Enquête : Briquettes et granulés, un concentré d’énergie verte ?

bûches reconstituées

Concentré d’énergie verte ?

En dix ans, les granulés et leurs cousines les bûches reconstituées ont enflammé le marché du bois-énergie. Ces concentrés de chaleur renouvelable séduisent pas leurs aspects pratiques. Mais comment sont-ils fabriqués ? D’où provient le bois utilisé ? Décryptage.

 

Les granulés se trouvent partout, aussi bien chez des distributeurs de combustibles qu’en grandes surfaces de bricolage ou d’alimentation. Ils sont souvent rangés entre les briquettes et les bûches en sac. Si ces produits de la même famille ont en commun d’être fabriqués à partir de biomasse sèche, ce qui leur confère un fort pouvoir calorifique (environ 4,8 kWh/kg, contre 3,2 kWh/kg pour la bûche), ils diffèrent néanmoins de par leur composition ou leurs usages. Les bûches en sac, dites « bûches premium », et les bûches reconstituées, également nommées briquettes, bûches densifiées, compressées, etc., s’utilisent dans les appareils à bûches, manuels ou semi-automatiques, en remplacement des bûches traditionnelles. Les granulés de bois ont quant à eux été créés pour des appareils automatiques, poêles ou chaudières, spécifiques et réglés pour ce combustible.

Abaisser le taux d’humidité

Le plus courant en magasin, dans la famille du bois-énergie, ce sont les bûches en sac, petites sœurs des bûches traditionnelles, issues de rondins de feuillus durs (chêne, charme, hêtre) provenant de forêts françaises. Elles sont séchées en séchoir, une sorte de gros tunnel contenant de l’air chaud (entre 50 et 90 °C), puis certaines sont écorcées. Cela permet de baisser le taux d’humidité et surtout de diminuer les particules fines, source de pollution. Leur taux d’humidité varie entre 13 % et 23 %, contrairement à une bûche traditionnelle qui avoisine les 25 % à 30 %. Vérifier que les bûches sont certifiées NF biocombustible bois de chauffage. Cela assure un taux d’humidité inférieur à 20 %. « Plus le bois est sec, meilleure sera la combustion.

D’après nos essais, l’utilisation d’un bois sec, plus cher au stère mais qui nécessite 20 à 30 % de quantité en moins, revient au même prix que le bois traditionnel, sans les désagréments des poussières dans la maison », indique Yann Rogaume, directeur adjoint du Lermab, laboratoire pluridisciplinaire de l’université de Lorraine rattaché à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).[…]


Comparatif du coût des divers moyens de chauffage: notre étude inédite

Les moyens de chauffage passés au crible d'une étude exclusive de comparaison des coûts par Olivier Sidler (Enertech) et le magazine La Maison écologique

Une étude exclusive a été réalisée pour le magazine La Maison écologique. Son auteur n’est autre qu’Olivier Sidler, fondateur du bureau d’études Enertech et ex-formateur de l’Institut négaWatt. Elle compare les coûts globaux des moyens de chauffage (hors émetteurs). C’est-à-dire l’investissement initial, le coût de l’énergie ou du combustible, les frais d’entretien, les abonnements spécifiques.

Les énergies renouvelables sur le podium

Les coûts sont considérés hors crédit d’impôt et aides publiques. Pour les énergies renouvelables, l’investissement initial est donc en réalité moins élevé. Les graphiques obtenus grâce à cette étude inédite prennent l’hypothèse d’un investissement sur fonds propres. Le recours à l’emprunt changerait notablement les résultats, avec une dépense annuelle très faible les premières années.

Lire la suite


Chauffage



Un système de chauffage est constitué de deux éléments : un générateur et un ou des émetteurs de chaleur. Allié à l’isolation, son rôle est d’assurer le confort thermique des usagers. Le chauffage peut également être couplé avec la production d’eau chaude sanitaire.

Le générateur peut être de différents types (chaudière, pompe à chaleur, poêle, etc.) et utiliser différentes énergies (bois, géothermie, gaz…). Quant à l’émetteur de chaleur, il existe sous de nombreuses formes : radiateur basse température, convecteur, plancher et mur chauffants, etc. Les émetteurs peuvent fonctionner par rayonnement : ils réchauffent un corps à distance grâce à des ondes infrarouges (comme le soleil) – c’est le cas des radiateurs basse température, des poêles de masse. D’autres fonctionnent par convection : ils chauffent directement l’air. Des flux se créent alors pour réchauffer la maison. L’avantage du rayonnement est qu’il n’y a pas de brassage d’air et de poussière et que l’air ne s’assèche pas.

 

Voici les principaux modes de chauffage écologique :

 

Le bois

Chaudière, poêle, poêle de masse, foyer fermé… Il existe diverses solutions et types de bois à exploiter (granulés, bûches, plaquettes…). Il y en a également pour tous les budgets et de toutes les puissances. Un chauffage bois bas de gamme, mal entretenu ou mal utilisé est une source de pollution : émissions de particules fines assurées. Pour appuyer le côté écologique du bois, choisissez un appareil de bonne qualité, correctement posé et entretenez-le bien !

 

La géothermie

Elle fonctionne avec une pompe à chaleur qui extrait des calories grâce à des capteurs horizontaux ou verticaux situés dans le sol. Attention, cependant, la pompe à chaleur fonctionne avec de l’électricité. Plus le coefficient de performance (COP) est élevé, plus votre appareil est performant. Le COP minium conseillé est de 3. En-dessous, mieux vaut passer à un autre système de chauffage.

 

Le solaire

Il se décline sous différentes formes : le solaire passif, que l’on trouve dans toutes les maisons bioclimatiques via les vitrages, le solaire thermique avec un fluide qui circule dans des panneaux, et le solaire aérothermique qui repose sur la convection de l’air. Le chauffage solaire est facile à coupler avec la production d’eau chaude sanitaire. Il nécessite une autre énergie en appoint car le solaire ne peut que rarement assurer 100% des besoins.

Questions à se poser

Quels sont mes critères de choix pour mon système de chauffage ? Impact environnemental, confort, maintenance et entretien, budget à l’investissement, en entretien, en approvisionnement en combustibles…

Est-ce que le système de chauffage que j’envisage correspond bien à mon mode de vie (réapprovisionnement régulier d’un poêle à bois bûche, par exemple) et à la typologie du logement (maison bois, maison massive en pierre ou terre…) ?

Points de vigilance

Il existe de toutes les qualités à tous les prix quand il s’agit de chauffage. Privilégiez les labels (NF, Flamme verte pour le bois) et consultez les étiquettes énergie.

Choisir un professionnel qui possède la qualification RGE vous permet de bénéficier des aides comme le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Mais, surtout, choisissez un bon professionnel pour vous assurer une installation et des réglages de qualité.

Sélection d’articles/dossiers pour Chauffage :

Dossier : tous à poêle !
A chacun sa chaudière bois
Chauffage solaire
Hors-série: Guide pratique du chauffage écologique
Dossier : Les pompes à chaleur, amies du climat ?


Chauffage au bois des villes, chauffage au bois des champs

Chauffage bois

Pour sa 23ème émission, les Clés de la Rénovation abordent un thème mythique, le chauffage au bois.
Pour faire le tour de cette question, aux côtés du Cler – Réseau pour la transition énergétique, retrouvez Thomas Perrissin, directeur général d’Okofen France et Nicolas Paloc, conseiller de la plateforme énergie à l’Alec 27.

Chauffage au bois des villes, chauffage au bois… par reseau-CLER

 

Minutage des questions

1’30 Quels types de combustibles bois existent ? Quelles essences de bois pour les bûches, les granulés ou les plaquettes ?
2’50 Quels sont les arguments à mettre en avant auprès de son propriétaire pour demander la pose d’un poêle à bois ? Lire la suite


Réinventer le feu, se chauffer au bois efficacement et sans polluer

chauffage au bois

Les poêles et foyers à bois ne cessent de faire de nouveaux adeptes à mesure que le coût de l’énergie augmente. Face à la pléthore de modèles disponibles, il faut avoir en tête quelques principes pour bien choisir son appareil et surtout pour savoir l’utiliser. Car le chauffage au bois est encore une idée neuve en France et les bonnes pratiques, trop peu répandues…


A chacun sa chaudière bois

chaudières

De la petite chaudière à granulés à l’imposante chaufferie à bûches, on rencontre désormais une grande diversité de machines pouvant fonctionner avec un nombre aussi varié de combustibles?: bûches, granulés, bois déchiqueté, copeaux, céréales… Loin des appareils rustiques d’antan, elles se sont automatisées pour nous offrir désormais un confort d’utilisation comparable au fioul, pour un prix de l’énergie 2 à 4 fois moins élevé. Avec l’apparition des maisons basse consommation, les fabricants ont innové en introduisant des appareils de toute petite puissance, afin que chacun trouve chaudière à son pied. Mais comment trouver celle qui vous correspond ?


Le chauffage au bois



Écologique, économique et sain.

Longtemps catalogué mode de chauffage rudimentaire, le chauffage au bois sort ses flammes de l’ombre pour brûler tous les a priori.

Automatisation du chargement, progrès technologiques des appareils, mais aussi augmentation du prix des combustibles fossiles et incitations fiscales sont à l’origine du nouvel essor que connaît ce mode de chauffage ancestral.

L’offre est aujourd’hui pléthorique : cheminées, inserts, poêles à granulés, chaudières à plaquettes, poêles à inertie. Mais comment choisir l’appareil le plus adapté à ses besoins ? Et comment s’assurer que la combustion produite n’émet pas de polluants, a un bon rendement ?


Se chauffer aux granulés de bois



Pour un chauffage moderne et écologique, à la ville comme à la campagne.

Où stocker du bois quand on habite en lotissement ou à plus forte raison en appartement ? Quand trouver le temps d’en rentrer chaque soir une brouettée ? Comment s’y prendre pour conserver son poêle ou son insert allumés le temps d’une journée de travail ? Comment éviter les corvées de nettoyage des vitres, de vidage des cendres ?

Nous avions apporté un début de réponse avec le dossier sur les poêles à inertie (n°7), voici de quoi poursuivre la réflexion avec les granulés de bois.