Bricolage : Fabriquer une chaise lama pour enfant

Fabriquer une chaise lama pour enfant

Se réapproprier la fabrication de cet objet du quotidien.

Cette chaise est issue d’une réflexion sur le mobilier menée au sein du CAUE des Côtesd’Armor depuis un peu plus de dix ans. Notre mission d’accompagnement des collectivités nous a amenés à nous questionner sur l’usage, le confort et le mode de production de ce mobilier urbain standardisé, acheté sur catalogue, souvent produit à l’autre bout de la planète et rarement réparable. Nous avons expérimenté de nombreux bancs, tables, chaises et abris conçus selon les besoins exprimés par les collectivités, fabriqués avec les techniciens communaux ou en chantiers participatifs avec les habitants et les écoles. Les techniciens sont capables de réparer facilement le mobilier ainsi construit. Il n’est plus un déchet, au pire il servira de bois de chauffage en fin de vie (ni traitement, ni colle, ni verni).

S’inspirer des designers précurseurs

Nous essayons de partager nos expériences avec le grand public à travers le mobilier intérieur où les mêmes problématiques se posent. Nous nous appuyons sur le travail de précurseurs tels Gerrit Rietveld, architecte et designer néerlandais qui, dans les années 1930, a créé plusieurs meubles qu’il a appelés « Crate » (boîte, caisse en anglais). Sa chaise Zigzag était à l’époque livrée dans des caisses en bois qui, une fois vides, lui étaient renvoyées.

Il a eu l’idée de les démonter pour créer une chaise, un fauteuil et une table basse. Enzo Mari, designer italien, a conçu dans les années 1970 une ligne de mobilier constructible simplement avec une scie et un marteau. Un couple qui emménageait devait être capable de construire sa table à manger, ses chaises, son lit, son bureau et son armoire. Une exposition lui est consacrée en 1974 et ses plans sont distribués à l’occasion. Il est souvent présenté comme le père du « Do it yourself ».

Cette chaise lama, inspirée du design d’Enzo Mari, a été imaginée par une équipe coréenne : le Studio Jungmo Seungyeon. Notre CAUE a apporté quelques modifications et la fabrique avec du bois d’essences locales. Pour le mobilier d’intérieur, nous conseillons le peuplier, clair et léger.


Bricolage : Un fauteuil fleuri pour pas un radis.

fauteuil fleuri

Un fauteuil fleuri pour pas un radis

Vite fait et pas cher, le mobilier en récup’ est idéal pour meubler ses extérieurs

Un fauteuil ou du mobilier de jardin en moins d’une heure à portée de toutes les mains. Tel est le défi relevé par le designer Pierre Lota (présenté dans La Maison écologique n° 103) qui publie un nouvel opus de 1 heure, 1 objet, consacré cette fois aux extérieurs. L’ouvrage recèle 30 tutoriels pour des réalisations décoratives et fonctionnelles qui trouveront leur place aussi bien au jardin qu’en terrasse ou sur un balcon. « Ce livre est la preuve qu’il est possible de concevoir des objets élégants pratiques et intemporels en un minimum de temps et avec un minimum d’outils », promet son auteur. Et cela en employant un minimum de matériaux. Ces petits meubles au style scandinave, sobre et épuré, peuvent être réalisés en bois de palettes, agrémenté parfois d’autres matériaux de récupération simples comme des cintres, de la corde ou du cuir, marque de fabrique de Pierre Lota.

Allier esthétisme et côté pratique

Pour allier esthétisme et aspect pratique, pourquoi ne pas tenter cet été le fauteuil fleuri ? Une idée simple et ingénieuse qui permet de végétaliser sans peine son mobilier d’extérieur en
ménageant au niveau du dossier un espace pouvant recevoir des plantes. Ne reste plus qu’à sortir sa caisse à outils (basiques) et mettre la main sur deux ou trois palettes. Si l’assemblage des pièces se fait, certes, en moins d’une heure, leur usinage préalable est à prévoir. Après réalisation, penser à protéger le meuble avec de l’huile de lin, par exemple, pour en profiter encore l’été prochain.

1.

Commencer par l’assise. Visser quatre planches
90 x 450 mm à 3 mm d’intervalle sur les arêtes
de deux planches 90 x 640 mm, à raison
de quatre vis par planches.

2.

Retourner la structure et visser
les planches 90 x 330 mm
qui feront office de pieds,
sur la planche de 90 x 640 mm avec
quatre vis.


Un atelier partagé pour bricoler le bois

A Lyon, l'atelier partagé Cobois met en commun outils et machines pour travailler le bois. crédit Fabien Ginisty, L'Âge de faire

A Lyon, l’association Cobois compte 350 personnes qui profitent de l’outillage commun pour fabriquer leurs meubles en bois. Une bonne alternative à Ikea ! La voix d’Olivier couvre péniblement le bruit des machines. « Ici, il y a tout ce qu’il faut, tu as accès à des machines professionnelles. » « Ici », c’est un immense hangar du 3e arrondissement de Lyon, quartier Montchat. S’y retrouvent tous types de publics autour du travail du bois: bancs, étagères, niches, escaliers…

« Inventer des choses qu’on ne trouve pas dans le commerce »
Lire la suite


Entropie, un FabLab pour les objets libres

Entropie, un FabLab à Grenoble

Portes grandes ouvertes sur une artère passante de Grenoble, Christophe et Thomas s’affairent à démonter une étagère de chambre d’enfant, unique au monde, qu’ils viennent de fabriquer. Unique au monde… seulement pour l’instant, puisque son design est libre et que la notice explicative pour la fabriquer sera bientôt sur Internet. Elle pourra être reproduite n’importe où dans le monde. C’était l’idée de Christophe quand il a créé l’association Entropie à Grenoble, un FabLab (contraction anglaise pour laboratoire de fabrication) qui défend le design libre de droits. « Je me suis dit que, si j’ai une bonne idée, c’est bête de la garder pour moi », affirme-t-il comme une évidence. Il a soigneusement édité les notices des meubles qu’il a conçus et, à cette collection, se sont ajoutées toutes les idées des passionnés qui gravitent autour de l’association. Lire la suite