autoconstructions 10 ans après

N°118 Août-Septembre 2020 numérique : 10 autoconstructions 10 ans après

4.00€

Dossier : 10 autoconstructions 10 ans après
Reportages : Construire en roseau ; Écorénovation en coeur de village protégé ; Deux bâtiments-tests avant l’autoconstruction finale ; À Rennes, des citoyens verdissent les espaces urbains.
Enquêtes : Crise sanitaire, quel impact sur la filière écoconstruction en France ? ; Créer une forêt à croissance rapide pour faire son bois de chauffage.
Cahiers pratiques : Mur courbe en torchis ; Tisser un tapis en tissu recyclé.

Version numérique : Retrouver en ligne vos numéros dans votre espace personnel. Non téléchargeables en pdf.

UGS : 118 NUM Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Vous ne l’avez peut-être pas senti, mais le 15 juin dernier le sol a tremblé sous les pieds du géant pétrolier britannique BP. Une secousse pendant laquelle ont disparu quelque 15 milliards d’euros ! L’épicentre a été localisé tout en haut de l’organigramme, chez le tout nouveau patron de BP, Bernard Looney. L’événement s’est produit quand ce dernier a annoncé que la chute des cours du brent n’était pas uniquement due à la crise sanitaire Covid 19, mais qu’elle représentait une tendance de fond. Il en a tiré les conséquences en dépréciant une partie des actifs de la compagnie. Entendez par là que BP réduit la quantité de ses réserves de pétrole en renonçant aux plus onéreuses à exploiter.

Guerre des prix de l’or noir sur le marché mondialisé, demande à la baisse sur une période prolongée, verdissement de l’économie et taxation carbone appelée à se durcir sont aux sources du séisme qui emporte avec lui 10 000 emplois chez le pétrolier… Des signes précurseurs ont été détectés fin 2019 : en Espagne, Repsol a déprécié 5 milliards d’euros ; aux États-Unis, Chevron a réduit ses actifs de 10 milliards d’euros.

Si ces secousses n’ont pas encore eu de répercussions chez les pétroliers saoudiens et russes, le français Total (cinquième plus grosse entreprise mondiale du secteur) se prépare aux répliques en annonçant une neutralité carbone pour son groupe à l’horizon 2050, en misant notamment sur le développement des renouvelables et la capture du CO2.

CO2 dont les « actifs » sont, eux, en train de s’envoler… 38°C relevés samedi 20 juin 2020 à Verkhoïansk, en Sibérie Orientale. Un record qui confirme les prévisions les plus alarmistes et qui pourrait bien entraîner la fonte du permafrost, libérant alors de grandes quantités de gaz à effet de serre !

Bonne nouvelle : si les actifs des énergies fossiles fondent comme la banquise au soleil, l’émergence des renouvelables dynamise fortement l’économie locale(1)(2) et 264 000 équivalents temps plein pourraient bien s’y retrouver de façon directe ou indirecte en 2028(2)

1. Les retombées économiques locales des projets citoyens, Énergie partagée, déc. 2019.

2. Évaluation et analyse de la contribution des énergies renouvelables à l’économie de la France et de ses territoires, rapport du Syndicat des énergies renouvelables, juin 2020.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest