Alternatives : Jamais à court d’électricité, même en cas de coupure réseau

autonome en cas de coupure réseau

Comment rester autonome en cas de coupure réseau ?

Comment transformer mon installation photovoltaïque pour produire et consommer ma propre électricité même en cas de coupure du réseau.

La recherche d’autonomie et l’augmentation du tarif réglementé du kWh poussent à produire soi même son électricité. Mais comment transformer ou installer une centrale photovoltaïque permettant d’autoconsommer, même en cas de coupure du réseau ? Débrancher le câble qui relie l’installation au compteur Enedis et le connecter au tableau électrique de ma maison ? Pas si simple… Que ce soit pour des installations dites « en vente totale », « en autoconsommation » simple ou avec batteries, quand survient une coupure de courant sur le réseau, il n’y a plus de jus ! « L’onduleur fonctionnant avec le signal du réseau, l’installation est automatiquement coupée pour des raisons de sécurité. C’est la norme électrique VDE-0126, souligne Élodie Dubecq, électricienne et co-gérante de Dubecq & fils, à Saint-Sever, dans les Landes. En France, il est compliqué d’être autonome…

Lorsqu’on possède une production photovoltaïque raccordée au réseau, que ce dernier tombe en panne, comment garder son congélateur en marche, assurer l’éclairage et la recharge d’un téléphone ou d’un ordinateur ? Les contrats en vente totale (toute la production solaire est vendue à EDF OA) sont juridiquement résiliables. Mais d’importantes pénalités sont prévues(1). En outre, le terme « vente en totalité » stipule que le stockage n’est pas possible. Thibaud Grimaldi, conseiller à la célèbre association spécialisée dans le photovoltaïque Hespul, rappelle que « physiquement, être raccordé au réseau ou autoconsommer revient au même. Vos électrons iront directement alimenter le plus proche consommateur : vous. La différence est économique. En autoconsommant, vous faites des économies sur votre facture ; en vendant l’électricité, vous percevez un revenu ». Plutôt que de résilier un contrat de vente de vos électrons solaires, mieux vaut monter une autre installation de petite taille(2), sur batteries.

Alterner avec le réseau

Une option consiste à concevoir son projet comme s’il se trouvait en site isolé (hors réseau). Mais, au lieu de recourir à un groupe électrogène de secours pour recharger les batteries, c’est le réseau qui est sollicité. C’est le choix que Carole et William Gahery ont fait, il y a deux ans. Installé près de Gignac, dans l’arrière-pays montpelliérain, le couple possède deux gîtes. Il s’est équipé de 15 panneaux photovoltaïques (3,84 kWc au total) et 24 batteries (capacité totale 900 Ah, vitesse de décharge 10 h). Leur onduleur (Studer Innotec) analyse la source d’énergie la plus pertinente (batteries ou réseau pour ce modèle). Alterner avec le réseau permet de préserver les batteries et d’allonger leur durée de vie.


Enquête : Quand les panneaux font le coup de la panne

panne de panneaux photovoltaïques

Panne de panneaux photovoltaïques

Malgré les efforts consentis par la filière pour améliorer son crédit, la fiabilité des installateurs et des installations photovoltaïques laisse encore parfois à désirer. Si des problèmes persistent, quelques bons réflexes permettent de les circonscrire.

 

La filière photovoltaïque « grand public » pâtit de problèmes dont la récurrence a fait la mauvaise réputation, refrénant les ardeurs de nombreux particuliers pourtant prêts à s’équiper. Légion, les histoires d’arnaques, de malfaçons et de défauts de matériel engendrent la méfiance. Pourtant, à mesure qu’elle se développe, la filière connaît une évolution positive : les produits sont de plus en plus qualitatifs, les installations plus performantes et les professionnels plus qualifiés. Dès lors, la retenue est-elle encore justifiée ?
Certes, quelques problèmes persistent, liés en premier lieu à la malhonnêteté des intervenants. L’année dernière, sur les quelque 3 800 litiges remontés au Groupement des particuliers producteurs d’énergie photovoltaïque (GPPEP), près de 2 000 relevaient de l’arnaque caractérisée.

Pour le reste, ce sont des malfaçons, des défauts de conception et, dans une moindre mesure, des dysfonctionnements liés à la mauvaise qualité des composants. « La proportion des pannes matérielles est relativement faible », précise Joël Mercy, président du GPPEP, qui évoque 145 cas sur les 3 804 reçus au cours des douze derniers mois, soit moins de 5 %. « Les plus courantes sont ” normales “, comme les pannes onduleurs ou le vieillissement accéléré de certains panneaux sur de mauvaises séries. »

Des modules de plus en plus fiables

Les problèmes les plus évidents sont ceux concernant la couverture. Ils se traduisent notamment par des fuites et une mauvaise ventilation, entraînant des pertes de rendement.
Pour autant, la fin progressive de l’intégration  au bâti, qui ne bénéficie plus d’un soutien spécifique depuis le 30 septembre 2018, contribue à les limiter sensiblement, les installations non-intégrées étant mieux ventilées. En outre, « la bonne performance et la fiabilité des modules sont regardées de près au niveau national», note Cécile Miquel, chargée de projets photovoltaïques au sein de l’association Hespul.


Le solaire photovoltaïque, des solutions pour tous

solaire photovoltaïque

Puisez son électricité dans le soleil.

Aujourd’hui, 2 % de l’électricité française est produite par l’énergie solaire. Pourtant, le scénario négawatt  prévoit un passage à 10 % voire 30 % en 2050. L’autoconsommation rebat les cartes du jeu. Voici les clés pour (faire) installer du solaire photovoltaïque chez vous et faire de cet objectif de société une réalité.

Le photovoltaïque reprend quelques couleurs. Si le marché est encore timide, la filière est plutôt confiante. En septembre dernier, 7,7 GW (gigawatts) étaient raccordés au réseau, soit près de 400 000 installations. Un beau score, qui place la France au 3e rang européen. L’énergie solaire un des trois piliers de la transition énergétique, derrière la biomasse et l’éolien.

Tout porte à croire que cette énergie va renforcer son développement dans notre pays : par exemple, la loi de programmation pluriannuelle de l’énergie, le document référence de la transition énergétique.


L’électricité photovoltaïque autoproduite vers l’autoconsommation

autoconsommation

L’électricité photovoltaïque.

Utiliser l’énergie du soleil pour produire de l’électricité photovoltaïque offre une réponse durable aux enjeux énergétiques actuels. Inépuisable et gratuite, elle contribue à limiter les émissions de CO2 et constitue une véritable alternative aux énergies fossiles. Avec le renchérissement des énergies, l’avenir est à l’autoconsommation.