Décoration : Tresser un tapis en tissu recyclé

tapis en tissu recyclé

Le recyclage des tissus – ressource rare et précieuse dans certaines régions du monde et à diverses époques – en tapis a toujours existé. Chaque contrée a produit ses techniques de récupération, avec ses couleurs, ses motifs, son type de tissage. Si les tapis tressés produits par les pionniers pendant la conquête de l’ouest du continent américain à partir de vieux vêtements sont les plus connus – les plus anciens se négocient de nos jours à prix d’or –, il en existe bien d’autres : la lirette charentaise, les tapis Boucharouite (« bouts de chiffons » en berbère) de l’Atlas marocain, les tapis Amish, les crochetés et, enfin, les tissés présentés dans cet article.

Comme pour les tapis traditionnels, plus ils sont anciens, délavés, plus ils ont vécu, plus ils ont de valeur. Beaucoup de personnes créatives et de designers textiles s’ingénient à recycler en tapis des lanières de jeans, de cuir, des chutes de production textile, divers tissus, de la laine ou des fils de coton selon des méthodes très variées, en n’hésitant pas à mixer les approches. Les formes des tapis peuvent être ovales, rectangulaires, rondes et leurs tailles sont fonction de la grandeur des métiers à tisser.

Les tissus recyclés dans la réalisation présentée ici proviennent de tee-shirts en coton. Le jersey de coton dont ils sont constitués est intéressant à plus d’un titre ; il est naturel, solide, doux et souple. Il a également la capacité de s’enrouler sur lui-même quand on le découpe en bandes et de former spontanément un fil rond, facile à réutiliser. De plus, cette matière textile ne s’effiloche pas.

Comment transformer de vieux tee-shirts en tapis faits maison.

1 Préparer le métier à tisser en clouant, tous les 2 cm, 32 clous en haut et 32 clous en bas sur les lattes du dos de la palette. On obtient un rectangle d’environ 64 x 112 cm. Pour éviter que le tapis se déforme, visser de chaque côté une baguette ronde avec trois vis chacune. Laisser 1 cm entre les baguettes et la palette.

2 Rassembler les tee-shirts. Pour le choix des couleurs, il y a deux méthodes : composer une palette réfléchie ou spontanée. C’est affaire de goût…

3 Découper les tee-shirts sous les manches et au-dessus de la couture basse (3.1). Couper ce « tube » rectangulaire sur les deux épaisseurs, en lanières de 8 cm de large et sans aller jusqu’au bout de la découpe. Laisser 5 cm environ (3.2). Décaler la couture pour voir apparaître les deux séries de bandes. Commencer la première coupe en biais. Procéder de même pour les suivantes (3.3). Voilà une pelote de fil de tee-shirts (trapilho) !


Finition : Teinter avec du brou de noix

brou de noix

Recettes et finitions pour le bois à base de brou de noix

Le brou de noix permet de confectionner facilement des mélanges pour teinter les bois clairs et leur apporter profondeur et caractère. Petits objets, cadres, lambris ou meubles pourront être patinés et valorisés par la chaude teinte du brou de noix, que l’on utilisera plus ou moins dilué.

Il existe deux types de brou de noix. Le brou de noix que l’on trouve en magasin de bricolage, en bouteille de 1 l, est un pigment naturel à base de Terre de Cassel diluée. C’est une roche sédimentaire récoltée dans les dépôts de tourbe ou de lignite, à l’origine dans la région de Cassel, en Allemagne, appelée indifféremment Terre de Cassel, Brun de Cassel, Brun Cassel, Brun Van Dick. Ce pigment sous forme liquide sert de base lors de travaux de bricolage et de décoration.

Le « véritable » brou de noix

Mais le brou de noix est aussi une décoction obtenue à base d’écales de noix séchées ou de jeunes noix vertes. Cette encre naturelle est utilisée par les artistes et les calligraphes. Comparable à l’encre de Chine, elle est brune, de teinte plus chaude que le bistre et s’emploie en lavis* et en calligraphie. Attention, le véritable brou de noix tache et il est très difficile à faire partir. Pensez à protéger vos mains et vos surfaces.

La recette d’huile teintée mêle de l’huile de lin et de l’essence d’écorces d’agrumes (ou de térébenthine à défaut) avec une proportion variable de brou de noix. C’est cette proportion qui va permettre d’obtenir une huile plus ou moins teintée. On peut utiliser indifféremment du « véritable » brou de noix végétal ou son homologue minéral dilué.


Cahier pratique : l’esprit Wabi Sabi

l'esprit Wabi-Sabi

Un enduit dans l’esprit Wabi-Sabi

Cet enduit, facile à réaliser, apporte chaleur et authenticité dans votre décoration et s’inscrit parfaitement dans l’esprit Wabi-Sabi. Décryptage et mise en oeuvre.

Le Wabi-Sabi est un courant esthétique très inspirant. Il est d’ailleurs en vogue aujourd’hui chez les décorateurs adeptes du minimalisme et des matériaux naturels. Dérivé de principes bouddhistes zen et du taoïsme, le Wabi-Sabi – un vocable difficilement traduisible qui relie les deux principes « simplicité » et « rusticité » – atteint son apogée au XVIe siècle, au Japon.

Ce mouvement prône la beauté des choses imparfaites, modestes, rugueuses, voire grossières. À une époque où l’élite nippone faisait étalage de ses trésors, issus de la production chinoise, lisses, précieux et élégants, le Wabi-Sabi proposait une esthétique opposée, perçue alors comme révolutionnaire.


Matériau

enduit chaux

Quelles chaux employer pour quels usages?

Matériau de construction ancestral, la chaux connaît un regain de popularité. Elle est très prisée par les adeptes du “vivre sain” et séduit aussi les amateurs de déco. Petit résumé sur les différentes chaux et comment les utiliser.


Main à la pâte

chaux-plâtre

Staff en chaux-plâtre.

Moulure, corniche, cimaise, cadre… donner du volume à votre décoration.


Peintures naturelles guide et recettes

peintures naturelles guide et recettes

« 100 % naturelle », « bio », « écologique », « écolabellisée », « sans solvant ni COV » : chaque fabricant, chaque vendeur y va de sa partition développement durable. Comment dès lors s’y retrouver ? Doit-on faire confiance au marketing des fabricants ? Les produits dits « écologiques » sont-ils plus respectables que les conventionnels ? Faut-il nous résoudre à créer nos propres produits de décoration ? Est-ce à la portée de tous et toutes ? Telles sont les questions auxquelles ce dossier répond. Alors, à vos pinceaux, prêts ? Peignez !


La main à la pâte



Un pavage en robinier.
Une allée en bois de pays, naturelle et esthétique.

Adieu bitume, béton et autres revêtements sinistres et étanches. Un pavage extérieur en bois est une solution alternative qui offre plusieurs avantages. Tout d’abord, elle permet d’utiliser un matériau local et recyclable, affichant un bilan carbone et un contenu en énergie grise défiant toute concurrence.


Les enduits terre



Techniques et astuces

En extérieur, en intérieur, colorés ou bruts, lisses ou granuleux, droits ou arrondis. En quelques années, les enduits terre se sont taillé une place de choix dans la gamme des parements écologiques. À faire soi-même ou conditionnés prêts à l’emploi, ils ont effectivement de quoi séduire : impact environnemental très faible, capacité de régulation hygrothermique, complément d’inertie thermique, absorption des odeurs et des bruits, respect du bâti ancien, leurs atouts sont multiples. Si l’on ajoute à cela une esthétique unique conjuguée à l’impressionnante variété des couleurs, des textures et des formes possibles, alors l’envie d’en mettre chez soi devient irrésistible. Comment céder à la tentation sans vous « enduire en erreur » ni rencontrer de problème de décrochage ou de fissuration ? En lisant ce dossier truffé de conseils et d’astuces d’artisans expérimentés !