Autoconstruction

sol de terre damée

Un sol de terre damée. Finition de sol, laissons nous tenter par la terre crue. Matériau local, nécessitant peu d'énergie à la mise en oeuvre, la terre est aussi un excellent régulateur thermique et hygrométrique. Ici la terre damée, s'inspirant du pisé, peut servir de chape avant la pose d'un revêtement ou rester nue, simplement huilée.

Ce contenu est réservé
aux abonnés WEB+

Si vous êtes déjà abonné à nos services web,
connectez-vous pour accèder au contenu

Abonnez-vous
dès maintenant

22€
Voir les abonnements

Retrouvez cet article dans le N°57 - Juin-Juillet 2010 (épuisé)

Dossier : Peintures écologiques A la loupe : Une charentaise sur pilotis Regard sur : Quand la paille avance, le feu recule Economies d'énergie : Coup double pour la ventilation Rénovation : Mutation végétale Autoconstruction : Un sol de terre damée


Feuilleter