Enquête : Une dernière demeure écolo

funérailles écologiques

Dans un marché funéraire juteux et peu scrupuleux, les alternatives écologiques fleurissent. Pour que l’impact de votre dernier soupir ne plombe pas celui d’une vie écoresponsable, voici la marche (funèbre) à  suivre.

Quand certains meurent, d’autres demeurent… Notre dernière demeure peut être un vrai poison pour les générations futures et la planète : pollution des sols, des nappes phréatiques, de l’air, surconsommation de matières plus ou moins naturelles et d’énergies fossiles… Mais « à toutes les étapes des funérailles, rassure Manon Moncoq, doctorante en anthropologie du funéraire et de l’environnement, il existe des alternatives écologiques applicables sans attendre que change la législation », scellée par un influent lobby.

La France est un des seuls pays où le cercueil est obligatoire pour toute inhumation ou crémation, dénonce Sabine Le Gonidec, cofondatrice de la Coopérative funéraire de Nantes. Ajoutez le statut des cendres identique à celui du corps humain, ça fait des leviers juridiques à faire sauter avant d’arriver à introduire d’autres pratiques, ne serait-ce que se faire inhumer en pleine terre dans un linceul biodégradable. Le Canada utilise des cercueils de prêt réutilisables pour les crémations. »

Mon cercueil est en carton…

Le premier cercueil en carton a été homologué dès 1998. D’autres ont suivi avec les arrêtés de 2011, puis 2015. Refusés par bien des pompes funèbres et crématoriums, ils ne peuvent désormais plus être écartés s’ils sont agréés et conformes à la norme NF D80-001. Inflammation trop rapide qui ne laisserait pas le temps de fermer le four, émission de flocs qui encrasseraient les conduits…
« Des contre-publicités fallacieuses, tranche Michel Kawnik, président de l’Association française d’information funéraire (Afif). La même désinformation accablait les débuts de la crémation », qui depuis gagne inéluctablement des parts de marché, de 59 % en 2018 à 62 % en 2019(2).
« J’ai récemment mis en ligne le rapport de l’Anses concernant notre cercueil pour mettre un terme à ces rumeurs. Ça a rassuré le crématorium de Rouen », indique Brigitte Sabatier, d’ABCrémation, qui débloquait la semaine précédente celui de Limoges.

Cependant, Jo Le Lamer, vice-président de la Fédération française de crémation, assure qu’un cercueil en carton « se consume plus vite qu’un en bois, qui est un meilleur comburant. La crémation d’un corps nécessitant 1 h 30 avec un long pic à 800-850°C, il faut utiliser plus de gaz avec le carton ». Une étude des Services funéraires de la Ville de Paris(3) (SFVP) confirme que la crémation d’un cercueil en carton fabriqué en France émettrait 14 kg de CO2 de plus qu’avec un modèle en bois français (160 kg CO2).