Sur pilotis : Espace réduit, impact aussi

maison perchee sur pilotis

Perchée sur des pilotis, la maison érigée en Dordogne par Samantha et Nicholas n’induit pas d’impact lourd sur le terrain naturel, ni sur leur budget limité. Ses moins de 50m2 échappent aux contraintes de la réglementation thermique, allégeant encore un peu plus le projet.

 

Non, cette maison ne mesure pas 50, mais 49,72 m2. Une nuance de taille, puisqu’elle lui permet de ne pas être soumise à la Réglementation thermique 2012. « Cela nous a fait économiser au moins 10 000 €, calculent Samantha Fournier et Nicholas Claude. L’étude thermique n’aurait pas été le plus cher, il aurait surtout fallu un ou deux coûteux tests d’étanchéité à l’air, le poêle aurait dû être un modèle à régulation ou à granulés, soit 4 000 à 5 000 € au lieu de 1 500 €, nous aurions été obligés d’installer une source d’énergie renouvelable, une VMC… » L’ampleur du projet ne serait plus rentrée dans le « budget très serré ». Le couple a préféré « prioriser la qualité des matériaux et non les métrés carrés ». Pour compenser l’espace réduit, « nous nous sommes amusés à travailler les volumes et l’agencement. On peut dormir à sept ! ».

Ode à la production collective d’énergie

Échapper à l’énergie renouvelable obligatoire n’empêche pas d’être vertueux en la matière. « Un chauffe-eau thermodynamique (CET) coûte plus cher à l’achat et en consommation d’électricité. Sans compter l’usure prématurée avec notre eau chargée en calcaire. Et il est volumineux pour une petite maison. On a préféré s’abonner chez Enercoop, donc l’énergie qu’on consomme est 100 % renouvelable. On en a juste délégué la production, souligne Nicholas. Les entreprises ont le droit de sous-traiter, pourquoi serions-nous obligés de produire nous-mêmes notre énergie chez nous, payer l’installation, l’entretenir, etc. ? La produire collectivement est plus efficace. »

Quant à la VMC imposée par la RT, « on a préféré bâtir des parois perspirantes, donc étanches à l’air mais perméables à la vapeur d’eau », indique Samantha. Une ventilation temporisée est juste installée dans la salle d’eau, qui s’enclenche à l’allumage de la lumière et continue de tourner 7-8 mn après l’extinction. Pour le reste, « on entrouvre notre fenêtre pour dormir et nous gérons nous-mêmes le volume d’air renouvelé en ouvrant les fenêtres. Quand on n’est pas là, il n’y a pas des mètres cubes d’air chaud qui s’échappent ».

Chauffage éclair

L’hiver dernier, clément, 40 € de bûches ont suffi à chauffer la maison, s’enthousiasme Samantha, conseillère technique pour un organisme d’amélioration de l’habitat. Après avoir travaillé dans la photographie, les brocantes, la restauration de vaisselle ancienne et meubles, un salon de thé snack bio, trois années dans une association d’aide à la personne l’ont sensibilisée à la précarité énergétique. 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Retrouvez cet article dans le Hors-série n°13 : A-t-on vraiment besoin de logements si grands ?

+ 0,90€ de frais de port Frais de port offerts si + de 2n°s  commandés (réservé à la France métropolitaine). Si vous êtes abonné ce numéro fait peut-être partie de votre abonnement. Pensez à regarder dans Mon compte > Mes abonnements


Feuilleter
besoin de logements si grands ?