Billet d’humeur : 5G comme GGGGGrrrr…

5G

Mais à quoi diable va servir la 5G ?

Une pub, entendue un matin en me tartinant de mousse à raser : « Votre train arrive sur le quai de la gare et là, stupeur ! Vous avez oublié de télécharger le film que vous vouliez ab-so-lu-ment regarder. Grâce à la 5G, il sera dans votre mobile avant que le train s’arrête ! »

La double lame faillit m’arracher un bout de menton. Enfin ! Enfin résolu le mystère existentiel qui me taraudait depuis des semaines : « Mais à quoi diable va bien servir la 5G ? » Je tenais la réponse : à télécharger des vidéos en Ultra Haute Définition sur un écran minuscule. Certes, pour accéder à ce nirvana technologique, je devrais remplacer mon smartphone acheté l’année dernière.

Mais un si miraculeux progrès ne le vaudrait-il pas ? Je me dis cependant qu’il devait exister d’autres usages de la 5G et interrogeais des spécialistes. Oui, m’expliquèrent-ils, un film peut être chargé en quelques secondes, la 5G permettant un débit 10 à 100 fois plus important que la 4G. Et pour un même volume de données transmises, elle consomme 70 % d’énergie en moins. Un gain bien moindre qu’avec la fibre, 10 à 30 fois plus efficace que le fil de cuivre qu’elle remplace. La 5G permet aussi, en milieu industriel ou pour la mobilité connectée, des communications plus fiables.

De quelle côté penche la balance ?

Mais les risques sont évidents : banalisation de la vidéo à très haute définition, augmentation considérable du volume de données transmises, donc de la consommation d’énergie, accélération de l’obsolescence de tous les équipements mobiles, multiplication d’inutiles objets connectés, menaces sur la sécurité numérique, extraction de ressources minières rares. Et, bien sûr, augmentation des potentiels risques sanitaires.

La balance avantages/inconvénients penche donc très fortement du mauvais côté. La 5G n’apporte aucun gain social, va accroître notre ébriété énergétique, augmenter les pollutions et tout cela parce qu’elle effectue simplement plus vite ce que l’on sait faire déjà très rapidement. Alors, pourquoi vouloir la généraliser sur toute la planète ? Ivan Illich, ce génial et iconoclaste décrypteur des dérives de nos techno-structures, nous a donné la réponse il y a bientôt un demi-siècle dans La Convivialité : « L’équilibre de la vie se déploie dans vidéo, les terrasses chauffées et les vols low cost à tout va, la 5G crée de faux besoins, accélère alors que nous sommes déjà en surchauffe.

Or, nous n’évaluons jamais la balance globale entre bénéfices et risques de nos outils par peur d’une insupportable vérité : […]


Les ondes électromagnétiques

ondes electromagnetiques

Vivons nous dans le meilleur des ondes ?

A la maison, au bureau, dans l’espace public, dans les transports… nous vivons au sein d’un “brouillard d’ondes” quasi permanent généré par nos moyens de télécommunication, nos installations électriques, nos objets connectés, etc. Quels sont les risques réels pour notre santé ? Qu’est-ce que l’électrosensibilité ? Comment se protéger de ces rayonnements envahissants ?

Nos sens sont incapables de les déceler ; pourtant, elles ont littéralement envahi nos vies. Télécommunications, santé, météo, navigation, recherche, électroménager…rares sont les activités humaines qui ne génèrent pas d’ondes électromagnétiques. Au travail, dans la rue, à la maison ; elles s’immiscent jusque dans nos lits. La question de leur éventuelle dangerosité, qui suscite une inquiétude croissante et légitime, est donc cruciale.

Face aux ondes, une stratégie d’évitement prudent

S’il est assez aisé de se préserver des rayonnements produits chez soi, il est bien plus délicat de se protéger de ceux venant de l’extérieur. En effet, éloigner une box de son bureau ne présent pas les mêmes difficultés que déplacer un pylône électrique… Des solutions existent pourtant pour chaque situation, qui doivent être adaptées au cas par cas.

 


Santé de l’habitat

ondes télécommunication

Vivre avec les ondes des antennes-relais des portables et du wifi.

Nous vivons dans l’univers du sans-fil où certains appareils nomades sont incontournables. À défaut de pouvoir les supprimer, il est nécessaire d’éviter les ondes les plus intenses, qui seraient susceptibles de perturber notre santé.