Finition : Teinter avec du brou de noix

brou de noix

Recettes et finitions pour le bois à base de brou de noix

Le brou de noix permet de confectionner facilement des mélanges pour teinter les bois clairs et leur apporter profondeur et caractère. Petits objets, cadres, lambris ou meubles pourront être patinés et valorisés par la chaude teinte du brou de noix, que l’on utilisera plus ou moins dilué.

Il existe deux types de brou de noix. Le brou de noix que l’on trouve en magasin de bricolage, en bouteille de 1 l, est un pigment naturel à base de Terre de Cassel diluée. C’est une roche sédimentaire récoltée dans les dépôts de tourbe ou de lignite, à l’origine dans la région de Cassel, en Allemagne, appelée indifféremment Terre de Cassel, Brun de Cassel, Brun Cassel, Brun Van Dick. Ce pigment sous forme liquide sert de base lors de travaux de bricolage et de décoration.

Le « véritable » brou de noix

Mais le brou de noix est aussi une décoction obtenue à base d’écales de noix séchées ou de jeunes noix vertes. Cette encre naturelle est utilisée par les artistes et les calligraphes. Comparable à l’encre de Chine, elle est brune, de teinte plus chaude que le bistre et s’emploie en lavis* et en calligraphie. Attention, le véritable brou de noix tache et il est très difficile à faire partir. Pensez à protéger vos mains et vos surfaces.

La recette d’huile teintée mêle de l’huile de lin et de l’essence d’écorces d’agrumes (ou de térébenthine à défaut) avec une proportion variable de brou de noix. C’est cette proportion qui va permettre d’obtenir une huile plus ou moins teintée. On peut utiliser indifféremment du « véritable » brou de noix végétal ou son homologue minéral dilué.


Cahier pratique : l’esprit Wabi Sabi

l'esprit Wabi-Sabi

Un enduit dans l’esprit Wabi-Sabi

Cet enduit, facile à réaliser, apporte chaleur et authenticité dans votre décoration et s’inscrit parfaitement dans l’esprit Wabi-Sabi. Décryptage et mise en oeuvre.

Le Wabi-Sabi est un courant esthétique très inspirant. Il est d’ailleurs en vogue aujourd’hui chez les décorateurs adeptes du minimalisme et des matériaux naturels. Dérivé de principes bouddhistes zen et du taoïsme, le Wabi-Sabi – un vocable difficilement traduisible qui relie les deux principes « simplicité » et « rusticité » – atteint son apogée au XVIe siècle, au Japon.

Ce mouvement prône la beauté des choses imparfaites, modestes, rugueuses, voire grossières. À une époque où l’élite nippone faisait étalage de ses trésors, issus de la production chinoise, lisses, précieux et élégants, le Wabi-Sabi proposait une esthétique opposée, perçue alors comme révolutionnaire.


Matériau

enduit chaux

Quelles chaux employer pour quels usages?

Matériau de construction ancestral, la chaux connaît un regain de popularité. Elle est très prisée par les adeptes du “vivre sain” et séduit aussi les amateurs de déco. Petit résumé sur les différentes chaux et comment les utiliser.


Main à la pâte

chaux-plâtre

Staff en chaux-plâtre.

Moulure, corniche, cimaise, cadre… donner du volume à votre décoration.


Peintures naturelles guide et recettes

peintures naturelles guide et recettes

« 100 % naturelle », « bio », « écologique », « écolabellisée », « sans solvant ni COV » : chaque fabricant, chaque vendeur y va de sa partition développement durable. Comment dès lors s’y retrouver ? Doit-on faire confiance au marketing des fabricants ? Les produits dits « écologiques » sont-ils plus respectables que les conventionnels ? Faut-il nous résoudre à créer nos propres produits de décoration ? Est-ce à la portée de tous et toutes ? Telles sont les questions auxquelles ce dossier répond. Alors, à vos pinceaux, prêts ? Peignez !


La main à la pâte



Un pavage en robinier.
Une allée en bois de pays, naturelle et esthétique.

Adieu bitume, béton et autres revêtements sinistres et étanches. Un pavage extérieur en bois est une solution alternative qui offre plusieurs avantages. Tout d’abord, elle permet d’utiliser un matériau local et recyclable, affichant un bilan carbone et un contenu en énergie grise défiant toute concurrence.


Les enduits terre



Techniques et astuces

En extérieur, en intérieur, colorés ou bruts, lisses ou granuleux, droits ou arrondis. En quelques années, les enduits terre se sont taillé une place de choix dans la gamme des parements écologiques. À faire soi-même ou conditionnés prêts à l’emploi, ils ont effectivement de quoi séduire : impact environnemental très faible, capacité de régulation hygrothermique, complément d’inertie thermique, absorption des odeurs et des bruits, respect du bâti ancien, leurs atouts sont multiples. Si l’on ajoute à cela une esthétique unique conjuguée à l’impressionnante variété des couleurs, des textures et des formes possibles, alors l’envie d’en mettre chez soi devient irrésistible. Comment céder à la tentation sans vous « enduire en erreur » ni rencontrer de problème de décrochage ou de fissuration ? En lisant ce dossier truffé de conseils et d’astuces d’artisans expérimentés !


Cuisine à vivre



Quand l’écologie passe à table.

La cuisine d’aujourd’hui n’est plus une pièce à part, elle fait partie intégrante de la maison. Elle en devient même un élément central, un véritable lieu d’échanges.

Symboliquement c’est sûrement la pièce la plus importante de l’habitat : c’est là que l’on prépare de quoi se nourrir et que l’on vient chercher l’eau pour boire. Ce devrait être un endroit convivial car c’est là qu’on se retrouve en famille ou entre ami(e)s, plusieurs fois par jour.

Pratiquement, c’est le lieu où l’on apporte les courses qu’il faut ranger, où l’on stocke les denrées sèches, fraîches, et d’où part la plus importante partie de nos déchets.

Énergétiquement, c’est aussi dans la cuisine qu’est consommée une part non négligeable de l’électricité et de l’eau domestiques.

Après un tel inventaire, difficile de prendre la cuisine à la légère ! Et comme nous aimons bien mettre les pieds dans le plat concernant certaines idées reçues, c’est avec un plaisir gourmand que nous vous invitons à passer à table dans cette cuisine à vivre.