Travaux : Cloison courbe en torchis

Cloison torchis

Technique traditionnelle à base de terre crue et fibre végétale dans une ossature bois, le torchis est bénéfique pour l’hygrométrie et le confort dans un logement. Il apporte aussi une douceur naturelle à l’ambiance, renforcée ici par le choix d’une cloison arrondie. Le support peut être fait de branches fraîches de noisetier, de saule ou du bambou.

Il est important de réaliser des tests afin de déterminer le dosage du mortier pour limiter retrait et  fissuration au séchage selon la proportion d’argile, d’eau, de fibre, de sable, etc. Une terre contenant naturellement des sables et graviers de tailles variées évite de devoir la corriger en ajoutant du sable, ressource en péril. De même, « plus le mélange contient de fibres de types et de longueurs différents, plus le retrait est limité, prévient le formateur Vincent Corbard, qui a encadré la douzaine de stagiaires de la MFR de Riaillé (44) qui ont appliqué ce torchis. Et les différentes fibres réduisent le besoin en sable ».

La fibre écolo

Pour le corps d’enduit, « privilégiez des fibres courtes. On en met plus dans un même volume et elles offrent une plus grande surface de contact entre tous les éléments du mélange ». La fibre de chanvre ne rebique pas en surface lors du séchage comme le fait la paille de blé. Le foin convient, mais concurrence l’alimentation agricole. Le mélange doit toutefois contenir assez d’argile, qui apporte du « collant ». Projetez une truelle de mortier sur la paroi du bac de mélange et étalez-le ; il doit bien tenir. Les Japonais laissent fermenter le mortier durant trois mois, ce qui réduit grandement le retrait au séchage et facilite l’application.

1 La cloison de 2,45 m de haut mesure 100 + 80 cm. La lisse basse est fixée par cheville à frapper dans la dalle béton pré percée ; la lisse haute, vissée dans les solives à travers le plafond. Les lisses sont divisées en trois parties : deux droites de 60 cm et l’arrondi (40 + 20 cm) découpé à la scie sauteuse dans un chevron 200 x 45 mm. Vissez en biais les montants de part et d’autre des lisses droites, puis fixez-y les traverses en divisant la hauteur en trois.

2 Pointez ou vissez après pré-perçage des tasseaux 20 x 25 mm à mi-épaisseur des montants et un tasseau 40 x 25 mm entre deux montants. Ils serviront d’appui pour tresser le clayonnage horizontal. Pour l’arrondi, le clayonnage sera vertical ; positionnez alors à l’horizontale les pièces de sapin découpées dans une planche en respectant le dessin des traverses et lisses arrondies.

[…]


Construire : Construction accompagnée

Construction accompagnée

Épauler les artisans pour écraser les prix

Alors qu’ils n’y connaissent rien, Cécile et Ludovic ont participé à la construction de leur maison. Budget serré mais grand projet, le couple a réalisé l’habitat de ses rêves en mettant la main à la pâte.

J’avais très envie de participer à la construction de notre maison et je n’ai pas été déçu ! », s’enthousiasme Ludovic Charriau, éducateur sportif. Sur un terrain de 1 350 m2 à Touvois, petite commune de Loire-Atlantique à la frontière avec la Vendée, Ludovic et sa compagne, Cécile, ont fait construire leur habitation écologique. En dix mois, le couple, aidé par sa famille et ses amis, a mis la main à la pâte et participé à la construction de sa maison. « Cela demande beaucoup de temps et d’investissement, prévient Ludovic. Je m’étais organisé pour avoir des horaires modulables au travail et être disponible la journée pour les travaux. » C’est le maître d’oeuvre, Christophe Benoît, qui leur a proposé cette solution pour que leur projet respecte leur budget maximum de 130 000 €. Il est secrétaire d’Échobat, association oeuvrant pour l’écoconstruction solidaire (lire p. 17). « L’artisan peut venir seul avec sa compétence et son matériel. Les bras qui manquent, ce sont les clients qui les apportent. Aujourd’hui, c’est un modèle », explique Christophe Benoît. Ce dernier, tel un chef d’orchestre, a guidé les artisans comme les propriétaires du début à la fin du chantier.


Travaux : Cloison multifonction

Cloison multifonction

Cloison multifonction pour chambre d’ado

Les grands espaces intérieurs sont un luxe. Pourtant, à mesure que la maison évolue, il faut parfois savoir cloisonner. Plusieurs solutions sont alors envisageables : cloison placo-plâtre ou Fermacell, cloison maçonnée en carreaux de béton cellulaire, cloison à structure bois avec remplissage en paille et bien d’autres encore. Mais une seule solution offre à la fois une grande rapidité de mise en œuvre, un poids limité et un travail propre sans avoir à tout protéger autour : la cloison bois, idéale pour faire évoluer une grande chambre d’enfant (comme dans notre exemple), pour séparer les espaces dans un salon-cuisine ou pour aménager un dressing dans une chambre à coucher.


Faites-le-vous-même

mur briques terre crue

Monter un mur en briques et en terre cuite.


Une cloison écologique, phonique, dotée d’un pouvoir de régulation de la température et de l’humidité intérieures ? C’est possible avec la brique de terre crue comprimée. Très accessible, cette technique réussit l’amalgame de la beauté et du charme.


Faites-le vous même

cloison terre crue

Ma cloison autour de la TERRE.

Monter une cloison fine, sans recours à des matériaux standardisés, c’est possible ! Voici l’occasion de découvrir les techniques terre crue sur ossature bois.


Réaliser une cloison terre crue et bois

Réaliser une cloison terre et bois

Cloison fine en terre crue et bois

[VIDÉO DÉCO] Monter une cloison fine, sans recours à des matériaux standardisés, c’est possible !
Voici l’occasion de découvrir les techniques terre crue sur ossature bois en ajoutant l’esthétique des enduits naturels couleur vanille-chocolat…

L’article complet avec les explications techniques étape par étape est disponible dans les kiosques jusqu’au 28 novembre 2016 dans notre magazine La Maison écologique n°95 ou directement en le commandant en ligne ici.

L’article et la réalisation sont signés Christelle Auzias, de l’atelier Terra Originalis (91).


Cloisons, séparation réussie



Bois, terre, chanvre, verre, des cloisons pour tous les goûts.

Longtemps négligées des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’oeuvre, les cloisons participent pourtant au confort thermique, hygrométrique et acoustique des espaces habités. Non porteuses, rarement isolantes au niveau thermique, elles peuvent être lourdes ou légères, selon ce qu’on leur demande : apporter de l’inertie, être efficaces d’un point de vue phonique, supporter les projections d’eau ou les lourdes charges. Face au serial-couple placo/laine de verre, la cloison écologique n’occupe pour l’instant qu’un tout petit espace. Mais on y déborde d’imagination. Ossature, maçonnage, banchage et autres méthodes se côtoient et se complètent joyeusement, pour bâtir des maisons saines et confortables, où chacun peut vivre à son rythme.