Les LED sous les projecteurs de l’Ademe

L’éclairage à diodes électroluminescentes (LED)

Dans un récent avis, l’Ademe apporte son éclairage sur les LED. Côté pile : 40 000 h de durée de vie (2 000 h pour les halogènes, 8 000 h pour les fluocompactes) et une bonne efficacité énergétique (rendement de 150 à 300 lumens/watt pour une LED isolée ; 75 à 140 lm/W pour une ampoule à plusieurs LED ; 60 lm/W pour une fluocompacte). L’impact environnemental est réduit de 75 % par rapport à l’incandescence (bientôt 85 %, sans compter les progrès sur la fabrication et le recyclage).

Côté face de la pièce : la fabrication des LED recourt encore à des matériaux rares et non recyclables. L’Ademe souligne aussi les risques sanitaires pour les yeux liés à certaines LED de forte puissance et de couleur blanc froid. Toutes ne sont pas non plus compatibles avec des variateurs et leur efficacité globale peut être plombée si elles intègrent des « smartbidules » (récepteur Bluetooth, haut-parleur, borne LiFi…).

Même si une lampe LED est rentabilisée en moins de deux ans par rapport à une halogène (interdite à partir de 2018), le prix d’achat reste élevé (10 à 20 €). En attendant que les progrès techniques et le développement des ventes le fasse baisser, les fluocompactes restent compétitives… d’un point de vue financier.

Téléchargez l’avis de l’Ademe sur L’éclairage à diodes électroluminescentes (LED) en cliquant ici.

Photo ©Fotolia


Éolien citoyen – envie d’investir ?



Du 29 mai au 29 juin 2017 – Financement participatif pour projet éolien

Un projet éolien est en cours d’étude sur le territoire de la commune d’Acigné (35) près de Rennes. Le nombre, l’emplacement et les caractéristiques des éoliennes qu’il sera possible d’implanter sur ce site seront déterminés en fin d’année 2017. Le dépôt d’une demande d’autorisation pourra intervenir au plus tôt début 2018, pour une mise en service envisagée en 2020.
Suite à la demande de participants lors des réunions de concertation, un financement citoyen du projet éolien a été évoqué.
Une première initiative sur Lendosphère, plateforme en ligne de financement participatif dédiée aux projets d’énergies renouvelables est mise en place dès maintenant. Lire la suite


Un cadre légal pour l’autoconsommation d’électricité

Le décret doit favoriser l'autoconsommation de l'électricité renouvelable produite sur place, notamment l'énergie issue de panneaux solaires photovoltaïques. crédit Fotolia

Autoconsommation d’électricité

Définitivement adopté, le projet de loi sur l’autoconsommation de l’électricité renouvelable oblige le gestionnaire de réseau à faciliter les conditions de raccordement, notamment par la possibilité d’injecter gratuitement d’éventuels surplus de production. Il promeut aussi l’autoconsommation collective, prévoit une exonération de taxes et des tarifs spécifiques d’utilisation des réseaux.

Avec une prime à l’investissement de 800 € par kW, ajoutée à la pose systématique et gratuite du compteur Linky (ce qui réduit les coûts de raccordement de 600 €, les rendant nuls dans 80 % des cas), l’arrêté tarifaire en cours de préparation est « de nature à lancer ce nouveau marché, estime Xavier Daval, président du SER-Soler, branche solaire du Syndicat des énergies renouvelables. Ces textes constituent un jalon essentiel, même si nous aurions pu aller plus loin, notamment dans la définition de l’autoconsommation collective, pour permettre son développement à l’échelle des îlots urbains et des petites communes ».

Au Groupement des particuliers producteurs d’électricité photovoltaïque (GPPEP), on y voit « un message porteur : un cadre est fixé et acte que l’autoconsommation est une bonne chose ». Une crainte toutefois : « Les arnaques risquent d’être pires qu’avec la vente en totalité si on ne peut pas contrôler la production promise. Le texte aurait pu introduire un petit compteur, qui ne coûte que 25 €. »

Les plus optimistes attendent le décret d’application pour cet été.


Éditorial – Juin / La Maison écologique n°99

édito - La Maison écologique 99

Des enfants souriants, des couples amoureux, des amis se prélassant sur la pelouse bien entretenue d’un parc urbain verdoyant. Elle est belle, la photo de la page Développement Durable du cimentier franco-suisse Lafarge-Holcim. Mais elle ne donne pas grand chose à voir des activités du leader mondial du ciment, du béton prêt à l’emploi et des granulats. Alors, pour prêter main forte à l’agence de com’ du mastodonte international aux 130 000 employés – et pour rigoler (jaune) un peu –, je me suis prêtée au jeu de la réfection de cette page Web. Lire la suite


Pourquoi mon enduit à la chaux a fissuré ?

Enduit à la chaux ©Monique Cerro

Si vous avez choisi l’option Web+ pour votre abonnement à La Maison écologique, il vous est possible de consulter notre FAQ (Foire aux questions) technique. De nombreuses réponses d’experts vous y attendent, triées par thématique. Un excellent complément aux informations distillées au sein des articles et dossier du magazine.

Petit exemple de ce que l’on peut trouver dans cette FAQ technique.

Pourquoi mon enduit à la chaux a fissuré ?

” En extérieur, sur un vieux pignon en argile très dégradé, après avoir tendu un grillage, j’ai procédé à un dégrossi à la chaux et à l’argile. Un mois après, par très beau temps, j’ai appliqué l’enduit suivant : 1 sac de 35 kg de cao HL 5 + 16 pelles de sable + 14 pelles d’argile. Dès le lendemain apparaissaient des fissures, que j’ai rebouchées à la taloche-éponge… En vain. Les jours suivants, le phénomène a continué. Quelles en sont les causes ? Merci. Roland T. ”

Réponse de Monique Cerro, artisane, formatrice et auteure Lire la suite


Face à face présidentiel

BILLET d'humeur LME 98

Billet d’humeur de @ThierrySalomon paru dans La Maison écologique 98

Mars 2027

Gaspard regarde pour la troisième fois sa facture d’électricité. La note, à sa grande inquiétude, devient de plus en plus salée, voire sacrément lourde. Il y a dix ans, lors de l’élection de 2017, il se rappelle que le candidat pour qui il avait voté s’était moqué de ceux qui proposaient… Comment disaient-ils, déjà ? Ah oui, la « transition énergétique ». Il avait expliqué que c’était pure folie que de sortir du nucléaire, car cela obligeait à couvrir la France de centaines de milliers d’éoliennes aussi bruyantes qu’affreuses. Lire la suite


Editorial – Contre la morosité ambiante

editoLME98

Contre la morosité ambiante, je vous conseille un nouveau remède… La pilule négaWatt !
Posologie : matin – 3 minutes de vidéo découverte du dernier scénario de prospective énergétique des experts de la désormais célèbre association négaWatt ; soir – un petit quart d’heure de lecture des 12 points-clés du scénario*. Lire la suite


Poêles de masse artisanaux, les recommandations de l’Ademe



Chauffage. Un récent rapport de l’Ademe* fait le point sur les poêles de masse construits sur mesure. L’objectif : « clarifier le statut réglementaire et normatif (…) et évaluer les niveaux de performances pour statuer sur leur éligibilité dans les dispositifs existants », entendez le crédit d’impôt transition énergétique et la TVA réduite. Les auteurs concluent que la norme EN 15544 Poêles en faïence, poêles en maçonnerie fabriqués in situ, largement utilisée puis validée en conditions réelles en Autriche et en Suisse, est adaptée au contexte français et qu’elle permet même de garantir de meilleures performances que sa cousine EN 13240, utilisée pour les poêles à bois classiques. On lit également que la norme EN 15544 est « quasiment impossible à mettre en œuvre sans l’utilisation d’un logiciel de calcul ». Les poêliers autrichiens et suisses utilisent pour cela l’outil BASIC 2+, qui est désormais disponible en France, avec une courte formation, auprès de la Fédération française des poêliers atriers.
Les recommandations de ce rapport seront vraisemblablement suivies par les services des impôts. Ainsi, pour bénéficier des aides de l’État, il faudra a priori passer par un professionnel détenteur d’une licence de ce logiciel et agréé par la Fédération française des poêliers atriers. Échéance envisagée : 2018.

* rapport final_Les poêles de masse artisanaux en France 2016_11_25


Rénover avec des matériaux biosourcés

Rénovation : isolation solivage en liège

Avec cette 24ème émission des Clés de la Rénovation, nous abordons le thème « Rénover avec des matériaux biosourcés »
Pour faire le tour de cette question, nous avons à nos côtés :
– Samuel Courgey, référent technique Bâtiment & Energie, auteur de L’Isolation thermique écologique et parmi les pionniers du développement des filières paille et chanvre.
– Pierre Le Rouzic, conseiller info énergie chez Aloen, Agence Locale de l’énergie de Bretagne Sud.

Émission diffusée pour la première fois en direct le 14 décembre 2016

 


Rénover avec des matériaux biosourcés : les… par reseau-CLER

Minutage des questions

01’00 Qu’est-ce qu’un matériau biosourcé ?
02’00 Ces matériaux sont-ils forcément écologiques ? Lire la suite


2017, du petit beurre pour nos abonnés

Dessin édito La Maison écologique n°97

Éditorial paru dans La Maison écologique n°97 de février-mars 2017

Je ne sais pas pour vous, mais pour l’équipe de La Maison écologique, les bonnes résolutions pour la nouvelle année fusent. Petit aperçu de celles qui vont nous permettre de réduire notre empreinte carbone numérique* : en finir avec la transmission des messages et des pièces jointes par courriel entre collègues au profit des bons vieux petits papiers volants ou d’un dépôt de fichier sur notre serveur informatique interne ; éviter au maximum le stockage des courriels, naviguer sur le « Oueb » via des liens directs et/ou des « marque-pages » et limiter nos requêtes auprès des moteurs de recherche. Dérisoire ? En 2020, le bilan carbone d’Internet devrait dépasser celui de l’aviation ! Une recherche Google émet 5 à 10 g de CO2, envoyer un e-mail avec une pièce jointe d’1 Mo, c’est 20 g de CO2, soit autant qu’une ampoule de 60 W allumée pendant vingt-cinq minutes !

Lire la suite