Cette maison bois a de l’énergie positive à (re)vendre

Maison en bois à énergie positive à Montreuil. crédit Michel Ogier

[VIDEO] Ancien informaticien, Erick a construit en bois sa maison passive à énergie positive. Le logement consomme moins d’énergie qu’il en produit!

Erick et sa compagne Sylvie cherchaient un terrain situé au sud de Paris. Mais ceux qu’on leur proposait avaient les pieds dans l’eau… Finalement, ils ont atterri sur les hauteurs de Montreuil, à l’est de la capitale. Sur une parcelle d’environ 200 m², joliment exposée au sud. Informaticien devenu charpentier, Erick a tout de suite imaginé une maison passive (et même à énergie positive). Car il avait été séduit par une formation suivie sur le sujet. Membre de la coopérative Alter-bâtir, il pouvait compter sur ses collègues pour le seconder durant ce projet ambitieux.

Quelques thermiciens lui ont également apporté leur aide en approuvant ou modifiant les plans qu’il leur soumettait. « Le gros œuvre nous a occupés pendant un an, retrace Erick. J’y étais à temps plein. Sylvie passait de temps à autre et des collègues étaient présents à tour de rôle. Nous étions toujours deux ou trois sur le chantier. » Le couple rentre dans la maison en mai 2015.

Lire la suite


Matériau : éviter les termites

termites

Terminus pour les termites.

Le développement de la construction bois donne aux termites un garde-manger de premier choix. Mais pas de panique, leur fringale est contrôlable. On vous explique tout pour éviter les grignotages…

Les termites vivent en colonie au sein de laquelle les individus accomplissent des tâches spécialisées. Ce sont des insectes xylophages (qui mangent du bois), la cellulose constituant l’essentiel de leur nourriture. Pour la plupart totalement aveugles, ils sont aussi lucifuges (ils fuient la lumière), ce qui les rend difficiles à repérer. Parmi les nombreuses familles de termites, deux squattent l’Hexagone : le kalotermes, « termite de bois sec », et le reticulitermes, « termite souterrain ». Le kalotermes vit en petite colonie dans les branches mortes des arbres vivants et ne représente pas une menace pour nos habitats, car ses déplacements sont limités.


Autoconstruction en bois et monomur

autoconstruction en bois et monomur

Bois et monomur en pleines formes.

Cette maison originale est une  autoconstruction en bois et monomur, fabriquée en deux phases. Celle du temps nécessaire à la maturation du projet et celle de la découverte de la construction écologique.

À Campestre-et-Luc (Gard), la maison d’Olivier Arrazat et Cora Boutin se décline en deux bâtiments réunis en un. Le passage de la première partie érigée en monomur à la seconde faite de poteauxpoutres en bois illustre leur cheminement. 200 000 € et cinq années plus tard, leur projet n’a plus grand chose à voir avec leur philosophie de départ.

Olivier, géomètre de métier, connaissait bien le milieu du bâtiment conventionnel.


choisir ses matériaux pour construire

choisir ses matériaux pour construire

Bien choisir ses matériaux pour construire.

Les réglementations thermiques successives ont rendu nos maisons bien moins gourmandes en énergie. Cependant, l’énergie nécessaire pour construire un bâtiment, dite énergie grise, reste constante, si bien qu’il faut environ 60 ans pour que la consommation en chauffage égale l’énergie grise d’une maison RT 2012 ! Pour qu’une maison soit écologique, il ne suffit donc pas de diminuer ses consommations : le choix des matériaux qui la constituent est essentiel.

Règle n°1 : choisissez-les locaux, peu transformés et facilement recyclables.

Nombreux sont les matériaux écologiques à pouvoir constituer des murs porteurs : terre (crue ou cuite), bois, paille, pierre, béton cellulaire…Il faudrait un, voire plusieurs livres entiers pour décrire toutes les techniques existantes. Mais ce dossier a été pensé et conçu pour donner un aperçu des solutions les plus fréquentes en écoconstruction. Quels critères peuvent guider votre choix vers tel ou tel système constructif ?


Autoconstruire en bois et paille

autoconstruire en bois et paille

Autoconstruire en bois et paille

Réflexion intense, préparation minutieuse et adaptation des mises en oeuvre, voici ce qui nous a fait choisir le projet d’autoconstruction en bois et paille de Jérome Paul.

“Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu l’envie de construire mon habitation. Après la naissance de mon premier enfant et mon retour en Dordogne, le projet devenait de plus en plus présent. Je pense avoir pris fermement la décision d’autoconstruire à ce moment-là. Naturellement orienté vers une construction aux performances thermiques optimales, je penchais à l’époque pour l’utilisation de la brique monomur.”

La maison forgée dans la paille de Lucie et Claude

Autre chantier qui a retenu notre attention parmi les témoignages de nos lecteurs.

“C’est à La Motte-en-Champsaur, dans les Hautes-Alpes, que nous avons décidé de construire un bâtiment pour notre maison et notre atelier-école de forge (Toutomarto). En 2007, nous avons rencontré Tom Rijven. Son concept de construction paille « cellule sous tension » nous a inspirés. J’ai ensuite suivi un stage « construction paille, ossature bois » au Gabion (05).”


Autoconstruction bois et paille

autoconstruction bois paille

Autoconstruire une maison en bois et paille pour moins de 880€/m2, c’est le pari réussi de David.

Éleveur de poules et de vaches à l’herbe en agriculture biologique en Seine-Maritime, David connaît bien le circuit court. C’est ainsi que l’isolation de sa maison ossature bois a été réalisée avec la paille de ses propres champs !

Maison en paille, ça le botte

David Léger avait déjà pratiqué. Entre 2001 et 2003, il rénove une ancienne charreterie à 10 km du village où lui et sa famille vivent aujourd’hui dans le Pays de Caux. C’est à cette époque qu’il a commencé à s’intéresser aux matériaux écologiques. Lui, le fils d’agriculteur, découvre alors le principe de l’isolation avec de la laine de mouton. Dans le même temps, il s’aperçoit progressivement des erreurs faites sur son chantier de rénovation, la maison se révélant notamment trop peu étanche à l’air. Il lui faut à l’évidence se documenter davantage sur les techniques écologiques. Il lit La Conception bioclimatique (éd. Terre vivante, 2006) et L’Isolation thermique écologique (éd. Terre vivante, 2010) de Jean-Pierre Oliva et Samuel Courgey, « des ouvrages que tout autoconstructeur devrait lire ! », estime-il aujourd’hui.

De la rénovation à la construction bois

Abonné à La Maison écologique, David explore avec un grand intérêt le champ de l’écoconstruction. À peine terminées les dernières finitions de sa première maison, il éprouve déjà l’envie de repartir vers un autre projet, qui comporterait moins d’erreurs…
Cette progression vers l’habitat écologique s’opère également sur le plan professionnel. Après avoir travaillé comme conseiller bancaire, David Léger devient en 2006 vendeur de poêles à granulés et de chauffe-eau solaires. Croisant de nombreuses personnes travaillant dans la construction écologique dans les salons auxquels il participe, il continue d’apprendre. Jusqu’à ce qu’il décide de reprendre la ferme familiale et d’y construire une maison en paille. Un parcours dont il nous raconte aujourd’hui les grandes lignes.

Pour lire cet article en intégralité, commandez notre magazine La Maison écologique n°99. Il est également disponible en kiosque pour quelques jours encore, jusqu’au 26 juillet 2017.

 


[Vidéo] La maison écailles… en bardeau de bois

google image bardeau bois maison paille

 

Bardeau en bois.

Pour dompter leur chantier en dépassant ni planning, ni budget, Sabrina et Matthieu ont dressé un plan d’attaque méticuleux et se sont réservé quelques lots en autoconstruction. Leur carapace d’écailles dissimule un bâtiment bois vivant, isolé en bottes de paille et en constante mutation.

Retrouvez le reportage complet sur cette maison dans La Maison écologique n°99.

Sabrina Dumont est architecte à l’agence 10i2LA.


Cette maison conjugue le feng shui au passif

En Vendée, cette maison en bois conjugue le feng shui au passif. crédit Gwendal Le Ménahèze

[VIDEO] En s’inspirant des principes du feng shui, le bien-être est au coeur de cette construction passive à Notre-Dame-de-Monts, en Vendée. Feng-shui, ouverture sur l’environnement extérieur, régulation naturelle des températures… Sur la côte vendéenne, cette maison en bois accueille la lumière du soleil à baies ouvertes! Visite et rencontre des propriétaires en vidéo.

Plus de photos, d’infos et l’interview de l’architecte dans le magazine La Maison écologique n°95, disponible en kiosques, sur appli ou sur commande en cliquant ici.


A la loupe

petite maison bois

Une petite maison bois dans la prairie.

Toute en bois, discrètement insérée dans le paysage et largement ouverte sur le jardin par de grandes baies coulissantes, la maison d’Aurélia Landeau et de Nathalie Pointlane invite à la détente et à la contemplation. Rencontre des propriétaires.