Alternatives : Pow ! Blop ! Wizzdôme !

wizzdôme

On connaît le dôme, on connaît le zome, mais connaissez-vous le Wizzdôme ? Ne cherchez pas, il n’y a qu’un seul exemplaire en France de cet écrin méconnu de sagesse et d’énergie. Visite et explication technique à la croisée de la charpente, de la géométrie sacrée et des forces telluriques.

Étrange animal à carapace que ce Wizzdôme niché dans le Minervois au milieu d’une forêt de sapins pectinés. On le trouve au détour d’un des chemins du site d’hébergements insolites créé en 2019 à Mailhac (Aude) par Frédérique Cartier et Clément, son compagnon. En investissant ces 10 000 m2 de nature, l’objectif de la propriétaire franco- québecoise était clair : « J’ai voulu créer un lieu qui soit un accélérateur de transformation pour lutter contre ses propres blocages, pour se remettre en question et trouver ce qui nous fait vibrer. »

Au programme : du soin orienté vers l’énergie et le développement personnel, un lieu que des thérapeutes peuvent occuper pour y organiser des stages ou séances. Les tipis côtoient les dômes et les zomes. Mais c’est le Wizzdôme qui occupe la place centrale et aimante les regards. Un choix très original dont l’inspiration a été soufflée à Frédérique par plusieurs rencontres déterminantes. « Au début, je voulais un zome et j’ai contacté Yann Lipnick [précurseur de la construction zome, ndlr]. Mais Yann m’a renvoyée vers Albert, spécialiste du zome qui m’a fait découvrir le Wizzdôme et son incroyable potentiel énergétique. » Séduite, la constructrice se lance dans l’aventure.

L’insolite se mérite

Si le dôme géodésique est compliqué à concevoir et le zome, ardu à mettre en oeuvre, le Wizzdôme est encore plus technique que ces deux ascendants. Son nom est un jeu de mots avec  l’anglais wisdom, qui se traduit par « sagesse » mais peut aussi avoir le sens de sagacité, vivacité d’esprit, une qualité dont il faut faire preuve pour mener à bien sa construction. Un jeune charpentier, Adrien Van Robayes, de l’entreprise Structure nomade, spécialiste des constructions insolites, a relevé le défi et accompagné Frédérique dans son projet. « Pour démarrer la conception du Wizzdôme, il faut le voir comme un zome couché », explique l’artisan. Attention, concentration : prenez un zome et coupez-le en deux de haut en bas. Séparez les deux moitiés, faites-les pivoter dos à dos et couchez-les au sol. Raccordez ensuite les extrémités ; vous obtenez un Wizzdôme.

Autrement dit, les deux pointes opposées du Wizzdôme sont une étoile centrale de zome coupée en deux. Pour le modéliser, Adrien Van Robayes s’est aidé de pas moins de deux logiciels de conception 3D. […]


Enquête habitat léger : L’habitat léger sort du bois

Habitat léger

Écologique et économique, l’habitat léger sort de la marge et attire de plus en plus depuis 2010. La récente loi engagement et proximité barre pourtant le chemin. Pistes et stratégies pour obtenir ou “s’arranger” avec une autorisation en bonne et dûe forme.

Je vis en yourte dans cette forêt depuis douze ans. J’entends les feuilles glisser dessus. Je puise l’eau du ruisseau pour boire. Je coupe du bois pour me chauffer. Des panneaux solaires alimentent la lampe et la radio. J’ai prévenu la mairie à mon arrivée. Elle me tolère. Je suis intégrée, je me nourris des légumes du jardin de ma voisine en échange de travaux dans ses champs. Si on ne se laisse pas envahir par le monde, on est connecté ! », se réjouit Pimprenelle, 54 ans, habitante d’un bois du Tarn.

Un million de Français ont choisi l’habitat léger et réversible d’après les chiffres 2013 du ministère du Logement. La diversité des profils est vaste. Notre enquête révèle une majorité d’habitants très sensibles à l’écologie, voire survivalistes, éduqués, voire très éduqués, et socialement bien intégrés, avec emploi salarié ou activité indépendante. Les « petits habitats » eux-mêmes s’avèrent hétérogènes, de la yourte plutôt visible en campagne ou montagne à la tiny house urbaine ou péri-urbaine, en passant par la roulotte champêtre, le dôme et le zome architecturaux, la kerterre bretonne ou le tipi forestier.

On retrouve cette diversité dans les prix. Une kerterre peut s’autoconstruire gratuitement avec de la paille et de la terre, une yourte s’autoconstruit pour une somme modique ou s’achète autour de 3 000 € pour 20 m2. 15 000 à 25 000 € la roulotte de 18 m2 en bois, 13 000 € le dôme de 20 m2, 50 000 € la tiny de 20 m2. L’éventail fluctue suivant le constructeur, la taille, les matériaux, la part d’autoconstruction (accompagnée ou non), etc.

Une loi vidée de sa substance

L’État reconnaît ce mode de vie depuis la loi Alur du 24 mars 2014. Elle a notamment créé la notion de « résidence démontable » ainsi que la possibilité pour les collectivités d’instaurer dans leur Plan local d’urbanisme (PLU) – en zone agricole ou naturelle – des terrains dédiés, les Stecal, pour accueillir les habitats légers. En réalité, ces zones ne sont répertoriées nulle part.  D’après l’association ardéchoise Les Hameaux légers, seuls trois à dix PLU en sont pourvus dans l’Hexagone. Dans ces conditions, où s’installer ? Est-il obligatoire de n’être que toléré, discret, à la marge ? Plusieurs stratégies sont possibles. La première : déclarer son habitat léger, avec une demande de permis d’aménager pour une résidence démontable de plus de 40 m2, ou une déclaration préalable de travaux en-dessous de 40 m2. […]


Charpentes en folie

Charpentes

Le coeur des zomes

Comme un diamant pointé vers le ciel, les zomes ont un petit quelque chose de mystique. Pour les faire sortir de terre, préparez des plans au millimètre et arrosez un gros tas de planches avec une pluie de géométrie sacrée. Quelques jours de chantier et le tour est joué.

La Philibert Delorme, charpente renaissante.

En dédiant à Charles IX son traité complet de l’art de bâtir, Philibert Delorme se doutait-il que 500 ans plus tard de jeunes artisants se réapproprieraient son travail pour fabriquer des charpentes économiques, écologiques, faciles à poser et fort esthétiques?

AficionaDôme

Rêve futuriste des années 1940, le dôme géodésique a trouvé ses plus fervents adeptes à la fin du mouvement hippie. Rationalité, solidarité, légèreté sont les maîtres mots de cette structure triangulée et excentrique qui se révèle plus facile à monter qu’il n’y paraît.

Charpente réciproque’n’roll

Avec son air de mikado géant, la charpente réciproque semble en équilibre instable. Et pour cause, il faut qu’elle s’écroule pour qu’elle tienne en l’air! D’intrépides constructeurs expliquent leur méthode pour monter cette structure très solide mais un peu magique.


Les pépites de l’habitat insolite

Habitat insolite

Vie de famille à bord d’un bus scolaire

La maison de Stéphanie, Arnaud et leurs quatre enfants a jadis arpenté les routes du Calvados, puis de Vendée pour effectuer le ramassage scolaire. Jusqu’à ce que les nouvelles normes interdisent à ce bus de 1998 de circuler. En 2016, ils le débusquent sur un site d’enchères des services publics.

Tant qu’il y aura des Zomes

L es pieds ancrés dans les tatamis, les yeux levés en direction de quatre losanges vitrés, scrutant les étoiles… Le zome invite à la méditation.

Comme un igloo à bas coût

Depuis 2010 se propagent en France de petites maisons qui empruntent à l’habitat esquimau ses courbes harmonieuses.

Et aussi : cabane dans les arbres, maison container, paillourte, Dôme, habitat tonneau, maison en bois cordé.


Un habitat inspiré de la nature

permaculture

L’habitat, troisième peau après le vêtement : c’est le lieu qui réunit toutes les dimensions de l’activité humaine, où l’on aime se sentir à la fois bien chez soi, et ouvert sur le monde. Certains prennent modèle sur la nature, conçoivent leur habitat comme un être vivant, respirant, grandissant, le coeur battant. Pour vivre heureux, il suffirait de renouer avec cette nature, dont nous sommes un élément à part entière, les pieds bien ancrés dans le sol et la tête dans les étoiles. C’est ce que propose la permaculture, une approche transversale qui s’intéresse à bien plus que le jardinage…


Habiter le rond



Maisons rondes dans l’Hexagone

Il existe aux quatre coins de notre Hexagone, qui en comporte six, des petits trésors tout ronds. Habitations légères pour certaines, ou au contraire bien ancrées sur leurs fondations pour d’autres, ces maisons rondes sont de véritables bulles dans notre univers cubique.
Elles sont sphériques, coniques, cylindriques et n’ont de point commun que la volonté de leurs habitants : sortir de la boîte carrée habituellement proposée.
Mais si les constructions présentées dans ce dossier restent modestes, cela ne doit pas pour autant occulter les possibilités infinies du rond. À ce jour, le plus grand bâtiment au monde de
ce type est une demi-sphère parfaite de 216 m de diamètre : le dôme de Fukuoka, qui accueille
un stade de baseball pouvant contenir 36?000 spectateurs. De quoi envisager un avenir plein de surprises rondes.


Autoconstruire

cabane dans les arbres

Zome bois dans les bois.

Patrick a atteint son idéal de l’habitat avec le zome. Ramenée à sa plus simple expression, sa maison conjugue le confort moderne, l’accueil d’un matériau noble et naturel, au plaisir de la cabane dans les arbres.


A la loupe

rénovation et agrandissement d'un zome

Sous le chaume, un zome : rénovation et agrandissement d’un zome en paille, terre et chaume. Un spécialiste de la construction en paille et
un jeune artisan chaumier ont travaillé ensemble à la rénovation d’une maison très particulière. Construite d’après les principes architecturaux du zome, elle est également la première bâtisse en paille de France à recevoir une couverture en chaume.