Reportage paillourte : Empêcheurs de tourner en rond

paillourte

Marion et David vouent un culte aux habitats ronds. Leurs nombreux atouts sont confirmés par leur paillourte de 40m2 en bottes de paille porteuses et en terre. En Loire-Atlantique, ils y vivent avec leur fille et tant que la terre tournera rond, ils ne changeront pour rien au monde.

Plantée durant ce chantier à la place de l’actuel potager, la yourte que Marion et David ont autoconstruite en 1,5 mois et habitée pendant deux ans a été vendue. « On n’allait pas faire les bourgeois à avoir deux maisons, s’amusent-ils. On avait opté pour la yourte car on n’était pas prêt à acheter durablement, la notion de propriété était compliquée. Elle nous a permis d’expérimenter le chantier à deux et mettre un pied dans l’autonomie électrique, la cuisine solaire… Avec un enfant, nos envies ont évolué, on se projetait plus à se poser, s’investir dans un lieu de façon plus pérenne. Bref, devenir des gros bourgeois propriétaires terriens ! » Terminée « l’instabilité de la yourte, qui restait un peu bancale au niveau législatif, même si on avait l’autorisation orale du maire pour quatre ans ». Permis de construire en poche, le couple ne se fond pas pour autant dans le moule conventionnel. Leur maison sera une paillourte, petite maison ronde en bottes de paille porteuses et terre.

« On trouvait pertinent de rester dans du petit, car pourquoi consommer plein d’espace alors qu’on a pu constater qu’on vit très bien à trois dans moins de 40 m2 ? C’est aussi une cohérence écologique. Facile à chauffer, à entretenir… Vivre dans du petit est plus soutenable, on ne peut pas tous vivre dans 150 m2. » Conserver une forme ronde était aussi non négociable. « Un carré ou un rectangle a quelque chose d’oppressant, estime David. On n’aurait pas du tout le même sentiment dans une maison de 40 m2 carrée. »

Tout est bon dans le rond

Le rond est aussi « pertinent structurellement parlant, parce que les forces sont également réparties sur l’ensemble des murs, précise Marion. Dans un rectangle, les angles sont beaucoup plus sollicités. Cette forme paraissait plus accessible à nous, petits autoconstructeurs. Elle est plus tolérante sur les marges d’erreur. Certains de nos murs ne sont pas parfaitement d’aplomb, avec un carré la maison serait déjà tombée ! ».

Un atout renforcé par la charpente réciproque, qui présente une « souplesse structurelle. Une perche pourrait être à 1 m sous le niveau d’une autre, ça fonctionnerait encore. Sans ossature bois dans les murs, un bâtiment en paille porteuse consomme finalement souvent autant de bois qu’une maison à ossature bois, car les lisses basse et haute sont très renforcées pour répartir la forte charge d’une toiture.