENIERIE ; Bulle CHAULIAC, Paysagiste, Directrice générale d’URBALAB Toulouse ; Christian CHARIGNON, Tekhnê architectes & urbansites ; Sylvain CHATZ, BE ENERCOBAT ; Xavier CHOLIN, Ingénieur solaire thermique ; Association CLER réseau pour la transition énergétique ; Stéphane COCHET, A003architectes ; Sylvain COUDURIER, BE ENERCOBAT ; Samuel COURGEY, Arcanne ; Cédric CRETON, BE IMAEE ; Philippe DALLA-NORA, Gérant d’HABITAT BELLE PLANETE & SOLAR BELLE PLANETE ; Association Défi énergies 17 ; Mathieu DELEUZE, BE THERREA ; Denis DESSUS, Architecte ; Guillaume DEVILLERS, Ingénieur bâtiment durable ; Yves DOLIGEZ, Conseil Environnemental ; Dominique DUPONT, BE Sas SD ; Jean-Luc DUVILLIER, BE TERRE-ECO ; Encore Heureux architectes ; Association ENERPLAN ; BE ETAMINE SCOP ; Hubert FÈVRE, Consultant – Ingénieur conseil ; Luc FLOISSAC, Conseiller environnemental ; Bertrand FREZET, BE Caeli Conseil ; Laurent FUHS, Directeur Technique, BE EGIS ; Olivier GAUJARD ; Dominique GAUZIN-MULLER, Architecte ; François GELLE, Chargé d’affaires Génie Climatique ; Sylvain GODINOT, consultant indépendant en transition écologique ; Jeanne GOFFART, Ingénieure de Recherche ; Julie GOMEZ, Ingénieure bâtiment durable ; Natacha GONDRAN, Enseignante-chercheur en évaluation environnementale ; Jean Pierre GOUDARD, Agence Locale de la Transition Energétique du Rhône ; Association GREEN CROSS ; Alain GUIAVARCH, Ingénieur en bureau d’études ; Julien HENRY, Technicien de bureau d’étude ; Association HESPUL ; Yves JAUTARD, Architecte, et SOLARTE ; Guillaume JACQUET, Technicien en thermique ; Mathias LANGUILLAT, BE APESBAT ; François LIERMANN, Architecte, PANOPTIQUE ; Paul LIRET, Ingénieur thermicien ; Véronique MAGNIERE, Ingénieure bâtiment durable ; Vincent MARIEL, Consultant en environnement et stratégie carbone ; Guy MARTIN, ingénieur ; Max MAUREL, MAYA Construction Durable ; Benjamin MERMET, Prescripteur bois construction ; Dominique et Edouard MOLARD, Architectes, ARCHIPENTE ; Thomas NAVARRO, Technicien en thermique ; Nicolas NAUD, BE ELEMENTAIRE CONSEIL ; Pierre OBERLÉ, Ingénieur énergéticien ; Guillaume PARIZOT, Directeur Métier Construction Durabledu BE EODD ; Thomas PERRISSIN, Directeur général d’ÖkoFEN France ; Vincent PIERRE, BE Terranergie ; Eric PILLIER, Directeur général du BE RBS IDF ; Antoine PRATS, BE Phroneco ; Anne RIALHE, gérante d’AERE ; Julien RIVAT, Architecte ; Thierry ROCHE, Architecte-Urbaniste, AtelierThierryRoche & Associés ; Laurence RYCKWAERT, Architecte ; Bernard SESOLIS, BE ; Olivier SIDLER, fondateur du BE Enertech ; Marion Sié, BE ACV VERSo ; Karim TAHIR, gérant de Be.energetik ; Antonin TOUPILLIER, BE GIRUS GE ; BE TRIBU ; Philippe VAUFREY, BE eEgénie ; Marie-Hélène VIAL, responsable Stratégie et Développement

Vous pouvez également signer cet appel en cliquant ici


Dossier : Humidité dans l’habitat

Humidité dans l'habitat

Humidité dans l’habitat : ne pas se laisser déborder

L’humidité est une pathologie récurrente dans les logements et qui n’est pas sans conséquence sur le bâti et la santé des occupants. Elle demeure pourtant bien souvent mal traitée…

La goutte perle sur le double vitrage embué. Tandis que le soleil d’hiver se lève, elle descend sur la traverse de l’ouvrant, le dormant, puis se faufile sous la peinture craquelée, aux allures de peau fripée par un bain trop long. Cachées derrières ces failles, quelques taches noires mouchettent le plâtre. Les mêmes qui se répandent, plus haut, à l’angle du mur qui fait la jonction avec l’étage. Votre maison est atteinte d’humidité chronique. Comme 12,6 % des logements en France.

Elle est le défaut le plus pointé par les habitants, d’après l’Insee, avant les problèmes d’isolation thermique. Car le sentiment de confort dans l’habitat dépend en grande partie du taux d’humidité dans l’air. Pour Fabien Squinazi, médecin-biologiste et membre du comité scientifique de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieure (OQAI), « le degré d’hygrométrie d’un logement doit être compris entre 40 et 60 % ». Au-delà, les personnes peuvent souffrir de gênes respiratoires, de maux de tête, etc. Et la maison en pâtit. Les enduits fissurent, les peintures s’écaillent, les murs sont fragilisés, des moisissures apparaissent…

Causes variées et mal maîtrisées

Comment en arrive-t-on là ? « L’humidité est un signe de dégradation du logement rarement exclusif », signale dans une étude le Commissariat général au développement durable (CGDD). Elle n’est pas une pathologie isolée, mais résulte d’un mélange de plusieurs défauts qui peuvent être dus au bâti ou aux activités des occupants. On peut citer en exemple une mauvaise gestion de la vapeur d’eau émise dans la cuisine ou sous la douche, une isolation dégradée, une ventilation défaillante, voire absente, des remontées capillaires ou de fortes pluies, en zone océanique surtout. Par ailleurs, les problèmes d’humidité sont différenciés dans
le bâti moderne et le bâti ancien (d’avant 1948). Le premier s’isole des apports d’eau, l’autre contient de l’eau qu’il gère selon un équilibre qu’il importe de maintenir. Preuve que l’humidité est un phénomène depuis longtemps apprivoisé.

Un problème longtemps inconsidéré

Pourtant, il est encore difficile pour nombre de professionnels de le traiter convenablement. Nicolas Charles est gérant de Treenergy, un des rares bureaux d’études à réaliser des audits humidité. Il s’est lancé il y a cinq ans, « à force de faire des études thermiques dans les bâtiments et rencontrer des problèmes d’humidité sans trouver de professionnels pour les traiter ». Samuel Courgey, référant technique spécialisé en environnement et auteur du célèbre L’Isolation thermique écologique (éd. Terre Vivante), dit alerter des problèmes d’humidité depuis près de 30 ans « sans que les services techniques du Ministère ne s’y intéressent.

[…]


Autonomie face au Monopoly

Hors-série n°12 du magazine La Maison écologique consacré à l'autonomie en eau et en chauffage

Et si on renversait la table ? Vu de sous la nappe, le point de vue pourrait être bien différent de celui véhiculé par le vacarme ambiant. Loin d’un repli sur soi, loin d’une vie en marge de la société, loin d’un refus de l’altérité et du vivre-ensemble, loin de l’égoïsme qu’on leur prête volontiers, loin de la petite goutte insignifiante dans cet océan de torpeur, les foyers autonomes que nous avons visités et les habitant.e.s que nous avons rencontré.e.s pour alimenter ce tome 2 de notre hors-série sur l’habitat autonome nous laissent entrevoir une autonomie joyeuse.

La fierté de produire sa propre énergie renouvelable pour chauffer son habitation et d’utiliser l’eau dont la nature nous fait directement cadeau, le soulagement de faire disparaître les factures, l’émerveillement de travailler de concert avec le soleil, les arbres, la pluie, les cours d’eau et le vent pour limiter nos impacts sur la planète… Une fois la table retournée et les pages de ce magazine grand ouvertes, le paysage paraît bien moins sombre.

Qu’elle concerne nos consommations électriques et nos manières de bâtir – que détricote le tome 1 paru à l’automne dernier – ou qu’elle s’attelle au chauffage de nos logements, à nos usages de l’eau et à la gestion des déchets que nous rejetons au quotidien – qu’explore ce nouvel opus –, l’expérience de l’autonomie amène à nous réapproprier nos vies tout en les ouvrant à ce qui nous entoure ; éléments, animaux, végétaux, humains. Et à conquérir une indépendance dont les grands groupes industriels ont voulu nous persuader que nous étions incapables.

Les sirènes de la surconsommation et du capitalisme débridé semblent alors bien dérisoires face à la douceur de vivre. Simplement.

Le gros lot ne se gagne pas en jouant au Loto, mais à l’autonomie.

Éditorial publié dans le hors-série n°12 du magazine La Maison écologique, “Cap sur l’autonomie – Tome 2”.


52 éléments atomiques dans votre poche !!

que trouve-t-on dans un smartphone ?

Le saviez-vous ? La moitié du tableau de Mendeleïev se trouve certainement dans votre poche…

Billet d’humeur de Thierry Salomon

initialement paru dans La Maison écologique n°101

A part quelques irréductibles lecteurs résistant encore et toujours à l’empire GAFA (Google-Amazon-Facebook-Apple), vous avez sans doute, comme moi, un smartphone dans votre poche. Bien sûr, comme moi, vous ne pouvez plus vous en passer, trouvant formidablement pratique cette version contemporaine du couteau suisse à la fois agenda, accès Internet, GPS, réveil-matin, caméra, partenaire aux échecs (toujours bon perdant), voire sablier numérique pour œufs à la coque. Ah, j’oubliais : notre smartphone sert parfois à téléphoner, antique survivance du siècle précédent quand le phone était télé mais pas encore smart.
Mais, pour fabriquer notre doudou numérique, ce bijou de technologie dont un Terrien sur trois est déjà équipé, il a fallu utiliser un nombre considérable de substances chimiques différentes, la plupart du temps sous forme d’alliage complexe, d’encre métallique (comme le nickel sur les boîtiers) ou pour « doper » les transistors.
Une pertinente étude menée par la branche « Système extractif » de l’association Ingénieurs sans frontières a tenté de comptabiliser le nombre d’éléments atomiques figurant dans un smartphone standard. Le résultat est édifiant : nous trimbalons dans notre poche environ 52 éléments atomiques différents, soit la moitié du fameux tableau de Mendeleïev !
Or, la plupart de ces éléments se trouvent dans la nature à une teneur extrêmement faible. Pour les extraire, il faut découper, exploser, concasser, transporter et traiter des quantités considérables de sol. La teneur de l’or, par exemple, est de l’ordre d’1 à 2 g par tonne de roche aurifère.
Mais une teneur aussi faible ne décourage nullement l’avidité de l’industrie minière. Ainsi, une entreprise russo-canadienne propose de venir extraire l’or en Guyane non pas dans les alluvions des cours d’eau, mais en découpant littéralement le sol de la forêt. Ce projet nommé « La Montagne d’or » – c’est beau comme du Picsou – consiste à creuser une fosse de 2,5 km par 500 m sur… 400 m de profondeur afin d’extraire à l’explosif 400 millions (!) de m3 de roches pour, après traitement au cyanure, obtenir 85 tonnes d’or. Cela reviendrait à creuser le 3e arrondissement de Paris sur une profondeur supérieure à la hauteur de la Tour Eiffel !
Ce n’est pas tout : ce projet consommerait 20 MW d’électricité 24 h sur 24, 7 jours sur 7 et impliquerait plusieurs millions de rotations d’énormes camions entre la fosse d’extraction et l’usine de traitement, ruinant à l’évidence tout objectif sérieux de réduction des gaz à effet de serre en Guyane.
Mais, objecteront certains, il nous faut bien de l’or pour nos précieux smartphones et, plus généralement, pour les besoins de l’industrie. Eh bien c’est faux : 160 000 tonnes d’or ont déjà été extraits du sol de la Terre, dont environ 20 % végètent à l’état de lingots dans les coffres des banques centrales. Inutile de continuer à l’extraire en amputant de façon irréversible une forêt amazonienne aussi vitale à la qualité de notre atmosphère que nos poumons pour respirer.
« La Montagne d’or » est donc l’un de ces méga-projets bien plus qu’inutiles : irresponsable.
Et ce cher La Fontaine, qui ne connaissait pas la luxuriante nature guyanaise mais très bien la nature humaine, en avait écrit par avance la fable :
Il crut que dans son corps elle avait un trésor
Il la tua, l’ouvrit et la trouva semblable
à celles dont les œufs ne lui rapportaient rien
S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.
(La Fontaine, La Poule aux œufs d’or)

 

Pour aller plus loin :
Pétition internationale contre le projet « Montagne d’or » : http://bit.ly/2wHfiBO
Le dossier d’Ingénieurs sans frontières : www.isf-systext.fr/node/968


Impression 3D : une maison biosourcée sort de terre

maison écologique en impression 3D crédit WASP

INNOVATION. Les maisons imprimées en 3D, on connaissait. Mais avec des matériaux écologiques comme la terre et le riz, c’est une première!

La maison construite grâce à l’ impression 3D existait déjà (voir dans La Maison écologique n° 105). Mais pas encore à partir de matériaux écologiques. C’est à présent chose faite, avec le projet Gaïa, mené par deux entreprises italiennes. Wasp, tournée vers l’impression 3D, en collaboration avec la start-up RiceHouse, spécialiste du bâtiment écologique.

Pour les murs de cette maisonnette bioclimatique expérimentale de 20 m2, bâtie en seulement quelques semaines, les concepteurs se sont inspirés de la structure des nids de guêpes. Ils ont utilisé un mélange de matériaux locaux : 25 % de terre extraite du site (30 % d’argile, 40 % de limon et 30 % de sable), 40 % de paille de riz, 25 % de balle de riz et 10 % de chaux hydraulique. L’isolation atteint un très haut niveau de performance, qui permet de se passer de chauffage et de climatisation. La toiture est en bois local.

Seules les fondations, en béton, alourdissent (un peu) l’excellent bilan carbone de cette réalisation. Et tout cela au prix imbattable de 900 € hors main d’œuvre. Reste à trouver des partenaires pour développer le projet.

crédit photo: WASP


Accessibilité: “L’écologie ne saurait ignorer la diversité humaine”

accessibilité et handicap dans la construction de logement, habitat adapté, dans La Maison écologioque n°109 - dessin Nicolas Haverland

Fondateur et rédacteur en chef de Yanous.com, magazine des personnes en situation de handicap, Laurent Lejard défend l’idée d’une accessibilité universelle, utile à tous les citoyens.

Pourquoi faudrait-il, selon vous, une accessibilité à 100 % pour le logement ?
Quel qu’il soit, un logement n’est pas seulement occupé par ses habitants. Il est visité par la famille, les amis. Et il va un jour changer d’occupants. L’accessibilité, c’est quelque chose qu’il faudrait avoir à l’esprit si on veut que les logements soient durables? Non seulement quand on construit des appartements, mais aussi quand on construit sa propre maison ou quand on rénove un bâtiment pour y habiter. Avec l’accessibilité universelle, vous avez un appartement ou une maison adaptée à des gens qui ont des enfants, qui vont vieillir, connaître des problèmes de santé, être victimes d’un accident… Ils ne seront pas contraints de déménager, dans un contexte déjà difficile. Ils pourront rester chez eux, recevoir qui ils veulent et vivre comme ils veulent.

La notion de personne à mobilité réduite dépasse largement celle du handicap. Dans le métro parisien, les personnes qui sont les plus handicapées sont les familles avec poussette et les nounous. En ayant rétréci le débat de l’accessibilité aux personnes handicapées, les pouvoirs publics ont pu mettre en place des politiques discriminatoires. Comme la politique de quotas dans le logement. L’idée d’accessibilité universelle n’existe plus aujourd’hui dans les politiques publiques. Elle est proclamée, mais la réalité est tout autre.

[…] L’habitat écologique n’est-il pas perçu comme un luxe par les personnes handicapées ?
Si l’écologie est la place de l’humain dans l’environnement, un habitat qui se veut écologique doit prendre en compte la diversité humaine. Donc la question de l’adaptation ne se pose pas, elle est contenue dans le concept. […]

L’intégralité de notre interview dans le magazine La Maison écologique n°109, disponible en kiosques ou sur commande en cliquant ici.

 


Autonomie énergétique grandeur nature

Maison en autonomie énergétique en Bretagne. Crédit Michel Ogier

[VIDEO] Caroline et Hubert vous invitent à pousser les portes de leur maison autonome en Bretagne. Elle a été autoconstruite avec des matériaux biosourcés, voire de cueillette. En outre, elle leur a permis d’atteindre l’autonomie en électricité, en chauffage et en eau.

« En concevant cette maison autonome, notre priorité était de limiter au maximum notre impact environnemental et de vivre avec le minimum de compromis vis-à-vis de cette société de consommation », résument Caroline et Hubert. Finalement, pari réussi avec cette maison de 88 m2 autoconstruite en Bretagne en bois, terre, paille et autres matériaux écologiques et locaux. Ainsi, pour eux et leurs deux enfants, depuis quatre ans, l’autonomie énergétique n’est pas qu’une utopie!

Reportage complet, photos et détails techniques dans le hors-série n°10 de La Maison écologique. En kiosques depuis fin octobre 2018 ou sur commande en cliquant ici.


Habitat insolite : À six dans l’bus

Bus aménagé

[VIDEO] Un bus scolaire comme maison itinérante pour toute la famille.

La maison de Stéphanie, Arnaud et leurs quatre enfants a jadis arpenté les routes. Du Calvados à la Vendée, elle effectuait  le ramassage scolaire. Jusqu’à ce que les nouvelles normes interdisent à ce bus de 1998 de circuler. En 2016, ils le débusquent sur un site d’enchères des services publics. “Il est arrivé avec tous ses sièges, toutes ses bagagères et toutes ses fuites d’huile”, sourient Arnaud et Stéphanie. Ils l’ont rénové pour en faire leur habitat avec des matériaux sains, naturels et une bonne dose de récup’.

Quelques années après avoir acheté en Touraine une maison de 150 m2, où ils ont “changé la chaudière pour faire des économies, se souvient Stéphanie. Mais le prix du gaz ayant augmenté, aucun changement sur la facture. On a refusé de continuer à vivre en devant sortir toujours plus d’argent. C’est là qu’est né notre désir d’autonomie énergétique et de nomadisme”. Aujourd’hui, les six membres de la famille se partagent 30m2. Et “on est bien plus vite passé du lit au petit-déjeuner”, rigole la jeune maman.

Reportage complet sur cet habitat insolite dans le magazine La Maison écologique n°106. En kiosques jusqu’à fin mai 2018 ou sur commande ici

Et pour ne plus manquer une seule de nos vidéos, abonnez-vous à notre chaîne Youtube !


Surélévation écologique pour l’amour du bois

surélévation écologique en bois à Rennes en Bretagne. crédit 10i2LA

[VIDEO] Inconditionnels du matériau bois, Dominique et Jean-Yves l’ont sublimé dans leur surélévation à Rennes, en Ille-et-Vilaine. En n’occultant surtout pas les traces de la matière et de son histoire.

« Je me méfie de l’écologie politique, même si je l’ai fréquentée de près. Car elle donne parfois des choses très étonnantes, récupérée par les lobbies technologiques… Mais de manière pratique, il y a des choses à faire », revendique Jean-Yves Cairon, adepte de très longue date de l’écologie pratique. Alors quoi de plus concret que de transformer une maisonnette construite à la va-vite juste après-guerre en une habitation deux fois plus haute, moderne, économe en énergie et constituée de matériaux biosourcés ? « Eh oui, les vieux ont encore des projets ! », rigolent Jean-Yves Cairon, 69 ans, et Dominique Beyot, 60 ans. En outre, ces anciens infirmiers en psychiatrie ont réalisé une grande partie des travaux de surélévation eux-mêmes. Après le montage de la structure isolée préfabriquée en atelier. Cette surélévation a été conçue par les architectes locaux de 10i2LA.

Lire la suite


Cabane boule en bois tressé, la magie de l’habitat léger

cabane en bois tressé - vannerie habitat léger

Tresser sa cabane sans perdre la boule ?!

La cabane en bois de Robinson, tous les enfants en ont rêvé, Alain Auguste l’a réinventée. Sa démarche invite à la réaliser par soi-même avec quelques morceaux de bois glanés et de la ficelle…

L’éco-lieu Artimbal se cache au cœur des Cévennes, à Roquedur (Gard). Il faut se garer et grimper jusqu’au lieu de vie en forêt pour découvrir les créations d’Alain Auguste, disséminées dans ce bel échantillon de la générosité du milieu naturel cévenol. Si le cœur vous en dit, des stages « Cabanes vannées et yourtes vivaces » sont organisés tout au long de l’année. Lors de ces stages de quelques jours, Alain partage sa technique de « cabane boule » en animant des chantiers participatifs. Ce Robinson des temps modernes utilise les matériaux présents autour de lui et tente de créer des habitats légers avec un outillage minimal.

Sacré châtaignier

« J’utilise du fil de fer, de la ficelle et des vis. Et pour l’outillage, une scie, une tenaille, une perceuse et une visseuse. Il faut également une tronçonneuse si on veut se lancer dans la construction d’une mezzanine. Pour débuter, je conseille de réaliser une petite boule », résume Alain en préambule.

Pour lire la suite de cet article, consultez notre magazine La Maison écologique n°103.  Retrouvez le en kiosques jusqu’au 28 mars ou sur notre boutique en ligne ici.