Produire et consommer son électricité : des économies à l’autonomie



Avec un réseau national livrant près de 80 % d’électricité nucléaire, quiconque a la fibre verte est fortement tenté de s’en couper pour vivre en autarcie énergétique. Qu’il se rassure, une troisième voie existe. En combinant économies d’électricité et production photovoltaïque, nous pouvons désormais conquérir une bonne partie d’autonomie, tout en restant connectés au réseau. Bienvenue dans la nouvelle ère…


En route vers l’autonomie énergétique



« 20 000 euros pour une chaudière bois et des panneaux solaires ? Ok, on y va pour ça monsieur le plombier. 8 000 euros pour une bonne isolation ? Euh on ne peut pas diminuer un peu les épaisseurs d’isolant ? » Et voilà comment tomber dans le consumérisme « écologique ». Le mot est lâché. Cessons de nous voiler la face, l’urgence climatique nous impose de réagir vite et fort, et donc de réagir tous. Alors pour faire taire ceux qui pensent qu’habitat écologique rime avec porte-monnaie élastique, voici un dossier qui conduit, sans rejet de CO2 bien sûr, sur le chemin de l’autonomie énergétique. Deux thèmes clés jalonnent le parcours : sobriété des comportements et efficacité des appareils.


Solaire photovoltaïque, fonctionnement, obstacles et coût des différents systèmes



Chaque jour, la Terre reçoit sous forme d’énergie solaire, l’équivalent de la consommation électrique de 162 milliards de personnes. Un chiffre
comme celui-là donne le vertige. Tout comme le chiffre de la part de la consommation mondiale attribuée à l’énergie solaire : 0,0025 p. 100 !

Pour ce nouveau dossier, voici, dans cette grande famille qu’est l’Energie Solaire : le photovoltaïque (cousin éloigné du capteur solaire qui chauffe l’eau), dont la fonction est la production d’électricité.

Vous le voyez tous les jours : sur votre bureau c’est lui qui alimente la calculatrice, au bord de la petite route de campagne c’est lui qui mesure la hauteur de la rivière, sur le parking il fait fonctionner l’horodateur, à l’entrée du port c’est encore lui qui permet à la balise de s’allumer, et chez votre voisin (peut-être ne le saviez-vous pas?) c’est lui qui produit l’électricité pour toute la maison !

Nous allons détailler dans ce dossier quelques-unes des nombreuses applications du photovoltaïque. En espérant que cela puisse générer un véritable courant alternatif.


Petites éoliennes : Fonctionnement, dimensionnement, garantie, autoconstruction…



Lorsqu’on parle d’éolienne, l’image de la vieille éolienne de pompage toute rouillée qui couine doucement au milieu d’un champ n’est pas loin.

Pourtant, sa cousine germaine, l’aérogénératrice, a une apparence autrement plus design et sa fonction n’est plus d’actionner un piston, mais de produire de l’électricité.

Mais dans la grande famille des aérogénérateurs, il y a les petites et les grandes. Nous ne traiterons dans ce dossier que des petites éoliennes, dont les puissances varient de quelques watts à une dizaine de kilowatts.

Les grosses éoliennes de plusieurs centaines de kW n’auront ici qu’une voix au chapitre, celui des éoliennes collectives ; en effet, ces dernières trouveront difficilement une place dans le jardin.

Une éolienne est particulièrement adaptée dans un site isolé, éloigné de tout réseau de distribution, il faudra alors disposer d’un stockage d’énergie pour les journées sans vent.

Cependant, il est possible depuis peu de la raccorder au réseau et de devenir producteur d’électricité.

Quoiqu’il en soit, avant de se décider pour tel ou tel type de machine, il est bon de connaître le potentiel éolien de sa région, ou de son canton, l’idéal étant de connaître celle de son jardin, mais bon, il ne faut pas rêver…

Une fois le potentiel évalué, il faudra être au courant de ses propres besoins énergétiques puis prendre connaissance du vocable éolien, et enfin la recherche d’aérogénérateur peut commencer.

C’est la que commence l’aventure qui se terminera par un doux bruit, celui d’une éolienne qui tourne dans le jardin !


Technique

installations électriques autonomes

Autonomie électrique, courant continu ou alternatif ?

Les installations électriques autonomes disposent toujours d’un système de stockage fonctionnant en courant continu. Mais est-il vraiment intéressant de transformer celui-ci en courant alternatif pour alimenter nos appareils ?