Assainissement écologique

Assainissement écologique

Assainissement écologique individuel, l’écologie au bout des tuyaux.

Au W.C ou sous la douche, rares sont nos pensées qui s’attardent sur la destinée des eaux qu’on est en train de “salir”. Pourtant, la question est d’importance. D’autant plus quand on relève de l’assainissement autonome et qu’on à le choix du mode d’épuration qui permet à nos effluents de réintégrer le cycle naturel des matières. La voie du salut pour nos sols appauvris et cours d’eau asphyxiés.

Pchhht, je tire la chasse. Rrroom, je fais tourner la machine à laver. Splach, je fais la vaisselle. Plouf, je prends un bain… Que d’eaux chargées en matière organique, substances chimiques et microbiologiques dévalant nos tuyaux ! Pour aller où ? Chez 80 à 85 % des Français, dans les égouts qui les mènent tout droit aux stations d’épuration collectives. Là, elles subissent différents traitements, souvent coûteux et consommateurs d’énergie, aboutissant à la production de boues qui finissent – quand elles n’ont pas la chance d’être épandues dans un champ – en incinérateur ou en décharge.

 


Eau : gestion de l’eau dans ma cuisine

gestion eau cuisine

Gestion de l’eau.

De l’usage écologique de l’eau dans la cuisine découle une approche plurielle : la consommation d’eau non polluée au moyen d’une éventuelle filtration, la récupération d’une eau naturelle (pluie ou puits) au plus près de son lieu de consommation, les économies d’énergie et les énergies renouvelables pour la production d’eau chaude.


Utiliser l’eau de pluie

eau de pluie

Les bons choix de cuves, de pompes et de filtres pour une utilisation dans toute la maison.

Source intarissable on l’espère ! L’eau de pluie n’est que rarement récupérée et souvent utilisée pour le jardin uniquement. Son usage doit pourtant se systématiser à la fois pour désengorger les réseaux d’évacuation et pour économiser une ressource qui se raréfie et grève le budget des ménages.

L’eau de pluie pénètre désormais la maison et remplace peu à peu l’eau du réseau pour les usages domestiques, jusqu’à la boisson.

Attention, nouvelle vague…


En quête d’une eau pure



Comment avoir une eau d’excellente qualité à la maison ?

La qualité de l’eau est un sujet complexe, objet de controverses et de confusions. Qu’est-ce qu’une bonne eau ? Comment s’y retrouver parmi les différents discours : celui des distributeurs d’eau au robinet, celui des vendeurs d’eaux embouteillées, celui des spécialistes du traitement de l’eau à domicile ? Comment se forger une opinion et être sûr de boire une eau de qualité ?

En sachant qu’il n’y a pas de solution unique, voici dans ce dossier les points importants à retenir et les réponses simples et efficaces qui permettront à chacun de faire les bons choix.


Récupérer l’eau de pluie : de la gouttière au verre



Un dossier sur l’eau de pluie nous était réclamé depuis très longtemps. Le sujet est de plus en plus d’actualité (prix de l’eau qui “flambe”,
canicule, consommation accrue de bouteilles en plastique…) mais ô combien délicat.

Car nous ne parlons pas seulement de récupération pour l’arrosage du jardin, mais de tous les autres usages également. C’est-à-dire les usages domestiques : WC à chasse d’eau, lavage du linge, lavage corporel et boisson.

Ah le mot de trop ! Boire l’eau de pluie, comment est-ce possible ? Et d’abord a-t-on le droit ?

Autant vous dire que pour nous protéger d’une éventuelle personne qui viendrait se plaindre d’une mauvaise gastro, nous sommes dans le regret de vous dire que ce dossier n’est pas fait pour être appliqué, il est seulement informatif mais chacun est libre de faire ce qu’il veut après !


Filtrer son eau : les enjeux, la législation, les polluants, les traitements, les produits en vente…



L’eau sera le problème majeur du XXIème siècle car les besoins sont en continuelle hausse.

À l’échelle de la planète, les prélèvements d’eau ont été multipliés par sept entre 1900 et 1995, soit un rythme de croissance plus de deux fois supérieur à celui de la démographie. La France est, elle, un pays privilégié et dispose de ressources en eau douce tout à fait suffisantes pour couvrir ses besoins.

Mais, french paradoxe oblige, d’un côté nous dépensons des millions d’euros pour avoir de l’eau potable à tous les points de puisage (y compris dans la cuvette des WC !), et d’un autre côté nous consommons de plus en plus d’eau en bouteille, avec tous les déchets plastiques que cela entraine.

Filtrer son eau pour tous ses besoins alimentaires n’est pourtant pas du luxe lorsque l’on sait tout ce que l’on peut encore trouver dans l’eau dite “potable”. Mais quel système de filtration utiliser ? Sont-ils tous égaux devant la pollution ?

Nous espérons avec ce dossier apporter des outils pour mieux comprendre et ensuite agir le cas échéant.

Vu l’ampleur de la tâche, nous n’abordons pas la thématique de l’eau de pluie ni de puits. Cela fera matière d’un dossier à part entière, incluant également les techniques de conservation en citerne. Alors bonne filtration !


Récupérer l’eau de pluie pour le jardin et la maison

récupérer l'eau de pluie

Récupérer ses eaux de pluie.

La récupération des eaux pluviales n’est pas un phénomène nouveau : les expériences sont nombreuses partout en Europe. En Belgique, plus de 750 000 personnes utilisent l’eau de pluie depuis des années pour l’hygiène personnelle, dont plus de 100 000 pour l’alimentation (source : www.eautarcie.org). Il apparaît logique d’économiser cette ressource précieuse et de ne pas la payer au prix fort pour les toilettes, l’arrosage du jardin ou le lavage de la voiture.


Enquête eau

filtration domestique

Filtrer son eau.

Comment boire une eau pure sans plomber son budget ni son bilan carbone ? Grâce à la filtration domestique. Filtres à sédiments, à charbon actif, à céramique, osmose inverse, ultrafiltration, comment faire son choix ?


Côté extérieur

système d'épuration des eaux grises

Des eaux grises pour un jardin tout vert.

Présentation en exclusivité d’un nouveau système d’épuration des eaux grises qui risque de faire couler beaucoup d’encre ces prochains mois.
La pédoépuration est un système naturel simplissime, efficace et au coût dérisoire.


Économies d’eau



Assainissement individuel, que choisir ?
Des arrêtés de septembre 2009 changent la donne.

Votre fosse septique n’est pas aux normes ? Il faut tout refaire ? C’est le moment d’envisager la phytoépuration. Elle est désormais autorisée en assainissement non collectif, même s’il reste quelques obstacles à lever. Explications.