Dalle



La dalle se situe sous une chape (et l’isolant s’il n’est pas que périphérique). Elle peut servir de fondations (radier) ou simplement de support pour le reste du sol (dalle de propreté). Elle a un rôle porteur très important, car c’est sur elle que reposent tous les éléments situés au-dessus.

Généralement en béton de ciment (dalle pleine, collaborante, de répartition, flottante…), il existe heureusement des alternatives moins énergivores qui remplissent les mêmes fonctions : béton de chaux, dalle bois, terre crue tassée…

 

Même si l’on peut réaliser les dalles par soi-même ou les trouver prêtes à l’emploi, il est conseillé de faire appel à un expert. Car couler une dalle demande un savoir-faire. L’outillage nécessaire pour ce lot est celui du maçon : bétonnière ou malaxeur, règle de maçon, dameuse… Ou du charpentier si vous optez pour la dalle bois.

Points de vigilance

Si vous choisissez une dalle en béton classique ou en chaux, sachez que le temps de séchage à respecter est d’au minimum 1 mois avant de pouvoir la recouvrir d’une chape.

 

Si vous coulez votre dalle en été, veillez à l’humidifier régulièrement. Si elle sèche trop rapidement, elle ne prendra pas correctement et risque de fissurer. Astuce : certains montent des grands barnum par-dessus leur chantier pour que le soleil estival ne « tape pas » directement sur leur dalle.

Sélection d’articles/dossiers pour Dalle :

Dalle bois et paille – Pas à pas
Enquête matériau : sol en terre crue
Tirer une dalle chaux-chanvre

Rechercher tous les articles parus contenant ce mot-clé.


Plancher et murs chauffants



Fonctionnement, mise en oeuvre, confort hygrothermique, conseils et bonnes adresses.

Le plancher et le mur chauffant basse température sont deux exemples de modes de chauffage conventionnel presque parfaits. Ils sont à la fois confortables, sains, économiques à l’usage et esthétiques. Même leurs versions classiques (chape de béton sur polystyrène et chaudière gaz) sont acceptables d’un point de vue écologique en regard des avantages sus-nommés.

Nous détaillons donc dans ce dossier les principes de base pour en comprendre le fonctionnement et les effets sur le bien-être des personnes utilisatrices. Mais, appétit de maison écologique oblige, nous mettons l’accent sur les techniques ayant un impact minimum sur l’environnement.


Autoconstruction

sol de terre damée

Un sol de terre damée.
Finition de sol, laissons nous tenter par la terre crue.

Matériau local, nécessitant peu d’énergie à la mise en oeuvre, la terre est aussi un excellent régulateur thermique et hygrométrique. Ici la terre damée, s’inspirant du pisé, peut servir de chape avant la pose d’un revêtement ou rester nue, simplement huilée.