Avis d’experts : Conten’air vicié

construire en conteneur

Construire en conteneur, la fausse-bonne idée?

Entre le transport de marchandises toxiques, les divers nettoyages chimiques et la présence potentielle de métaux lourds, comment être certain qu’un conteneur maritime transformé en maison ne se muera pas en dernière demeure ?

À Brest, Marseille-Fos, Bordeaux, Le Havre ou Dunkerque, des centaines de conteneurs longs de 20, 40 ou 45 pieds s’empilent, parfois cabossés, rouillés. En 2011, 29 millions d’Équivalent Vingt Pieds (EVP) transitaient dans le monde. Quatre fois plus qu’en 1991. Certaines de ces boîtes, trop usées, ne peuvent reprendre la mer et garnissent les entrepôts dans l’attente d’une seconde vie, comme abris de jardin, espaces de stockage, cabanes de chantier… La tendance actuelle : les transformer en maisons. Pour l’esthétique et pour recycler ce déchet de la mondialisation. L’aspect économique pèse aussi ; en 2018, en sortie d’usine, un conteneur de 20 pieds neuf valait environ 2 000 €, un de 40 pieds HC(2), 3 000 €.

Acheté neuf, le conteneur vient généralement de Chine à vide ou après un seul transport de marchandises comme des palettes ou cartons. Le volet « recyclage » tombe à l’eau. D’occasion, il a voyagé pendant plusieurs années, sa structure est vétuste et il est impossible de savoir ce qu’il a transporté (les produits pouvant aller de l’alimentaire aux déchets nucléaires). Les négoces contactés conseillent tous du neuf pour l’habitat. Simple argument commercial ? Pas vraiment… La compagnie peut se séparer d’un conteneur pour plusieurs raisons : « amortissement fini, trop âgé, coût de réparation ou de nettoyage trop élevé, contamination trop importante… », liste Pierre Lemarié, dont l’entreprise expertise la conformité des conteneurs dans les dépôts avant qu’ils reprennent la mer.

Des informations hermétiques

Ce qui est certain, c’est que durant ses années de service, le conteneur a subi plusieurs nettoyages et contrôles dans divers pays. Remontons le fil… Une compagnie maritime fournit un conteneur à un chargeur de marchandises, qui est tenu de le rendre en bon état. Il empote (ou charge) le conteneur, qui part vers son destinataire, qui le dépote et est censé le nettoyer. Le plus souvent « avec de l’eau à haute pression, des produits chimiques si besoin », explique l’expert. Le conteneur est restitué à la compagnie en étant amené dans un dépôt agréé où il est réparé et expertisé par un personnel qualifié qui atteste de son état structurel et du nettoyage.

Si le premier point fait l’objet d’une certification CSC (Conteneur Safety Convention), le second ne l’est généralement pas. « Les dépôts n’ont pas le matériel, ni la consigne de vérifier ce qui a été fait par le destinataire », partant du principe que ce dernier a respecté son contrat. « Quand un conteneur arrive, s’il n’a pas de traces, d’odeurs ou un étiquetage de produit dangereux, aucun nettoyage spécifique n’est demandé. Seulement en cas de doute, on peut demander à l’immobiliser », précise Pierre Lemarié. […]


Mobilier : comment débusquer du bois d’ameublement sain

bois d ameublement sain

Les meubles sont des compagnons quotidiens, qu’il faut choisir avec soin. Ils peuvent vous offrir le meilleur – la chaleur et l’authenticité du bois – comme le pire, en introduisant des polluants dans vote intérieur. Nos pistes pour bien les choisir.

Le premier conseil est celui du bon sens. Privilégier les essences de bois locales, qui vont garantir une empreinte carbone réduite, tout en favorisant une exploitation pérenne des forêts nationales ou européennes (labels PEFC et FSC). Qu’il s’agisse de résineux ou de feuillus, les essences de bois sont nombreuses sous nos latitudes et répondent à tous les besoins en matière d’ameublement.

 


Santé de l’habitat

assainir air maison

Assainir l’air de sa maison.

En raison des nouvelles habitudes de vie et de la présence de certains matériaux, l’air intérieur des habitations est souvent plus pollué que l’air extérieur. Des solutions sont heureusement à notre disposition pour respirer chez soi un air plus sain !