Billet d’humeur : invisibles

pollutions invisibles

Si la pollution ne se voit pas, pourquoi se gêner ?

Avant la prophylactique invention du préfet Poubelle en 1884 et l’imposition du tout-à-l’égout dix ans plus tard, nos villes étaient de peu ragoûtants cloaques aux pollutions visibles et malodorantes. Témoin de cette époque, le ruisseau qui traversait la ville de Montpellier porte ainsi le nom très explicite de Merdanson. Depuis, l’homme moderne est propre sur lui, sent bon et ne jette plus ses déjections par les fenêtres. On pourrait donc le croire vertueux. Tout faux. Nous restons, comme le héros de Reiser, de gros dégueulasses doublés de fieffés hypocrites. Si la pollution ne se voit pas, pourquoi se gêner ? 75 ans après la commercialisation du DDT en 1943, ses invisibles successeurs ont imprégné les sols et l’eau de toute la planète.