Coronavirus : comment les professionnel.les de l’écoconstruction s’organisent-ils pour travailler pendant le confinement ?

Coronavirus : comment les professionnel.les de l’écoconstruction s’organisent pour travailler ?

Comment faire face à l’arrêt ou à la forte diminution de son activité pendant la crise actuelle du Coronavirus ? Dans le secteur de l’écoconstruction, architectes et artisans jonglent entre chômage partiel, télétravail et reprise inquiète des chantiers.

Enquête de Nolwenn Weiler – 14 avril 2020

Au cours des premières semaines de confinement dû au Coronavirus, la quasi-totalité des chantiers de construction se sont arrêtés. Avant de reprendre (timidement) suite à la publication d’un « guide de bonnes pratiques ». Ce dernier liste les conditions requises pour pouvoir relancer un chantier*. Mais, sur le terrain, la situation reste confuse tant la théorie semble éloignée de la pratique. Premier exemple : le convoyage des ouvriers sur les chantiers, censé respecter les fameux « un mètre de distance minimale » entre salariés. Problème : les véhicules de chantier ne contiennent souvent qu’un, voire deux rangs… Certaines entreprises ont décidé de multiplier le nombre de véhicules, afin que chaque salarié soit seul au volant. Sans garantie, à ce stade, que les surcoûts engagés leur seront un jour remboursés.

* En savoir plus sur le Guide des bonnes pratiques à destination des professionnels du bâtiment : Lire l’analyse de deux avocates et l’avis du conseil des architectes.

Des tests pour garantir la santé des salariés face au Coronavirus

Autre souci : les conditions de travail sur chantier. « Comment fait-on pour tousser dans son coude quand on porte une charge lourde ? », interroge Sara Grégoire, architecte, actuellement en télétravail. « À part les plombiers et électriciens qui peuvent travailler dans leur coin, on a toujours besoin de travailler en équipe, ajoute Fabrice Hilaire, qui dirige Mélèze, entreprise de fabrication et de pose de poêles de masse. Quand on livre un poêle chez un client, on est collés l’un à l’autre pour tirer dessus. Et on a intérêt, sinon on n’a pas assez de force pour qu’il avance ! »

Pour le moment, ses huit salariés sont au chômage technique. « J’attends des dirigeants politiques qu’ils nous donnent des instructions claires, précise Fabrice Hilaire. Là, cela reste très contradictoire. Par exemple, si vous ne pouvez pas travailler à plus d’un mètre de distance, il faut que vous mettiez un masque. Par contre, ils ne nous disent pas où on le trouve, ce masque. »

Aucune information, non plus, sur d’éventuelles aides à l’achat de masques pour faire face au Coronavirus. « Je pourrai garantir la santé de mes salariés, dont je suis responsable, uniquement si je dispose de tests », ajoute l’entrepreneur. Pour le moment, seules les personnes qui présentent des symptômes de la maladie vont être testées. C’est ce qu’a annoncé le président de la République lors de son allocution du 13 avril 2020.

Les mois à venir encore plus incertains

Plusieurs professionnels s’accordent pour dire que les mois de mars et avril ne seront pas les pires, côté comptabilité. « Ça va aller, puisque nous avons le paiement des factures des mois précédents qui vont tomber, explique Sara Grégoire. Le problème sera pour après. En mai, juin et juillet, le contrecoup risque d’être rude. » D’autant que pour les indépendants comme Sara, aucun revenu n’est garanti en cas de baisse d’activité pour garde d’enfants causée par la pandémie de Coronavirus. L’architecte est maman de deux enfants qui sont à la maison 24h/24 depuis un mois et dont elle s’occupe seule. « C’est une période pendant laquelle on n’est pas très efficace, constate-t-elle. À la fin de la troisième semaine, j’ai calculé que j’avais fait le travail de deux jours en temps habituel ! C’est un peu déprimant. »

Fabrice Hilaire confirme que les vraies difficultés arriveront avec l’été. « Commercialement, cela ne s’est pas complètement arrêté, détaille-t-il. On a une grosse baisse du côté des nouveaux dossiers, mais ce qui était lancé continue. On peut faire face à la période, d’autant que les banques ont repoussé le remboursement de nos prêts. Et que le chômage partiel permet de continuer à payer les gars. Mais la question est : comment va-t-on ressortir de tout ça ? Je ne vois pas pourquoi on ne serait pas impactés par l’effondrement de pans entiers de l’économie. »

Des banques pas toujours coopératives

Pour certains travailleurs indépendants, la chute de revenus est déjà là. Michelle Delorme, spécialiste en peintures naturelles, est habituée à sillonner le pays pour travailler. « Je n’ai pas d’endroit où me loger pour effectuer mes chantiers, déplore-t-elle. Tous les logements, hôtels ou chambres chez l’habitant sont à l’arrêt, ou réservé.es au personnel soignant. » Auto-entrepreneuse, Michelle Delorme a signé un prêt personnel pour s’équiper en matériel. Elle n’a donc droit à aucun coup de pouce de la part de sa banque. « Elle m’a proposé de repousser mes remboursements de trois mois, avec une pénalité de 4 % d’intérêt pour chaque mois non payé ! Je trouve ça honteux ! »

Pour pallier cette absence de revenus, Michelle propose des livraisons de peinture à domicile. Et des conseils en décoration par téléphone. « Les gens m’envoient des photos, je les rappelle. Ils me paient en ligne. »

« Les professionnels de l’écoconstruction auront peut-être plus leurs chances au sortir de cette période de confinement, termine Sara Grégoire. L’écologie apparaît comme une question centrale. Et l’importance d’être bien chez soi, aussi. »

 

A noter : la rédaction de La Maison écologique poursuit cette enquête et publiera dans son édition n°118, à paraître fin juillet, un article complet sur la situation de la filière écoconstruction en France face à la crise sanitaire.

 


Nos autres publications qui pourraient vous intéresser :

Vous aimez nos articles ?

Vous souhaitez faire vivre une information indépendante sur l’écoconstruction, la rénovation, les low-tech, matériaux locaux, énergies renouvelables, le réemploi ?

Soutenez-nous, LISEZ-NOUS… ET PARTAGEZ-NOUS (petit bouton en bas de cette page) !
Depuis bientôt 20 ans, La Maison écologique s’emploie à faire découvrir les acteurs, les techniques et les matériaux de l’écoconstruction. En outre, notre magazine œuvre avec le seul soutien de ses lecteurs et annonceurs engagés dans l’habitat écologique en France.

J’adore, je soutiens ==>> JE M’ABONNE
Je veux vous suivre ==>> Je veux recevoir vos newsletters (formulaire au bas de cette page) et S’abonner à notre page Facebook


Les femmes et l’écoconstruction



De plus en plus nombreuses à se former aux métiers de l’éco-bâtiment, les femmes investissent les chantiers et collaborent volontiers avec les hommes. Du côté de l’autoconstruction, leurs rangs s’étoffent aussi. Rencontres croisées avec ces nouvelles ouvrières pour parler de leur travail, de leurs projets de maisons, de leurs satisfactions et de leurs doutes…


Un rayon sur le solaire

panneaux solaires photovoltaïques ou thermiques

S’équiper en panneaux solaires photovoltaïques ou thermiques.

Pourquoi un nouveau dossier sur le solaire ? Tout simplement parce que cette énergie renouvelable ne connaît pas l’essor qu’elle mérite en France.

Partant de ce constat, nous vous proposons un éclairage sur la validité des équipements produisant de l’électricité, assurant le chauffage de
l’eau, et sur les nouvelles modalités de financement.

Egalement attendue depuis longtemps, une partie consacrée aux solutions pour faire solaire moins cher : groupements d’achats, autoconstruction, importation, etc.


Regard sur

éco artisan

Pourquoi pas éco artisan ?

Si vous envisagez de faire faire des travaux chez vous, vous êtes sûrement en quête du « bon » artisan, celui qui répondra exactement à vos exigences, même celles qui peuvent être singulières. Regard sur les ÉCO Artisans de la Capeb…


Ensemble autrement



Réinsérer grâce à l’écoconstruction.
Rencontre avec l’association Castelrenaudais Insertion.

En Touraine, l’association Castelrenaudais Insertion (CRI) a choisi de se spécialiser dans l’écoconstruction pour répondre à une demande croissante de matériaux naturels de la part des collectivités. Elle donne ainsi un bagage supplémentaire aux salariés pour faciliter leur réinsertion.


Energies renouvelables

Énercoop

La vague du courant vert : Énercoop : décentraliser l’électricité propre. Depuis 2004, EDF n’a plus le monopole de distribution de l’électricité pour les professionnels. En 2007, à la maison, nous pourrons aussi faire appel à d’autres fournisseurs. Si cela perturbe nos petites habitudes, nous qui avons toujours eu affaires à EDF, il est à noter que la plupart des pays européens sont déjà dans ce cas là.