Construire : une maison en paille préfabriquée

maison paille préfabriquée

Une passive en paille préfabriquée

Ils ne se déplacent pour ainsi dire plus qu’à pied ou en vélo. Le projet de la famille Dallet a atteint son objectif : réduire le plus possible une empreinte écologique bien trop grevée à leur goût par des déplacements en voiture fréquents et le fonctionnement d’une maison énergivore sur l’ensemble de son cycle de vie. Jusque là, le couple vivait en effet dans une habitation individuelle excentrée et édifiée avec des matériaux conventionnels. Ils y sont restés 30 ans avant de se lancer dans leur nouveau projet. Ils décident alors de rechercher le terrain idéal il y a trois ans environ.

La quête a abouti à une parcelle proche du centre-ville d’Auray, orientée sud-sud ouest comme l’exige la construction passive. Pas trop grande, d’une superficie de 890 m2 et intime en dépit de la division du terrain initial en deux lots. Le couple proche de la retraite s’est ensuite abondamment documenté, de salons de l’habitat en lectures, sur les qualités des matériaux naturels, la construction passive, le bioclimatisme. Engagée, la démarche de ces militants du réseau Alternatiba(1) se veut globale, jusque dans les moindres détails. Ils ont même mandaté une étude géobiologique afin de repérer les zones de haute énergie qui perturberaient le sommeil.

 


Autoconstruire à 72 ans

autoconstruire à 72 ans

Construire une maison est l’un des grands chapitres de la vie à deux. Lorsque Annie et Pierre ont commencé à cogiter sur leur projet, Pierre avait 71 ans. En pleine Drôme provençale, histoire de l’avènement de cette petite maison mûrement conçue et toute douillette.

Avec une ancienne maison à l’accès escarpé peu aisé pour Annie, il y avait longtemps qu’elle et son mari Pierre, aujourd’hui âgés respectivement de 82 et 80 ans, étaient à la recherche d’un nouveau lieu de vie. L’occasion s’est présentée avec leur fils aîné, Joël, guide de montagne et moniteur de parapente.


Rénover : métamorphose d’un pavillon

Métamorphose d'un pavillon

La métamorphose d’un pavillon des années 50

Agrandie, isolées et bardée, cette maison sortie de terre dans les années 1950 est aujourd’hui méconnaissable. Elle est de plus, parfaitement insérées dans son jardin.

Nous étions un peu serrés, à quatre dans 65 m2, se souvient Élodie, mais on aimait beaucoup l’emplacement de la maison, en plein coeur du village, à deux pas de l’école et du bus. Plutôt que de déménager, nous avons donc décidé de l’agrandir et d’en profiter pour rendre la maison moins gourmande en énergie. Nous voulions aussi utiliser des matériaux écologiques. »

Ces divers souhaits mènent la petite famille vers Séverine Duchemin, une architecte rennaise spécialisée en écoconstruction.

 


Si vous aussi vous aviez un toit végétalisé ?

toiture végétale - toiture prairie

Toit végétalisé.

Le magazine La Maison écologique a suivi un stage pratique sur les toitures végétales avec l’association Empreinte (35). Résumé en vidéo.


Retrouver notre grande enquête sur cette thématique dans le dossier La nature en toiture, LME n°99, parution le 24 mai 2017.

Disponible dans les kiosques jusqu’au 26 juillet 2017 ou sur commande ici.
Également en format numérique sur Apple store et Google play.


Toit végétalisé, la nature en toiture

dossier toit vegetalise

Toits végétalisés.

On a tous en tête les jardins de Babylone ou les faîtages de chaumières couverts de prairie se fondant avec la colline voisine ; les toitures végétalisées font incontestablement rêver. Si elles requièrent une mise en oeuvre rigoureuse, elles s’accommodent de toutes les situations et sont bénéfiques pour le bâtiment comme pour l’environnement. Tentés ? Franchissez le pas, votre toiture vous remerciera !


Toitures vivantes : en bardeaux, en chaume ou végétalisées



Trop souvent associées aux chaumières du Moyen Age, ou aux cabanes d’un Robinson enraciné dans un isolement utopique, les toitures vivantes ont pourtant de quoi séduire le jardinier qui sommeille en tout charpentier.

Adieu tôle ondulée, tuiles mécaniques et autres couvertures en fibro-ciment ! Découvrez au fil des pages de notre dossier automnal les qualités et les avantages des toitures végétalisées. Quelles plantes pour quelles pentes dois-je planter sans que ma charpente ne s’en ressente ? Voici les
réponses…


Les toits végétalisés : Des jardins en toiture, la nature en ville et à sa juste place.

toitures végétalisées

Toit végétalisés.

Les romains, et avant eux les grecs et les perses, implantaient des jardins sur les toits pour rafraichir leurs demeures et verdir leur environnement. Les célèbres jardins de Babylone constituent une magnifique représentation de ce savoir-faire. Avec plus d’un million de m2 par an, la France s’enorgueillit d’être l’un des leaders mondiaux derrière l’Allemagne.