Territoire : Des villes au rythme du bien-vivre.

Bien-vivre urbain

Des villes au rythme du bien-vivre.

Créé en Italie il y a 20 ans, le label Cittaslow séduit bien au-delà de la péninsule. Plus de 200 villes y ont adhéré de par le monde, dont neuf en France.

Un escargot orange portant un village sur sa coquille. En entrée de ville, ce logo informe le visiteur qu’il se trouve dans l’une des neuf communes françaises du réseau international Cittaslow (ville en italien et lente en anglais), qui compte actuellement 244 villes adhérentes, réparties dans 29 pays, sur les quatre continents. Né en 1999 en Italie et inspiré du slowfood (lire
encadré p. 13), ce mouvement prône une philosophie du bien-vivre urbain, basée sur le respect des saisons, la préservation de l’environnement, des patrimoines architectural, naturel, culturel et gastronomique, des traditions et savoir-faire locaux… « La richesse d’un pays ne se résume plus aujourd’hui à son PIB, explique Pierre Beaudran, président du réseau français Cittaslow et maire de Mirande, labellisée depuis 2011. Il faut prendre en compte le BES, c’est-à-dire le bien-être équitable et soutenable de ses habitants. »

Un label pluriel

Pour obtenir la certification, valable cinq ans et réservée en principe aux villes de moins de 50 000 habitants, les prétendantes doivent répondre a minima à la moitié des quelque 72 critèresque comporte la charte, dont certains obligatoires.

« On n’est pas sur un label monochrome, basé sur les produits du terroir, mais sur une reconnaissance transversale de la qualité de vie d’une commune, avec la prise en compte également de l’urbanisme, des services, de l’économie, de la mobilité, de l’intergénérationnel, de l’éducatif, etc. », souligne Colette Laurichesse, référente Cittaslow et adjointe au cadre de vie de Segonzac, pionnière du mouvement en France, en 2010. Si chaque commune se distingue par son terroir – le cognac à Segonzac ou la nature en zone périurbaine à Valmondois, au coeur du Parc naturel régional du Vexin –, toutes boudent le terme de « ville lente » […]

 


Avis d’expert : le label bâtiment à énergie positive et réduction carbone E+C-

label bâtiment à énergie positive et réduction carbone

Un label pour des bâtiments plus performants.

En mars 2017 a été lancé le référentiel E+C-  pour label bâtiment à énergie positive et réduction carbone. Sera-t-il plus ambitieux que la réglementation thermique RT 2012 ?

Comme le label BBC a préfiguré la RT 2012, E+C- sera la base de la réglementation thermique 2020. En effet, elle définira les performances que devront alors atteindre les bâtiments neufs. Il fait depuis l’objet d’une expérimentation, avec des retours de maîtres d’ouvrage volontaires qui partagent leurs expériences de constructions neuves conçues pour présenter un impact carbone réduit.

Une convention d’accompagnement de 20 millions d’euros a été signée avec les organismes HLM. Ainsi 6 000 logements sociaux répondant au nouveau référentiel devraient être construits.

 


Chauffage



Un système de chauffage est constitué de deux éléments : un générateur et un ou des émetteurs de chaleur. Allié à l’isolation, son rôle est d’assurer le confort thermique des usagers. Le chauffage peut également être couplé avec la production d’eau chaude sanitaire.

Le générateur peut être de différents types (chaudière, pompe à chaleur, poêle, etc.) et utiliser différentes énergies (bois, géothermie, gaz…). Quant à l’émetteur de chaleur, il existe sous de nombreuses formes : radiateur basse température, convecteur, plancher et mur chauffants, etc. Les émetteurs peuvent fonctionner par rayonnement : ils réchauffent un corps à distance grâce à des ondes infrarouges (comme le soleil) – c’est le cas des radiateurs basse température, des poêles de masse. D’autres fonctionnent par convection : ils chauffent directement l’air. Des flux se créent alors pour réchauffer la maison. L’avantage du rayonnement est qu’il n’y a pas de brassage d’air et de poussière et que l’air ne s’assèche pas.

 

Voici les principaux modes de chauffage écologique :

 

Le bois

Chaudière, poêle, poêle de masse, foyer fermé… Il existe diverses solutions et types de bois à exploiter (granulés, bûches, plaquettes…). Il y en a également pour tous les budgets et de toutes les puissances. Un chauffage bois bas de gamme, mal entretenu ou mal utilisé est une source de pollution : émissions de particules fines assurées. Pour appuyer le côté écologique du bois, choisissez un appareil de bonne qualité, correctement posé et entretenez-le bien !

 

La géothermie

Elle fonctionne avec une pompe à chaleur qui extrait des calories grâce à des capteurs horizontaux ou verticaux situés dans le sol. Attention, cependant, la pompe à chaleur fonctionne avec de l’électricité. Plus le coefficient de performance (COP) est élevé, plus votre appareil est performant. Le COP minium conseillé est de 3. En-dessous, mieux vaut passer à un autre système de chauffage.

 

Le solaire

Il se décline sous différentes formes : le solaire passif, que l’on trouve dans toutes les maisons bioclimatiques via les vitrages, le solaire thermique avec un fluide qui circule dans des panneaux, et le solaire aérothermique qui repose sur la convection de l’air. Le chauffage solaire est facile à coupler avec la production d’eau chaude sanitaire. Il nécessite une autre énergie en appoint car le solaire ne peut que rarement assurer 100% des besoins.

Questions à se poser

Quels sont mes critères de choix pour mon système de chauffage ? Impact environnemental, confort, maintenance et entretien, budget à l’investissement, en entretien, en approvisionnement en combustibles…

Est-ce que le système de chauffage que j’envisage correspond bien à mon mode de vie (réapprovisionnement régulier d’un poêle à bois bûche, par exemple) et à la typologie du logement (maison bois, maison massive en pierre ou terre…) ?

Points de vigilance

Il existe de toutes les qualités à tous les prix quand il s’agit de chauffage. Privilégiez les labels (NF, Flamme verte pour le bois) et consultez les étiquettes énergie.

Choisir un professionnel qui possède la qualification RGE vous permet de bénéficier des aides comme le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Mais, surtout, choisissez un bon professionnel pour vous assurer une installation et des réglages de qualité.

Sélection d’articles/dossiers pour Chauffage :

Dossier : tous à poêle !
A chacun sa chaudière bois
Chauffage solaire
Hors-série: Guide pratique du chauffage écologique
Dossier : Les pompes à chaleur, amies du climat ?


Label en question

Ecocert

Ecocert référence les peintures.

Beaucoup de peintures se revendiquent écologiques, mais les allégations telles que « peinture bio », « naturelle », « sans COV », n’apportent pas de réelles garanties. Un nouveau référentiel privé tente de clarifier la situation. Enquête chez Écocert.