Climatiseur: sommes-nous accros ?

Climatiseurs aux fenêtres de Marseille.

Et s’il faisait encore plus chaud avec la clim’ ? Derrière son effet rafraîchissant, le climatiseur est en réalité une des raisons du réchauffement climatique par sa consommation d’électricité, ses rejets de gaz à effet de serre, sa contribution aux îlots de chaleur… L’Homo climatisis serait-il accro?

 

Billet d’humeur de Thierry Salomon
Article initialement paru dans La Maison écologique n°106
Retrouvez ses brefs « tweets d’humeur » sur @ThierrySalomon

Chaque matin, pour aller au bureau, Homo climatisis prend sa voiture. Il est assez fier de sa très classieuse couleur noire et du vitrage panoramique du toit. Le noir absorbe la chaleur et le toit vitré laisse généreusement entrer les rayons du soleil. Mais qu’importe, la clim’ tourne en permanence.

Homo climatisis travaille toute la journée au siège climatisé de son entreprise. Immenses baies vitrées symbolisant la transparence de sa société où il travaille en chemise longue, veste et cravate en toute saison.

Le soir, Homo climatisis retrouve sa voiture. Une demi-heure pare-chocs contre pare-chocs, la clim’ à fond. Avec juste un arrêt dans un supermarché au rayon des produits exotiques arrivés par transports réfrigérés de l’autre bout du monde.

Le biotope où habite Homo climatisis est une villa climatisée. La grande véranda plein sud laisse abondamment entrer le soleil mais la clim’ veille, compensant toute surchauffe. Le bonheur, c’est simple comme quelques degrés en moins. Pourquoi s’en priver ?

Un climatiseur pour deux Terriens

Lire la suite


Énergies renouvelables, quand les citoyens entrent dans la danse

Les Clés de la rénovation, émission de mars 2018 sur les énergies citoyennes renouvelables

«Énergies Renouvelables et moi et moi et toi…» Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les projets participatifs et locaux de production d’ énergies citoyennes renouvelables… et pourquoi pas vous impliquer dans une action près de chez vous!

Thomas Le Bris, fondateur de l’association CoopaWatt, et Michel Leclercq, président de l’association Énergie Partagée, vice-président de l’association Éoliennes en Pays de Vilaine, ont répondu aux questions des internautes concernant les énergies citoyennes renouvelables dans l’émission des Clés de la rénovation du mois de février 2018.

Minutage des questions
  • Quand on entend parler d’énergie renouvelable, on pense plutôt l’énergie du vent (l’éolien) ou l’énergie du soleil pour produire de l’électricité (photovoltaïque). Quelles sont les autres sources d’ énergies citoyennes renouvelables ? (4’50)
  • Que répondez-vous à ceux qui disent que la transition énergétique, c’est du greenwashing ? Est ce qu’il est possible de faire de grands projets solaires citoyens ou finalement on ne parle que de tout petits projets sans impact notable à l’échelle du territoire ? (6’40) En quoi participe exactement la participation des citoyens ? Simple investissement ou plus ? (10’15 ) Quels sont les différentes possibilités pour (s’)investir dans un projet d’énergies renouvelables participatif ou citoyen ? (15′)
  • Pourquoi développer des projets citoyens et quelles sont les plus-values d’un projet citoyen pour un territoire? Ne faut-il pas plutôt laisser cela à des professionnels de l’énergie, comme des groupes de BTP ou des grands fournisseurs d’énergie ? (22’20)

Lire la suite


Cabane boule en bois tressé, la magie de l’habitat léger

cabane en bois tressé - vannerie habitat léger

Tresser sa cabane sans perdre la boule ?!

La cabane en bois de Robinson, tous les enfants en ont rêvé, Alain Auguste l’a réinventée. Sa démarche invite à la réaliser par soi-même avec quelques morceaux de bois glanés et de la ficelle…

L’éco-lieu Artimbal se cache au cœur des Cévennes, à Roquedur (Gard). Il faut se garer et grimper jusqu’au lieu de vie en forêt pour découvrir les créations d’Alain Auguste, disséminées dans ce bel échantillon de la générosité du milieu naturel cévenol. Si le cœur vous en dit, des stages « Cabanes vannées et yourtes vivaces » sont organisés tout au long de l’année. Lors de ces stages de quelques jours, Alain partage sa technique de « cabane boule » en animant des chantiers participatifs. Ce Robinson des temps modernes utilise les matériaux présents autour de lui et tente de créer des habitats légers avec un outillage minimal.

Sacré châtaignier

« J’utilise du fil de fer, de la ficelle et des vis. Et pour l’outillage, une scie, une tenaille, une perceuse et une visseuse. Il faut également une tronçonneuse si on veut se lancer dans la construction d’une mezzanine. Pour débuter, je conseille de réaliser une petite boule », résume Alain en préambule.

Pour lire la suite de cet article, consultez notre magazine La Maison écologique n°103.  Retrouvez le en kiosques jusqu’au 28 mars ou sur notre boutique en ligne ici.


FAQ – Récupérer l’énergie aux robinets ?

récupérer l'énergie au robinet

Foire aux questions

Bonjour à tous. Mon fils Henri, qui va bientôt avoir cinq ans, m’expliquait une machine de son invention. Il imaginait une machine qui utiliserait l’eau sortant des éviers pour faire tourner une dynamo qui produirait de l’électricité. J’ai trouvé son idée très intéressante et, quand je vois qu’on cherche maintenant à récupérer la chaleur de nos eaux de douche, je me dis qu’il peut être intéressant d’utiliser les différents circuits d’eau de nos maisons pour produire un peu d’électricité. Soit par les trois bars que le réseau nous fournit, soit par des descentes de gouttières ingénieusement dynamométriques… Je lance donc cette idée pour des inventeurs intéressés qui pourront vérifier sa pertinence…. Bertrant S.

Voilà une sympathique question reçue sur la boîte mail de notre magazine et que nous avons fait suivre à un spécialiste : Pascal Lenormand, designer énergétique, formateur et rédacteur du croustillant blog www.incub.net.

Voici sa réponse :

Lire la suite


Bardage en bois brûlé et matériaux bruts pour cette rénovation écologique en ville

Rénovation écologique en ville à base de bardage en bois brûlé et matériaux bruts, à Vannes. Crédit: Gwendal Le Ménahèze

[VIDEO] Le bardage en bois brûlé de cette rénovation en fait craquer plus d’un. Katia et Jean voulaient rendre ce pavillon citadin des années 1950 économe et confortable. Pour lui donner une splendeur moderne sans grever l’environnement, ces adeptes du low-tech ont laissé apparents les matériaux bruts.

Après cinq ans à la Réunion, Katia, Jean et leurs quatre fils voulaient lumière et chaleur. « On ne visitait pas les maisons si elles n’étaient pas bien exposées », se souvient Katia. En outre, Jean rêvait d’une maison sans chauffage. Mais « je suis très frileuse, il fallait qu’il me confirme que j’aurais 22 °C ». Finalement, un poêle de masse suffit à chauffer les trois niveaux de la maison. « On peut aller partout dans la maison sans ressentir de changement de température. C’est extrêmement agréable », apprécie-t-elle. Les six mois de travaux ont été assurés en autoconstruction et par des entreprises (SARL Guyot, etc.). Originalité qui intrigue les voisins: une façade est bardée de bois brûlé.

Une nouvelle jeunesse pour cette maison du centre-ville de Vannes (Morbihan). Quand elle l’achète en 2013, la famille Guêné-Bruneau ne tombe pas sous le charme des vieilles moquettes. Ni du carrelage démodé et des façades « moches ». Ni du chauffage au gaz et de l’organisation antibioclimatique. D’abord, cuisine et salle de bains au sud avec de toutes petites fenêtres. Ensuite, pièces de vie ouvertes sur le nord… Pas question pour autant de faire table rase du passé. « On voulait laisser la maison le plus possible en l’état, donc garder les matériaux bruts », insiste Jean.

Pour en savoir plus, retrouvez notre reportage complet sur cette maison rénovée dans le magazine La Maison écologique n°103. En kiosques jusqu’à fin mars 2018 ou sur commande ici.

Et pour ne manquer aucune de nos vidéos, abonnez-vous à notre chaîne Youtube !


Aides financières, quoi de neuf en 2018 ?

Quelles aides financières à la rénovation pour 2018 ?

Peut-on bénéficier d’aides financières lorsqu’on fait soi-même des travaux chez soi ? Quelles seront les conditions en 2018 pour bénéficier du crédit d’impôt ? Qu’est-ce que le chèque énergie ? J’ai déjà fait des travaux d’économies d’énergies en 2009, puis-je à nouveau bénéficier du crédit d’impôt ? A partir de quelle date peut-on soumettre ses demandes d’aide financière ?

Les experts des Clés de la Rénovation vous aident à y voir plus clair : Florence Clément, coordinatrice de l’information sur les aides financières à l’Ademe et Simon Pouillaute, coordinateur Habitat & Energie à l’ALEC « Maîtrisez Votre Energie » située à Montreuil.

 

Minutage des questions sur les aides financières 2018

  • Quelles seront les conditions en 2018 pour bénéficier du crédit d’impôt ? 1’20
  • Quelles modifications concernant les aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ? 2’30
  • Peut-on bénéficier d’aides financières lorsqu’on fait soi-même des travaux chez soi ? 6′
  • Y a-t-il des modifications en 2018 concernant l’éco-prêt à taux zéro ? 7’30
  • Qu’est-ce que le chèque énergie ? 9′

Lire la suite


Comparatif du coût des divers moyens de chauffage: notre étude inédite

Les moyens de chauffage passés au crible d'une étude exclusive de comparaison des coûts par Olivier Sidler (Enertech) et le magazine La Maison écologique

Une étude exclusive a été réalisée pour le magazine La Maison écologique. Son auteur n’est autre qu’Olivier Sidler, fondateur du bureau d’études Enertech et ex-formateur de l’Institut négaWatt. Elle compare les coûts globaux des moyens de chauffage (hors émetteurs). C’est-à-dire l’investissement initial, le coût de l’énergie ou du combustible, les frais d’entretien, les abonnements spécifiques.

Les énergies renouvelables sur le podium

Les coûts sont considérés hors crédit d’impôt et aides publiques. Pour les énergies renouvelables, l’investissement initial est donc en réalité moins élevé. Les graphiques obtenus grâce à cette étude inédite prennent l’hypothèse d’un investissement sur fonds propres. Le recours à l’emprunt changerait notablement les résultats, avec une dépense annuelle très faible les premières années.

Lire la suite


Finition : un enduit de finition à l’argile

un enduit de finition à l'argile

Un enduit de finition à l’argile.

Il existe plusieurs types d’enduits à l’argile (ou terre). Les « faits maison », comme celui proposé dans cet article, et les « prêts à l’emploi ». Ces derniers ont été élaborés et testés avant d’être commercialisés. Il ne vous reste plus qu’à choisir la couleur et suivre les indications. Mais dans tous les cas, préfabriqué ou pas, l’enduit s’applique de la même manière. Depuis le haut du mur jusqu’en bas. Quant à la pose du mortier (enduit à l’état liquide), elle s’effectue dans un mouvement de bas en haut, suivi d’un léger lissage vers le bas pour corriger l’épaisseur