Autoconstruire : L’écoquille, un bateau renversé qui n’a pas perdu le cap

l'écoquille

Un concept séduisant

Avec sa forme originale, ses matériaux légers et son coût optimisé, l’écoquille a tout pour séduire. La démarche n’est cependant pas toujours dénuée d’embûches. Retour sur une épopée de l’autoconstruction en Cévennes gardoises, avec Nicolas Ferrari, un capitaine qui n’a pas lâché la barre.

Posée sur pilotis, sous ses allures de bateau renversé, de chariot du far-west ou de roulotte tsigane douillettement installée dans un écrin de verdure, l’écoquille de Nicolas Ferrari domine le paysage. Et ici, il s’étale à perte de vue, bien que cette maison ne se trouve qu’à quelques encablures du centre-ville de la petite commune de Le Vigan, sous-préfecture du Gard. Pour le maître des lieux, le choix d’une architecture bois paraissait évident.

« J’ai complètement flashé sur le zome respectueux de l’environnement de mon ami d’enfance Patrick Ithier (reportage dans La Maison écologique n° 82, ndlr) lors de vacances à Bréau et comme la ville me lassait, mon projet de vie à la campagne a pris forme. J’envisageais de trouver un terrain aux alentours de Ganges pour y implanter une écoconstruction en bois», se souvient le propriétaire.

Éclairagiste dans le milieu du spectacle, cet intermittent réfléchissait à une reconversion pour travailler le bois. Manuel, il avait œuvré dans le milieu du décor et toujours bricolé chez lui. Un coup de cœur lui fait acquérir un terrain en terrasses sur les hauteurs de Le Vigan.

Adaptée aux contraintes du terrain

Son intérêt le porte alors sur l’ouvrage J’attends une maison de François Desombre, concepteur de l’Ecoquille, puis le hasard le met en présence d’un dépliant présentant la construction de l’Ecoquille dans une scierie des environs de Le Vigan.

« Le projet m’a séduit, en raison du concept de charpente avec des arches en matériau léger, de la réalisation possible sur tous les terrains. Cela coïncidait avec mon lieu en terrassiers à l’accessibilité limitée. »[…]


Alternative : logement étudiant

logement étudiant

Ils créent leurs studios sur le campus

Pour Pierre, Lucas et Martin, plus question de vivre en cité universitaire. À Bruz, en Ille-et-Vilaine, ces trois futurs ingénieurs ont autoconstruit leur logement étudiant. En jonglant entre le chantier, les cours et un budget serré, ils se sont découvert une vocation.

Dans la cuisine commune se mêlent des odeurs de peinture fraîche, de bois humide et de café. Leur studio est un prototype d’habitat étudiant démontable où quelques finitions restent à entreprendre. Pourtant, Lucas, Pierre et Martin s’y sentent comme chez eux. Et c’est peu dire, puisqu’à respectivement 20, 22 et 24 ans, en troisième année à l’école des métiers de l’environnement de Bruz, ils en sont les autoconstructeurs.


Habitat léger: vivre dans une “figue”!

Habitat léger insolite figue - crédit Gwendal Le Ménahèze

[VIDEO] Cet habitat léger insolite a pris racine près de Poitiers. La Figue y sème le symbole d’une fructueuse liberté.

Elle semble sortie d’un conte de fées. Le genre où le monde miniature à nos pieds grandit. Où les fruits tombés des arbres abritent des lutins aux oreilles pointues… Dans la ferme des Péranches, coin de verdure isolé près de Poitiers, la Figue est pourtant bien réelle. Ressemblant étrangement au fruit, elle est depuis 2014 une nouvelle forme d’ habitat léger. Son créateur, Guillaume de Salvert, est tel un farfadet. Quadragénaire moustachu, il rêve de liberté et de nature. Il a créé l’association Habitats libres en Poitou.

Lire la suite


Alternatives : La figue

la figue

La Figue fructueuse liberté.

Elle semble sortie d’un conte de fées.. Le genre où le monde miniature à nos pieds grandit, où les fruits tombés des arbres abritent des lutins aux oreilles pointues… Dans la ferme des Péranches, coin de verdure isolé près de Poitiers, la Figue est pourtant bien réelle. Ressemblant étrangement au fruit, elle est depuis 2014 une nouvelle forme d’habitat léger. Son créateur, Guillaume de Salvert, est tel un farfadet. Quadragénaire moustachu, il rêve de liberté et de nature.

Inspirée de la yourte, dans laquelle Guillaume a vécu dix ans, cette rondeur se singularise par sa couverture en écailles boisées et sa charpente biscornue.

 

 


Cabane boule en bois tressé, la magie de l’habitat léger

cabane en bois tressé - vannerie habitat léger

Tresser sa cabane sans perdre la boule ?!

La cabane en bois de Robinson, tous les enfants en ont rêvé, Alain Auguste l’a réinventée. Sa démarche invite à la réaliser par soi-même avec quelques morceaux de bois glanés et de la ficelle…

L’éco-lieu Artimbal se cache au cœur des Cévennes, à Roquedur (Gard). Il faut se garer et grimper jusqu’au lieu de vie en forêt pour découvrir les créations d’Alain Auguste, disséminées dans ce bel échantillon de la générosité du milieu naturel cévenol. Si le cœur vous en dit, des stages « Cabanes vannées et yourtes vivaces » sont organisés tout au long de l’année. Lors de ces stages de quelques jours, Alain partage sa technique de « cabane boule » en animant des chantiers participatifs. Ce Robinson des temps modernes utilise les matériaux présents autour de lui et tente de créer des habitats légers avec un outillage minimal.

Sacré châtaignier

« J’utilise du fil de fer, de la ficelle et des vis. Et pour l’outillage, une scie, une tenaille, une perceuse et une visseuse. Il faut également une tronçonneuse si on veut se lancer dans la construction d’une mezzanine. Pour débuter, je conseille de réaliser une petite boule », résume Alain en préambule.

Pour lire la suite de cet article, consultez notre magazine La Maison écologique n°103.  Retrouvez le en kiosques jusqu’au 28 mars ou sur notre boutique en ligne ici.


Habitat mobile, le rêve nomade.

habitat mobile tiny house

Vous regardez passer un joli camion aménagé et vous voilà nomade en rêve… Habiter mobile, c’est la liberté, pensez-vous. En effet, vous êtes libres de bouger en respectant cependant quelques règles concernant le nomadisme, le stationnement ou l’aménagement d’un terrain auquel amarrer sa maison escargot de temps à autre. Et, selon les cas, pas toujours facile d’être 100 % écolo lorsqu’on choisit une caisse en métal comme coquille. Votre rêve s’échappe ? Que nenni, avec ce dossier, vous allez enfin trouver matière à passer à la réalité. Bon voyage !


La caravane passe… à coups de pédales !

caravane cyclo-tractée - www.lamaisonecologique.com

Fraîchement retraité, Jean-Pierre Auguste a dessiné des dizaines de plans de mini-caravanes, jusqu’à un modèle qui se tire à la main, comme une énorme valide à roulette ! Pour la mini-caravane présentée en détail dans le magazine La Maison écologique n°94, Jean-Pierre a fait plus ” simple ” : une remorque de vélo sur laquelle il a adapté une caisse en contreplaqué qui peut s’ouvrir sur un côté afin de déployer un auvent. ” Il s’agit pour moi de faire des expériences de vie minimaliste dans un esprit décroissant “, explique l’ingénieux concepteur de ce qui semble être la plus petite caravane du monde.

Retrouvez le reportage complet sur cette caravane cyclo-tractée, mais aussi sur d’autres formes d’habitat léger (tiny house, roulotte, camion aménagé…) dans notre dossier VIVONS PETIT, VIVONS MOBILE – La Maison écologique n°94,  en kiosque jusqu’au 28 septembre 2016.


Enquête matériau

super adobe

L’affaire est dans le SAC DE TERRE !

Imaginez un habitat rond, durable, pas cher et techniquement accessible… et vous obtenez alors le ” super adobe ” ! Cette technique constructive qui arrive doucement en France consiste à empiler des sacs de terre crue pour former des dômes.


Habiter le rond



Maisons rondes dans l’Hexagone

Il existe aux quatre coins de notre Hexagone, qui en comporte six, des petits trésors tout ronds. Habitations légères pour certaines, ou au contraire bien ancrées sur leurs fondations pour d’autres, ces maisons rondes sont de véritables bulles dans notre univers cubique.
Elles sont sphériques, coniques, cylindriques et n’ont de point commun que la volonté de leurs habitants : sortir de la boîte carrée habituellement proposée.
Mais si les constructions présentées dans ce dossier restent modestes, cela ne doit pas pour autant occulter les possibilités infinies du rond. À ce jour, le plus grand bâtiment au monde de
ce type est une demi-sphère parfaite de 216 m de diamètre : le dôme de Fukuoka, qui accueille
un stade de baseball pouvant contenir 36?000 spectateurs. De quoi envisager un avenir plein de surprises rondes.