Enquête préjugés : le vrai/faux de la construction bois

préjugés de la construction bois

Bâtir en bois est encadré par des règles assurant la pérennité des bâtiments et la sécurité des occupants. Mais le matériau bois, bien qu’utilisé depuis la nuit des temps, subit encore des préjugés, face à ces a priori tenaces, des experts démêlent le vrai du faux.

En cas d’incendie, une maison bois brûle vite

La réglementation sur la sécurité incendie demande aux bâtiments de résister au feu le temps d’évacuer les occupants. Il faut combiner les matériaux
pour optimiser la réaction et la résistance au feu. La première caractérise la propension du matériau à propager la flamme. Il est classé selon son inflammabilité (A1 à F), son dégagement de fumée (S1 à S3), la chute de gouttes (D0 à D2). Minimum requis en habitat avec isolant biosourcé : DS3D0. La plupart des essences de bois y répondent. Au-delà de trois étages : BS3D0. Il reste alors possible de bâtir en bois, combiné à d’autres matériaux….

Les maisons bois se font dévorer par les insectes

Nombre d’insectes peuvent pénétrer le bâti sans danger. D’autres creusent ou se nourrissent du bois : termites (dans certaines régions seulement) ; insectes à larves xylophages (ILX) dont le capricorne, la petite ou grosse vrillettes, le lyctus ; fourmis, « qui creusent aussi bien le polystyrène que le bois », relève Pierre Dulbecco, ingénieur bois-construction au FCBA(1).

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Retrouvez cet article dans le Hors-série n°14 : La construction bois

+ 0,90€ de frais de port Frais de port offerts si + de 2n°s  commandés (réservé à la France métropolitaine). Si vous êtes abonné ce numéro fait peut-être partie de votre abonnement. Pensez à regarder dans Mon compte > Mes abonnements Version numérique : Retrouver ensuite en ligne vos numéros dans votre espace personnel. Non téléchargeables en pdf.  


Feuilleter
construction bois