Cahier pratique : Entretenir sa VMC simple flux

Entretenir sa vmc

Entretenir sa VMC

Une ventilation silencieuse se fait vite oublier, pourtant son entretien est essentiel à son efficacité et à sa longévité.

Une ventilation mécanique contrôlée (VMC) a pour objectif de renouveler l’air intérieur de l’habitation afin d’en extraire l’humidité excessive, les odeurs ainsi que les polluants. Les modèles à simple flux aspirent l’air des pièces dites sèches (chambres, salle à manger, salon) vers les espaces plus humides (WC, salle de bains, cuisine) jusqu’à l’extérieur, via un caisson motorisé électrique. Tout ce circuit, aérien entre pièces sèches et humides, puis dans des gaines en plastique jusqu’à l’extérieur, doit être propre et bien disposé afin que le flux d’air soit opérant et suffisant.

La vigilance est de mise

Si des traces d’humidité apparaissent dans l’habitation, autour des menuiseries ou au coin des pièces, si l’ambiance devient inconfortable (difficulté à se réchauffer) ou que la VMC émet un bruit de souffle plus conséquent, c’est sans doute que son fonctionnement est altéré. Voilà pourquoi il faut garder un œil et une oreille attentive à cet équipement. En outre, nombre d’incendies dans les combles s’expliquent par un échauffement du moteur de ventilation, dû par exemple à un recouvrement accidentel du caisson.[…]

Ma VMC fait du bruit

En principe peu incommodante si elle est bien installée, devient plus sonore (souffle), plusieurs causes peuvent être explorées. Le nettoyage des bouches et des gaines a-t-il été fait régulièrement ? Les clapets des bouches d’extraction sont-ils coincés en position basse (il existe sur certaines un mode « boost » pour lequel l’ouverture est plus large) ? Un objet est-il tombé sur une gaine réduisant son diamètre ?

Le détalonnage, quésaco ?

Dans le cas où le niveau du sol de certaines pièces a été modifié, il faut s’assurer que l’espace sous les portes reste suffisant pour permettre le passage d’air nécessaire à la ventilation des pièces. Comptez 1 cm dans les pièces sèches et 2 cm à l’entrée de la cuisine.


Avis d’experts : chauffage et ventilation

chauffage et ventilation

Chauffage et ventilation double flux.

Dans un logement neuf basse consommation, la ventilation double flux renouvelle l’air en permanence. Pourquoi alors ne  pas simplement utiliser cet air, comme fluide caloporteur pour se chauffer ? Plus facile à dire qu’à faire.

En effet, le principe d’un chauffage par l’air de la VMC est très différent de celui d’une pompe à chaleur air/air. Ici, il n’est plus question d’air pulsé par un ventilo-convecteur. Il s’agit simplement d’utiliser le renouvellement régulier de l’air de la maison par une ventilation (VMC) double flux, avec récupération de chaleur, en lui ajoutant un générateur de chaleur.

« Sur le papier, ce principe est génial, puisqu’on supprime tout bonnement le système de chauffage ! », note Olivier Sidler, spécialiste de l’énergétique du bâtiment.


Revêtements de murs



Les peintures conventionnelles, les différents solvants et colles présents dans les revêtements intérieurs émettent généralement beaucoup de composés organiques volatiles (COV), ce qui peut être nocif pour votre santé, même si votre logement a une ventilation performante. En utilisant des produits naturels, on peut tout à fait créer des revêtements esthétiques et bien moins dangereux pour notre santé.

Le bois

Une alternative au mélaminé et au contreplaqué, le lambris permet d’utiliser un bois massif, local et issu de forêts gérées durablement. Évitez le bois traité ou pré-peint et préférez de l’huile, de la lasure-cire ou un badigeon de chaux. On peut même le laisser brut et de nombreuses essences vous permettront de choisir la couleur et l’aspect qui vous conviennent (aulne, frêne…). Un achat en deux ou trois largeurs assurera un beau rendu irrégulier.

 

L’enduit

On peut utiliser un enduit de finition à condition d’avoir un support plan et rugueux. En version écologique, à base d’argile, de terre ou de chaux principalement, on peut très bien les trouver en magasin ou faire appel à un professionnel. On peut également les fabriquer et les poser soi-même. Là encore, les jeux de couleurs, de textures, d’incrustation n’ont de limite que votre imagination.

 

La peinture

Une peinture dite « naturelle » doit contenir au moins 95% de matières premières naturelles : huile végétale, caséine, argile, chaux… On peut en trouver chez les distributeurs d’écomatériaux ou les fabriquer soi-même avec de l’argile, de l’huile, des pommes de terre, de la colle de farine, de la bière et même du fromage blanc ! En fonction des outils utilisés, on peut obtenir des rendus différents et originaux.

Sélection d’articles/dossiers pour Revêtements de murs :

Hors-série : Peintures et enduits naturels
Dossier : Les enduits terre
Imiter le sgraffito : pas à pas
Dossier : 50 nuances de peintures naturelles
Cuisinons nos finitions
Cahier pratique : Peinture au caséate de chaux
Cahier pratique : peinture à l’ocre pour bardage
Cahier pratique : peinture à la caséine
Cahier pratique : un enduit de finition à l’argile
Dossier : Bardage et lambris bois


Électricité



Beaucoup de choses fonctionnent grâce à l’électricité dans nos maisons. Avec la plomberie (eau, eau chaude) et la ventilation, c’est l’un des autres lots « réseaux » de nos chantiers. D’un point de vue sécurité (protection électrique, incendie), il est très important de faire attention à la mise en œuvre de son installation. Pensez également à la provenance de vos électrons en privilégiant, par exemple, les productions renouvelables.

L’électricité biocompatible

Les installations électriques biocompatibles réduisent la pollution électromagnétique dans votre maison. Cela passe dans un premier temps par des gaines, des câbles et des fils blindés pour constituer le réseau. On peut également installer des interrupteurs automatiques de champs (IAC). Leur rôle est de couper le circuit sur lequel ils sont installés lorsqu’il n’y a aucune consommation et de le rétablir dès qu’il y a une demande. Ce type de boîtier est le plus souvent utilisé sur le réseau électrique des chambres.

Certains matériaux conduisent mieux les ondes électromagnétiques que d’autres. Le bois, par exemple, est beaucoup plus conducteur que les briques de terre cuite ou les conventionnels parpaings. Une installation biocompatible est donc d’autant plus importante dans le cadre d’une ossature bois.

 

La domotique

La domotique est une technologie qui permet de contrôler, d’automatiser et de programmer les appareils électriques d’un habitat : allumer la lumière à distance, démarrer un aspirateur automatique… La domotique peut également servir à faire des économies d’énergie : volets qui se ferment quand la nuit tombe, éclairage avec détecteurs de mouvement, programmation du chauffage…

 

Le photovoltaïque

Si vous avez opté pour la pose de panneaux solaires photovoltaïques, vous pouvez vendre l’électricité produite et/ou la consommer dans votre maison. Dans le premier cas, vous vous assurez une entrée d’argent régulière. L’autoconsommation vous permettra cependant de réduire vos factures d’électricité.

 

Choisir son fournisseur

Il existe de nombreux fournisseurs d’électricité. Si certains vous vendent de l’électricité provenant directement de sources renouvelables, d’autres fonctionnent sur le principe des garanties d’origine. Ce sont des documents qui attestent qu’une certaine quantité d’électricité renouvelable a été produite. Cependant, ce n’est pas parce que le fournisseur achète une garantie d’origine que l’électricité qu’il vous vend est renouvelable ! Les fournisseurs les plus vertueux jouent de plus en plus sur la pédagogie et vous aident même à réduire vos consommations. Renseignez-vous pour choisir celui qui se rapproche le plus de votre éthique et de votre budget.

Questions à se poser

Quel fournisseur d’électricité choisir ? N’hésitez pas à consulter le site officiel http://www.energie-info.fr

Puis-je investir dans un moyen de production d’énergie renouvelable installé chez moi ?

N’hésitez pas à demander conseil aux Espaces info-énergie qui vous aideront à trouver des solutions tout en respectant votre budget.

Points de vigilance

En plus des sacro-saintes veilles à éliminer, pour diminuer vos consommations, optez pour un éclairage économique (LED). Aidez-vous des étiquettes énergie.

L’installation électrique doit être raccordée sur une prise de terre performante pour des questions de sécurité et pour diminuer les émissions de champs électriques.

Sélection d’articles/dossiers pour Électricité :

Autoconsommer son électricité photovoltaïque
Les coulisses de l’électricité verte
Blinder ses boîtiers électriques : pas à pas
Enquête : Les fournisseurs d’électricité verte sur le fil
Dossier : Dans la brume électromagnétique
Dossier : Le solaire photovoltaïque, des solutions pour tous
Avis d’expert : le petit éolien en perte de vitesse

Rechercher tous les articles parus contenant ce mot-clé.


Ventilation



Respiration, cuisson gaz, chauffage par combustion, humidité… Autant de sources de pollution de l’air intérieur qui le rendent généralement plus toxique que celui de l’extérieur ! Les maisons deviennent de plus en plus étanches afin de limiter nos consommations énergétiques. C’est pourquoi, depuis 1969, la ventilation des logements est obligatoire pour évacuer les polluants.

Attention, ce n’est pas parce que vous avez une maison perspirante que vous devez vous passer d’une ventilation. Les murs gèreront l’humidité, mais n’évacueront pas les polluants présents dans l’air. Le principe de la ventilation est simple : on aspire l’air vicié des pièces humides comme la cuisine ou la salle de bains et la dépression créée fait que de l’air neuf s’introduit par des bouches de ventilation placées dans les pièces à vivre (salon, chambres…).

 

Il existe plusieurs types de ventilation :

 

La VMC (ventilation mécanique contrôlée)

Simple flux, où l’air rentre par des grilles généralement placées au-dessus des fenêtres et sort par des bouches d’extraction. C’est la plus abordable financièrement et facile à mettre en œuvre, mais pas la plus performante. Dans le cas d’une VMC hygro A (plus économique à l’achat), l’entrée d’air est autoréglable, ce qui veut dire que le débit est constant. Pour une hygro B (plus économique à l’usage), l’arrivée d’air dépend également de l’humidité de la pièce.

 

La VMR (ventilation mécanique répartie)

Fonctionne comme la précédente mais où chaque extraction d’air se fait par des bouches indépendante (elle ne fait pas partie d’un réseau), ce qui la rend plus facile à mettre en œuvre en rénovation.

 

La VMC double flux

Elle fonctionne avec des bouches d’insufflation et d’extraction avec débits régulables. Cette VMC possède deux réseaux de gaines qui se croisent autour d’un échangeur de chaleur. Les calories de l’air vicié ne sont plus perdues, mais transférées à l’air neuf. D’où de précieuses économies d’énergie à la clé. Dans les habitats passifs, la VMC double flux constitue même la principale source de chauffage. Cependant, à cause de ce double réseau, la mise en œuvre n’est pas forcément aisée, ce qui la rend plus adaptée aux bâtiments neufs. Remarque : pour faciliter l’installation en rénovation, il existe également des VMC double flux décentralisées.

La VMI (ventilation mécanique par insufflation)

La ventilation mécanique par insufflation (VMI) fonctionne en sens inverse de la VMC? L’air extérieur est pris au niveau du toit et « poussé » vers l’intérieur dans la pièce centrale. La sortie d’air se fait par de petites grilles auto-réglables au niveau des plinthes des chambres et salles d’eau.

 

Il est également possible de coupler une ventilation avec un puits canadien (réseau de gaines enfoui à environ 1m dans le sol). Ce dernier préchauffera l’air en hiver et le rafraîchira en été avant de le souffler dans la pièce, ce qui augmente le confort et les économies d’énergie.

Questions à se poser

Quel type de ventilation se prête le mieux à mon projet ?

Quel type de régulation privilégier pour ma maison ?

L’investissement dans une VMC double flux peut-il être pris en compte dans les apports de chauffage ?

Points de vigilance

Une ventilation demande de l’entretien : changer ou nettoyer les filtres régulièrement, dépoussiérer les bouches d’insufflation et d’extraction, changer les piles des bouches…

Le dimensionnement du réseau ainsi que le réglage des bouches sont importants. Vous pouvez faire appel à un bureau d’études pour vous assister.

Sélection d’articles/dossiers pour Ventilation :

Ventilation double-flux décentralisée
Comment choisir sa double-flux ?
Ventilation naturelle
Reportage : Une maison avec ventilation par insufflation
Schéma détaillé d’un puits canadien
Autoconstruction : Installer un puits canadien

Rechercher tous les articles parus contenant ce mot-clé.


Avis d’experts

ventilation double flux

Ventilation double flux décentralisée.

Les ventilations double flux décentralisées, surtout adaptées aux rénovations, sont encore peu connues et coûteuses. Pourtant, elles sont une vraie solution.


Rénovation gagnante



Un investissement sain respectueux de l’avenir.

Face au dérèglement climatique, aux enjeux énergétiques internationaux, mais aussi aux problèmes de santé dans le bâti, il est
essentiel de rendre nos logements très économes en énergie et de les rénover avec des matériaux écologiques.

Même s’il est parfois délicat de trouver les bons matériaux et les artisans compétents pour réhabiliter efficacement l’existant, les principes
d’une rénovation digne de ce nom sont assez simples, que l’on vive en copropriété ou en pavillon, dans un logementancien ou récent. Explications et cas pratiques.


Regard sur

Ventilation double flux

Ventilation double flux, avis d’expert.

Directeur du bureau d’études Enertech, célèbre pour ses campagnes de mesures énergétiques in situ, et expert reconnu de l’association négaWatt, Olivier Sidler partage avec nous sa vision d’un équipement controversé, la ventilation double flux.


Faites-le vous-même

VMC double-flux

Installer une VMC double-flux.

Réduction des consommations en chauffage et amélioration de l’étanchéité à l’air rendent la ventilation indispensable dans nos logements. Visite d’un chantier de maison passive lors de l’installation d’une VMC double flux.