La paille dans tous ses états : le point sur un matériau de construction prometteur



Ce dossier est le deuxième que nous consacrons à la construction en botte de paille. Le premier, publié il y a tout juste quatre ans, faisait un point sur son histoire, reprenant les différentes techniques et s’appuyant sur des cas concrets.

Depuis, nous avons publié plusieurs articles sur différentes maisons de ce type. Mais il semble que ce mode de construction, jusqu’alors réservé à quelques connaisseurs, prenne une ampleur significative. La presse classique commence même à s’y intéresser, et les artisans spécialisés ont leurs carnets de commandes remplis sur plusieurs mois, voire plusieurs années pour certains.

Pourquoi un tel engouement ! L’âge adulte de la botte de paille serait-il arrivé ? Il est certain que le temps des tâtonnements est révolu. Les retours d’expériences, la fiabilité des techniques, les échanges entre bâtisseurs, ainsi que les essais en laboratoire et les réalisations “officielles” nous font penser que le grain est devenu brin, et que le brin est aujourd’hui mûr.


A la loupe



Une maison en paille haute en couleurs, les plans et les modalités de sa construction. Dans la famille des « maisons à ossature bois remplie
en bottes de paille », celle de Bernadette et Samuel Courgey est une réussite. Volumes agréables, formes courbes, enduits colorés en terre
ou chaux. Tous les ingrédients sont réunis pour que la sauce prenne.


Pas à pas



De l’enduit à la paille. Nous continuons notre rubrique pas à pas qui, depuis le début de l’année, suit en temps réel (enfin presque) l’évolution du chantier de la future maison de Cathy et Thierry.

L’été s’est écoulé depuis notre dernière entrevue, la mise en place des ballots de paille est maintenant terminé, ainsi que l’application des enduits. Nous allons voir comment cela s’est déroulé.


La construction en paille : ça vous botte ?



Les différentes techniques utilisées, l’historique, les détails du matériau…

“La maison de paille ! L’association de ces deux mots est bien de nature à provoquer de l’étonnement, même chez les personnes préparées aux hardiesses de la conception dans l’art de construire. Et cependant, il n’en est pas moins acquis, à l’heure actuelle, que la maison de paille est une réalité visible et palpable.”

Voici une excellente introduction au dossier sur la construction en paille. Merci à feu Gustave Lamache de l’avoir écrite en mai 1921, il y a 80 ans aujourd’hui ! Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce paragraphe est tiré d’un article de la revue Science et Vie n°54 (aujourd’hui paraît le n°1013…), qui relate la première construction en bottes de paille recensée en France.

Quelques millions de mètres cube de béton plus tard, cet article reste absolument d’actualité. Il est vrai que la construction en bottes de paille sort de la marge, cependant certains (rares) bâtisseurs professionnels l’utilisent comme matériau courant.

Différentes techniques ont été mises au point, fruits de recherches et d’expériences apportant à ce mode de construction fiabilité et confort : les qualités isolantes que procurent la paille sont loin d’être négligeables, tout comme sa capacité à faire des murs respirants, le tout avec un éco-bilan presque parfait.

En fait, il souffre surtout d’une réputation de matériau hautement inflammable et très peu solide (les trois petits cochons sont passés par là). Mais il n’en est rien, bien au contraire !

Eh bien laissez donc le grand méchant loup de côté et découvrez comment il est possible de semer sa maison.


A la loupe

maison paille dans le bourg

Une maison paille dans le bourg.

Au coeur de Saint-Romain-de-Popey, village de la région lyonnaise, sur un terrain de 645 m², la maison de Marie et Johann Tscherter réussit le pari d’une parfaite intégration dans le tissu périurbain. On peut être moderne, en paille, terre et bois, et ne pas dépareiller !