Territoire : Marseille pointe vers le réemploi

réemploi à Marseille

Créée il y a trois ans par deux architectes, l’association marseillaise R-Aedificare a su fédérer les acteurs de la construction autour du réemploi de matériaux issus de démolitions.

Si vous parvenez à faire du réemploi de matériaux à Marseille, vous pourrez en faire partout ailleurs ! » Bien décidées à faire évoluer le secteur crucial des déchets du BTP dans les Bouches-du-Rhône, Valérie Décot et Céline Lassaigne n’ont jamais prêté l’oreille aux Cassandre qui ne croyaient pas à leur projet. Créée fin 2016, l’association R-Aedificare – « reconstruire » en latin – a véritablement émergé en remportant l’appel à projets Fili Déchets, lancé par l’Ademe et la Région en 2017. « Le sujet portait sur la création d’une filière de réemploi en région Paca, relate Valérie Décot. Cette étape fondatrice nous a permis de cerner et fédérer bon nombre d’acteurs locaux comme les entreprises de démolition, de cibler des maîtres d’ouvrage publics et privés volontaristes et de sensibiliser les autres. »

Si compliqué le réemploi à Marseille ?

Trois ans plus tard, R-Aedificare est devenu l’un des moteurs du réemploi dans le bâtiment en Paca. Son champ d’action s’est même étendu de l’échelle du bâtiment à celle de la ville. L’association a récemment été missionnée – avec les bureaux d’études Altereo et Recovering –, par la Ville de Miramas pour étudier la faisabilité du réemploi local sur les dix ans à venir à l’échelle urbaine.

Déjà « territoire zéro déchet », cette commune de l’étang de Berre, proche de Marseille, a candidaté au programme européen LIFE Smart Waste. « Ce projet ambitieux s’inscrit dans une période de transformation de la ville, explique Céline Lassaigne. Notre mission : l’étude du gisement de matériaux issus des déconstructions, la quantification des besoins pour les opérations à venir (neuf et rénovation), la mise en adéquation des flux et la réalisation d’une plateforme de stockage pour 2021. »

À l’image des acteurs engagés dans l’économie circulaire, Valérie Décot et Céline Lassaigne pensent aujourd’hui à l’échelle urbaine avec comme but une massification des pratiques dictée par l’urgence climatique et la raréfaction des ressources. Car, si la réglementation européenne semble aller dans le bon sens avec un objectif de valorisation de 70 % des déchets du BTP en 2020, les textes ne font pas suffisamment le distinguo entre recyclage et réemploi. Or, selon l’architecte, on pense encore trop volumes et pas suffisamment bilan environnemental. « Certaines familles de matériaux ont un impact carbone plus élevé que d’autres (câbles, métaux, verre), d’où l’intérêt de les réutiliser plutôt que de les recycler », remarque Valérie. Le bilan environnemental de la valorisation matière n’est effectivement pas neutre.


Construire : maison bioclimatique à Avignon

Maison écologique à Avignon

A Avignon, sur le pont du bioclimatisme.

Garder le cap de son projet malgré les difficultés techniques et budgétaires et, au final, profiter d’une jolie maison écoconstruite qui se chauffe pour 150 petits euros annuels ! C’est l’expérience de Sara et Pierre, qui n’a pas manqué de retenir notre attention pour ce numéro anniversaire.

“Sara est comédienne et je travaille dans l’audiovisuel. Nos deux garçons avaient 4 et 8 ans quand la construction a commencé. Nous avons acheté en 2007 un terrain avec deux bâtiments totalisant 65 m2 habitables, à 500 m au sud des remparts d’Avignon. Nous voulions une maison écologique, au sens large, pour pouvoir faire nos trajets quotidiens à vélo ou à pied.”

Autres chantiers qui ont retenus notre attention pour ce numéro anniversaire….

Inspiration patrimoine rural.

À première vue, on croirait voir un bâtiment rénové. Pourtant, les locaux d’Astarac Patrimoine Innovation, distributeur d’écomatériaux et centre de formation, sont tout neufs !

Retour à la terre.

Notre autre coup de coeur  s’est aussi porté sur un bâtiment à usage professionnel. Situé au pôle inter-entreprises de construction en terre crue de Saint-Germain- sur-Ille (35), le programme de construction comprend des bureaux et un atelier de maçonnerie avec espace de formation.

 


Territoire : association Energ’ethique

Association Energ'ethique

Association Energ’éthique : l’éco-rénovation sur un air solidaire.

L’association Energ’ethique 04 propose des écorénovations accessibles à tous les porte-monnaie. Construite dans les années 1950, la maison tout en parpaings de Françoise et Luc avait besoin d’un sérieux lifting. En effet, sol, murs et toiture doivent être isolés et les menuiseries, changées.

« Nous étions un peu perdus parmi toutes les données techniques, se souvient Françoise. Nous avons donc décidé de demander de l’aide à la Scic Énerg’Éthique 04 » Née en 2012 autour d’un projet de centrale solaire « citoyenne » sur le toit d’une école, la Scic Énerg’Éthique(1) a eu à coeur d’agir aussi sur la maîtrise de l’énergie et la solidarité énergétique.


Ensemble

Touraterre

Touraterre, le retour à la terre.

Dans le Vaucluse, de jeunes architectes veulent remettre la terre crue au goût du jour. Ils organisent pour cela des chantiers de bénévoles où amateurs et professionnels construisent ensemble.


Visite Guidée

centre solaire castellet

Le centre solaire du Castelet, une maison bioclimatique expérimentale et démonstrative. Dans les vignes de l’arrière-pays de la Côte d’Azur,
à côté du village médiéval du Castellet se trouve le Centre Solaire du Castellet. Ouvert toute l’année, il invite ses visiteurs à découvrir les énergies renouvelables à travers une exposition permanente hébergée dans une maison bioclimatique.


Carte verte

jardin pédagogique et familial

Un atelier dans ma serre.

Espace d’accueil et de formation dans un jardin pédagogique et familial. Association Croq’jardin.« Nous nous inscrivons dans la démarche de valorisation des forêts du Lubéron initiée par l’ONF et le parc naturel. Le beau bardage en cèdre provient de cette filière. »