Consommation : réseau internet local

réseau internet local

Solutions locales pour un réseau mondial.

En France, l’accès à un réseau internet de qualité est aux mains de quelques opérateurs. Ces opérateurs sont concentrés sur les grandes agglomérations. Heureusement, des bénévoles proposent des solutions locales et désintéressées, défendant un internet ouvert à tous et respectueux des libertés fondamentales.

L’accès à Internet est devenu une nécessité pour la plupart des foyers. En effet, pour certains professionnels, la qualité du débit peut même orienter un choix de construction. Le Plan France Très Haut Débit lancé en 2013 promet de couvrir l’intégralité du  territoire en débit descendant supérieur à 30 Mbts d’ici 2022. En réalité, sur le terrain, la France de l’Internet roule à deux vitesses. En outre, entre les zones  denses, dont l’installation en fibre optique est assurée par des entreprises privées (zones AMII), et celles faiblement peuplées, confiées aux collectivités territoriales (Réseau d’initiative publique), le déploiement laisse des aires géographiques de côté. « Le plan gouvernemental fait des promesses de raccordement sur des échéances de deux à six ans.


2017, du petit beurre pour nos abonnés

Dessin édito La Maison écologique n°97

Éditorial paru dans La Maison écologique n°97 de février-mars 2017

Je ne sais pas pour vous, mais pour l’équipe de La Maison écologique, les bonnes résolutions pour la nouvelle année fusent. Petit aperçu de celles qui vont nous permettre de réduire notre empreinte carbone numérique* : en finir avec la transmission des messages et des pièces jointes par courriel entre collègues au profit des bons vieux petits papiers volants ou d’un dépôt de fichier sur notre serveur informatique interne ; éviter au maximum le stockage des courriels, naviguer sur le « Oueb » via des liens directs et/ou des « marque-pages » et limiter nos requêtes auprès des moteurs de recherche. Dérisoire ? En 2020, le bilan carbone d’Internet devrait dépasser celui de l’aviation ! Une recherche Google émet 5 à 10 g de CO2, envoyer un e-mail avec une pièce jointe d’1 Mo, c’est 20 g de CO2, soit autant qu’une ampoule de 60 W allumée pendant vingt-cinq minutes !

Lire la suite