Habitat groupé : Ecoravie, la fête de l’humain

habitat groupé participatif

Ecoravie, la fête de l’humain

L’habitat les techniques constructives, les jardins, les potagers, tout cela serait bien peu de choses si l’humain n’était pas au centre de la démarche. Telle est la philosophie d’Ecoravie, expérience d’habitat groupé réussie dans la Drôme.

La structure en pin douglas du premier habitat collectif d’Ecoravie resplendit sous les lumières matinales de cette journée ensoleillée de mai. Installée dans le beau séjour lumineux de son appartement, Claire se souvient :

« Au début, nous étions de doux rêveurs, nous voulions une petite maison individuelle pour chacun. Mais très vite, une conscience collective a pris le dessus et nous avons compris qu’il fallait s’orienter vers un habitat collectif. Il y avait ce grand terrain constructible au-dessus de la ville… »

Un habitat groupé participatif

L’aventure débute il y a sept ans. Constituées en un petit groupe de réflexion, les personnes intéressées par l’idée d’un habitat collectif affinent au fil des réunions et des rencontres les formes du projet. À l’issue de cette phase préparatoire, l’association Ecoravie est créée et deux terrains attenants au centre-ville sont achetés. Seul bémol, ils ne disposent d’aucun accès. Intervient alors une vente aux enchères qui permet à l’association d’acheter un terrain permettant justement d’accéder aux deux parcelles. Pour participer à cette vente, l’association doit momentanément se former en SCI, statut dont le côté spéculatif rebute le groupe, aussi est elle rapidement transformée en SAS coopérative, qui rend les habitants collectivement propriétaires des lieux et locataires de leur logement.

Sur le papier, le futur collectif prend forme, conforme aux règles d’urbanisme – un minimum de 18 logements sur les deux parcelles acquises. Les bases matérielles posées, le terrain acquis et le mode constructif défini, il faut encore investir collectivement les bâtiments, travailler « l’humain », les interactions et l’implication de chacun. Pour cela, les habitants s’appuient sur une charte générale aux énoncés simples, créée dès l’origine du projet : respect de la nature, de soi-même et des autres. […]


Construire : une maison en paille préfabriquée

maison paille préfabriquée

Une passive en paille préfabriquée

Ils ne se déplacent pour ainsi dire plus qu’à pied ou en vélo. Le projet de la famille Dallet a atteint son objectif : réduire le plus possible une empreinte écologique bien trop grevée à leur goût par des déplacements en voiture fréquents et le fonctionnement d’une maison énergivore sur l’ensemble de son cycle de vie. Jusque là, le couple vivait en effet dans une habitation individuelle excentrée et édifiée avec des matériaux conventionnels. Ils y sont restés 30 ans avant de se lancer dans leur nouveau projet. Ils décident alors de rechercher le terrain idéal il y a trois ans environ.

La quête a abouti à une parcelle proche du centre-ville d’Auray, orientée sud-sud ouest comme l’exige la construction passive. Pas trop grande, d’une superficie de 890 m2 et intime en dépit de la division du terrain initial en deux lots. Le couple proche de la retraite s’est ensuite abondamment documenté, de salons de l’habitat en lectures, sur les qualités des matériaux naturels, la construction passive, le bioclimatisme. Engagée, la démarche de ces militants du réseau Alternatiba(1) se veut globale, jusque dans les moindres détails. Ils ont même mandaté une étude géobiologique afin de repérer les zones de haute énergie qui perturberaient le sommeil.

 


La paille, matériau d’avenir

paille

Saine, peu chère, isolante, abondante, renouvelable, recyclable… Il n’y a que la paille qui m’aille !

La botte de paille fait ses preuve en construction depuis 130 ans. D’abord explorées par les autoconstructeurs et les artisans, ses mises en oeuvre sont désormais développées par les entreprises. Objectif : réduire les coûts de main d’oeuvre qui freinent ce produit agricole sain, abondant, bon marché, isolant, renouvelable et recyclable.

Si les trois petits cochons avaient connu la botte de paille, le loup n’aurait rien pu faire… C’est en effet la compression en bottes qui apporte à la paille ses propriétés de résistance mécanique et de tenue au feu et qui en fait un bon matériau de construction porteur, isolant et support d’enduit. Fin 19e siècle au Nebraska (États-Unis), à l’apparition des premières presses, des agriculteurs empilent des bottes pour construire leurs maisons. Dans les années 1920, en France, l’ingénieur Émile Feuillette construit des maisons à ossature bois isolées en bottes de paille.

 


Autoconstruire en bois et paille

autoconstruire en bois et paille

Autoconstruire en bois et paille

Réflexion intense, préparation minutieuse et adaptation des mises en oeuvre, voici ce qui nous a fait choisir le projet d’autoconstruction en bois et paille de Jérome Paul.

“Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu l’envie de construire mon habitation. Après la naissance de mon premier enfant et mon retour en Dordogne, le projet devenait de plus en plus présent. Je pense avoir pris fermement la décision d’autoconstruire à ce moment-là. Naturellement orienté vers une construction aux performances thermiques optimales, je penchais à l’époque pour l’utilisation de la brique monomur.”

La maison forgée dans la paille de Lucie et Claude

Autre chantier qui a retenu notre attention parmi les témoignages de nos lecteurs.

“C’est à La Motte-en-Champsaur, dans les Hautes-Alpes, que nous avons décidé de construire un bâtiment pour notre maison et notre atelier-école de forge (Toutomarto). En 2007, nous avons rencontré Tom Rijven. Son concept de construction paille « cellule sous tension » nous a inspirés. J’ai ensuite suivi un stage « construction paille, ossature bois » au Gabion (05).”


A la loupe

construction maison en pise

Leur maison fait le TOUR DU PISÉ.

Mise en oeuvre en mur extérieur et en intérieur, en éléments préfabriqués en atelier et autoconstruits, la technique du pisé s’illustre sous diverses formes dans la maison des Streiff, qui jouissent ainsi des vertus multiples de la terre crue.


Autoconstruire

autoconstruire petit prix

L’éco-logis à PETIT PRIX.

Un zeste d’imagination, quelques ballots de paille, du bois, des matériaux bien choisis, de la passion et une formation. Il n’en a pas fallu plus – mais pas moins – pour réaliser cette maison écologique et économique ! Jean-François Battaglia, autoconstructeur, nous raconte…


Autoconstruire sa maison bois paille terre

Benoît a réussi à autoconstruire sa propre maison en Bretagne à base de bois, paille et terre crue.

[VIDEO] En 3 minutes, Benoît délivre dans cette vidéo de précieux conseils pour réussir à autoconstruire sa maison et raconte comment il a bâti en Bretagne sa propre maison en bois, paille et terre crue, très peu consommatrice d’énergie. “Un défi, une aventure humaine à la portée de tous”, nourrie par l’entraide.

Retrouvez plus d’infos et de photos dans le magazine La Maison écologique n°94, en kiosques jusqu’à fin septembre ou sur commande en cliquant ici.


Maison écologique: la clé vient des champs

Ecoconstruction d'une maison écologique à Thourie, en Bretagne.

Avec beaucoup d’huile de coude, Elisabeth et Jean-Michel sont venus à bout de leur chantier de construction d’une maison écologique en deux ans et demi. Une maison originale en paille et bois, posée sur pilotis, bâtie en grande partie en autoconstruction dans la campagne rennaise, près de Thourie. Paille, laine de mouton, terre, sable, une bonne partie des matériaux de la construction est issue des champs de l’élevage d’agneaux en bio de Jean-Michel. Coût du chantier: 903 € par mètre carré !

Retrouvez notre reportage photo, les infos techniques et l’interview des propriétaires dans le magazine La Maison écologique n°93, en kiosques jusqu’à fin juillet 2016 ou sur commande ici.