Construire : Sur les pas de ceux qui ont réduit leur carbone

maison passive

Maison passive bas carbone

À Pornic (Loire-Atlantique), à 300 m de l’océan, cette maison passive conçue dans une optique bas carbone fait rimer confort et économie d’énergie. Un véritable cocon dont la compacité améliore la performance énergétique.

La vie en appartement dans le centre de Pornic, en Loire-Atlantique, était résolument trop étriquée pour Anne-Solène et Sylvain, son époux. Le désir de vivre proche de la nature avec le projet
de fonder une famille les mène à s’installer au Portmain, hameau de bord de mer proche de la plage éponyme, dans une zone classée en réserve conservatoire du littoral depuis 2011.

Mais la vie en décide autrement. Au rôle de mère de famille, Anne-Solène substitue d’autres engagements. Présidente de l’Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap Pornic), engagée dans le collectif Nous Voulons des Coquelicots – appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse –, elle fait le choix d’une vie simple au rythme des saisons. La clé de voûte de cet équilibre durable ? La maison du couple, inscrite sur une parcelle d’environ 1 000 m2 où le « fait maison » prend tout son sens : produits ménagers au vinaigre blanc et savon noir, réduction des déchets, compostage et jardinage à quatre mains en mode permaculture, etc.

Conception précise et passive

Le choix constructif s’est porté sur une maison à ossature bois réalisée par l’architecte Philippe Brulé, le père d’Anne-Solène, spécialisé en bâtiment passif et bas carbone. « La réduction de notre impact environnemental, de manière globale (énergie, émission carbone), est une priorité absolue, d’autant que nous avons les connaissances pour y parvenir dans le respect des exigences budgétaires ! Ce qui m’a conduit tout naturellement à privilégier le bois en structure, confie l’architecte. C’est un matériau sain, naturel et renouvelable qui stocke le CO2 et qui nécessite peu d’énergie pour sa transformation. En témoigne la construction d’Anne-Solène et Sylvain, qui assure un stockage de carbone à hauteur de 10 t de CO2 via l’ossature et les différents isolants utilisés. Ce qui permet de compenser en grande partie le bilan carbone des fondations en béton, qui s’élève à 12 t d’équivalent CO2. »

Conçue selon les règles du Passivhaus Institut (PHI), cette maison réalisée en 2010 s’inscrit dans une démarche de sobriété. Elle vise en premier lieu à réduire au strict minimum les besoins énergétiques en chauffage et rafraîchissement. « La réussite d’une maison passive repose sur un juste équilibre entre l’épaisseur de l’isolation, la surface des baies vitrées, la qualité de l’étanchéité à l’air, la performance de la ventilation double flux et, enfin, les matériaux intérieurs, toujours avec l’objectif de se passer de chauffage et de climatisation. » […]


Autoconstruire : Se chauffer pour moins de 40 € par an

maison en bois et paille

Montrer que l’on peut décrocher le label bâtiment basse consommation avec une maison en bois et paille, autoconstruite qui plus est, était l’objectif de Pierre et Anne-Laure. Dans le Maine-et-Loire, ils chauffent leur habitation avec moins de dix sacs de granulés par an !

Armés de leurs visseuse, marteau et truelle, Anne-Laure et Pierre ont visé le label BBC. « Cela nous donnait accès à un prêt à taux zéro et on s’est dit que ça donnerait de la valeur à la maison, confient-ils. C’était un bel objectif en soi, avec l’aspect militant de montrer qu’une maison BBC peut se faire en paille et en autoconstruction. C’était une façon d’aider au développement de ce genre de bâtiments économes. »

Salarié d’une entreprise d’architecture d’intérieur, Pierre Foessel avait suivi une formation en décoration, puis en peinture lors de laquelle il s’était penché sur l’écologie dans le bâtiment. « Je suis tombé sur des sites comme celui de La Maison empoisonnée(2), d’un couple qui a fait construire une maison neuve et s’est rendu compte qu’elle était complètement polluée par des composés chimiques qui les ont vraiment rendus malades. Je me suis dit : tu es peintre, artisan, tu n’as pas le droit de polluer la vie des gens », retrace Pierre, qui a intégré la Scop d’écorénovation Abitabio en 2008, en même temps qu’Anne-Laure en devenait la secrétaire-comptable. Elle entame désormais une formation pour devenir céramiste.

Équipements et étanchéité imposés

Cette labellisation imposait un cahier des charges qui a apporté « des contraintes pour l’achat des équipements. Il fallait un poêle étanche à l’air, que l’appareil de VMC soit certifié. On n’avait pas prévu de chauffage dans la salle d’eau, mais on a été obligé de mettre un radiateur, paradoxe pour un label qui vise à minimiser les consommations », pointe le couple, qui s’est fait accompagner par un maître d’oeuvre pour atteindre les objectifs d’étanchéité à l’air du label, validés par le test final réalisé par l’organisme certificateur Promotelec.

Avant les travaux, « on a créé une maquette en ossature bois avec une menuiserie et des bottes de paille, un enduit terre sur une partie. Puis, avec une membrane et un ventilateur, on a regardé comment tout ça se comportait en termes d’étanchéité, afin d’identifier les points faibles à gérer, raconte Pierre. Chaque ouverture dans la paroi crée des faiblesses. D’un côté de la fenêtre, on a mis un adhésif d’étanchéité avec une trame ; de l’autre, sans trame avec l’enduit terre qui vient mourir sur la menuiserie. Aux


Maison d’archi

maison architecte bleue bioclimatique

La maison bleue bioclimatique avant l’heure.

Dès ses études, l’architecte Hervé Lehoux s’est passionné pour le bioclimatisme. Il en a appliqué les préceptes en 1996 dans sa propre maison, ouverte sur le jardin et sur la Sarthe, une belle rivière aujourd’hui réhabilitée pour la plaisance.