Tiny house : l’habitat du monde d’Après sera sobre et heureux !

Tiny house écologique autoconstruite par Marc-Antoine et Floriane

[VIDÉO] Stationnée dans le Gers, cette tiny house (ou micro-maison) sur roues a été autoconstruite par un jeune couple fuyant Paris. Capable de voyager sur les routes, la maison de Floriane et Marc-Antoine devient synonyme de liberté… mais aussi de contraintes.

Petit mais costaud… sans l’être trop. Régime drastique pour ce mini-habitat mobile de 18 m2 limité à 3,5 t. Tout surpoids lui interdirait de circuler sur les routes françaises. « Chaque matériau est choisi en fonction d’un équilibre entre solidité et poids », confient Floriane et Marc-Antoine, qui ont autoconstruit cette tiny house dans le Gers. […] Structure en bois français non traité, isolants biosourcés en laine de mouton, chanvre, lin et coton, toilettes sèches, autonomie électrique photovoltaïque… Ce mini-logis rime on ne peut mieux avec écologie!

« Déménager, on l’a fait souvent à Paris. Il faut s’approprier les lieux, changer des meubles… Maintenant, on peut déménager en emmenant toute notre maison ! », se régalent-ils, bien loin des six années à travailler dans la capitale en tant que vidéastes. « Je me suis retrouvé à produire des vidéos de greenwashing pour une multinationale. C’était en totale inadéquation avec nos idéologies d’écologie, de simplicité, se souvient Marc-Antoine. Sans compter la vie au quotidien à Paris : le métro, la ville est grise, le temps est gris, les gens sont gris et nous aussi on devient gris… »

L’odyssée de l’espace réduit

Le métro parisien lui a tout de même offert la solution. « Un journal gratuit traînait sur le siège d’en face. J’y ai vu un article sur une tiny house. J’ai trouvé ça génial, accessible, joli. J’en ai parlé à Flo… ça ne lui a pas parlé du tout ! » Elle justifie : « À Paris, on vivait dans de petits appartements, qui faisaient tout de même 40 m2. Une tiny, c’était encore deux fois plus petit ! » « Mais beaucoup moins cher ! », rétorque Monsieur.

Le déclic vient un an plus tard. « On est parti en vacances avec nos sacs à dos et on s’est rendu compte qu’on vivait très bien avec le peu qu’on avait dedans, se rappelle Floriane. Sur la plage, on a tracé dans le sable à peu près la taille d’une tiny. Ça paraissait plus petit sans les volumes. Mais on a dessiné la cuisine, la douche, un lit. Ainsi, ça nous a permis de nous projeter concrètement dans cet espace. » Ensuite, la visite d’une tiny réelle et des échanges avec des autoconstructeurs finissent de les convaincre de « changer de vie ».

[…] Extrait du reportage publié dans le hors-série n°13 du magazine La Maison écologique: “Réduisons la taille de nos logements”. Disponible en kiosque ou sur commande ici.

Reportage Tiny house : Ma mini-bicoque a la bougeotte

Tiny House

Stationnée dans le Gers, cette Tiny house sur remorque a été autoconstruite par un jeune couple fuyant Paris. Capable de voyager sur les routes, la maison devient synonyme de liberté… Mais aussi de contraintes.

Petit mais costaud… sans l’être trop. Régime drastique pour ce mini-habitat mobile limité à 3,5 t. Tout surpoids lui interdirait de circuler sur les routes françaises. « Chaque matériau est choisi en fonction d’un équilibre entre solidité et poids », confient Floriane et Marc-Antoine, qui ont autoconstruit cette tiny house dans le Gers. Ces 3,5 t de PTAC de la remorque qui sert de « fondation » à la maison permettent de la tracter avec un simple permis BE et un véhicule acceptant cette charge en plus de son propre poids (4 x 4, fourgon…). Marc-Antoine a passé son permis BE pour environ 800 € (600 € de conduite + 200 € de code).

Pour l’ossature bois du plancher, des murs et du toit, « on aurait préféré du douglas, plus durable et plus solide, mais l’épicéa est plus léger », tranchentils. Autre compromis, l’ossature bois est généralement contreventée avec des panneaux d’OSB, qui sont ensuite recouverts d’un revêtement. « Plutôt qu’un parquet ou un lino au sol, des panneaux d’épicéa font double emploi ; contreventement et finition. C’est joli, mais peu résistant, ça marque énormément. » Gain de poids supplémentaire : « on a pu passer en 18 mm d’épaisseur au lieu de 21-22 mm ». La face intérieure des murs est habillée de panneaux de contreplaqué de seulement 8 mm, assurant aussi contreventement et finition une fois peints.

Recettes pour perdre du poids

Le côté extérieur des murs est quant à lui revêtu d’un bardage en peuplier thermotraité, bois français et léger. Il est posé à claire-voie ; « les lames de 9 cm sont espacées de 1 cm, donc on gagne 10 % de poids, calcule Marc-Antoine. La prise au vent est probablement plus importante, mais nous n’avons pas prévu de lui faire prendre la route trop souvent et on n’a jamais dépassé 60 km/h. Par contre, malgré les grilles fixées en bas du bardage, les rongeurs arrivaient à grimper pour aller nicher sur le toit, à peu près plat, chaud, abrité du vent ». Un désagrément résolu par la pose de grilles en partie haute, barrant l’accès au toit. Celui-ci est à monopente, « plus simple pour notre première expérience de construction et ainsi, il ne faut une gouttière que d’un côté ». Voilà la balance soulagée. d’un côté ». Voilà la balance soulagée.

Les menuiseries en alu sont aussi moins lourdes que celles en bois, « mais ce matériau est froid l’hiver et moins performant en termes d’isolation, regrettent les propriétaires. […]


Territoire : écoquartier et habitat mobile

ecoquartier et habitat mobile

L’habitat léger cherche son aire

Les personnes en habitat mobile « vivent entre elles, repliées », avance un homme grisonnant. Cela représente « une certaine liberté », nuance sa voisine de table. « Ils vivent ainsi faute d’argent, mais préféreraient une vraie maison », suggère un troisième participant. « Les tiny houses ne sont pas accessibles aux pauvres ! », conteste un homme d’une vingtaine d’années parmi la cinquantaine de citoyens réunis à Theix-Noyalo (8 000 habitants) ce soir de septembre 2017 pour un atelier de travail. Sur les 40 ha de la future Zone d’aménagement concerté (Zac) de Brestivan, prévue pour un total de 1 000 logements, la commune a réservé 3 ha à un « écoquartier innovant et alternatif », où sont envisagés écomatériaux, habitat partagé et autoconstruction. 5 000 m2 devraient en outre accueillir de l’habitat mobile ou éphémère. Pour la conception de ce projet, la population est mise à contribution. Une démarche participative séduisante sur le papier, mais ardue à concrétiser…


Habitat léger: une yourte écologique en toute autonomie

yourte écologique

[VIDEO] La yourte de Marion et David est une mini-galaxie peuplée de sobriété, d’autonomie et de douceur de vivre. Cet habitat léger est un micro-système très solaire qui limite son impact sur la Terre.

Quand Marion et David vous ouvrent les portes de leur habitat léger, c’est une invitation à explorer une galaxie. Un micro-système autonome, circulaire, en mouvement permanent. Le soleil y occupe une place centrale. « Dans aucun autre habitat je n’ai trouvé autant de lumière, s’enthousiasme la jeune maman. Grâce à la baie vitrée plein sud entourée de deux châssis fixes. Mais aussi au dôme en plexiglas. Ils offrent un rapport direct avec l’extérieur, même en hiver. »

La faiblesse de l’isolation phonique des yourtes y participe aussi. « On entend les chouettes le soir et s’il tombe une goutte, on le sait. » La première fois qu’elle entre dans une yourte, Marion tombe sous le charme. « C’était harmonieux et beaucoup moins engageant en termes de chantier, de durée, de budget… » Un mois et demi de travaux avec L’Atelier de la Frênaie et 15 000 € plus tard, les voilà propriétaires d’une yourte de 38 m2. Lire la suite


Tiny house, comme sur des roulettes

tiny house à petit prix

[VIDEO] Pour se loger à petit prix, Muriel a choisi la tiny house ! Sa mini maison baladeuse de 16 m2 est montée sur remorque.


Tiny House à petit prix

« Ma vie est plus compacte. Je pèse moins sur la Terre », apprécie Muriel Fry dans un délicieux accent british. Après avoir travaillé dans les arts plastiques, elle prend sa pré-retraite suite à un licenciement. Elle quitte alors l’Angleterre en 1996. Elle restaure une fermette en Mayenne, puis démarre la rénovation d’une grande maison de maître dans l’Orne. « J’avais beaucoup d’espace, mais la plupart de mes affaires étaient dans des cartons, dans des armoires… Et je ne les voyais jamais. Elles ont donc été données, vendues… »

Elle s’installe finalement en Bretagne, entre Rennes et Saint-Malo. Elle y vit depuis janvier 2016 dans sa tiny house, une toute petite maison de 16 m2 (dont une mezzanine) sur remorque en partie construite par l’entreprise La Tiny house. Lire la suite


Habitat mobile, le rêve nomade.

habitat mobile tiny house

Vous regardez passer un joli camion aménagé et vous voilà nomade en rêve… Habiter mobile, c’est la liberté, pensez-vous. En effet, vous êtes libres de bouger en respectant cependant quelques règles concernant le nomadisme, le stationnement ou l’aménagement d’un terrain auquel amarrer sa maison escargot de temps à autre. Et, selon les cas, pas toujours facile d’être 100 % écolo lorsqu’on choisit une caisse en métal comme coquille. Votre rêve s’échappe ? Que nenni, avec ce dossier, vous allez enfin trouver matière à passer à la réalité. Bon voyage !


La caravane passe… à coups de pédales !

caravane cyclo-tractée - www.lamaisonecologique.com

Fraîchement retraité, Jean-Pierre Auguste a dessiné des dizaines de plans de mini-caravanes, jusqu’à un modèle qui se tire à la main, comme une énorme valide à roulette ! Pour la mini-caravane présentée en détail dans le magazine La Maison écologique n°94, Jean-Pierre a fait plus ” simple ” : une remorque de vélo sur laquelle il a adapté une caisse en contreplaqué qui peut s’ouvrir sur un côté afin de déployer un auvent. ” Il s’agit pour moi de faire des expériences de vie minimaliste dans un esprit décroissant “, explique l’ingénieux concepteur de ce qui semble être la plus petite caravane du monde.

Retrouvez le reportage complet sur cette caravane cyclo-tractée, mais aussi sur d’autres formes d’habitat léger (tiny house, roulotte, camion aménagé…) dans notre dossier VIVONS PETIT, VIVONS MOBILE – La Maison écologique n°94,  en kiosque jusqu’au 28 septembre 2016.